Le robot-conseiller de Wealthsimple

Mon conseiller financier est un robot

Seriez-vous à l’aise de vous laisser conduire par une voiture autonome? Les mains derrière la tête, vous pourriez relaxer pendant que votre bolide file à 120 km/h sur l’autoroute.

Le principe est le même pour les robots-conseillers. Vos placements sont sur le pilote automatique. Il ne vous reste plus qu’à faire ce que vous faites le mieux… C’est-à-dire, rien.

Mais, est-ce la fin des conseillers financiers? Est-ce que les robots vont nous dominer et régner sur notre planète, nous réduisant à l’esclavage?

Si oui, j’aurai participé à la fin de notre espèce avec cet article. 😈

Voici mon évaluation de Wealthsimple, le robot-conseiller le plus en vogue au pays.

AVIS IMPORTANT: J’ai un partenariat avec Wealthsimple. Je reçois donc un crédit de référencement lorsqu’un nouveau client investit plus de 500$ sur la plateforme. Certes, ma liberté et mon intégrité n’ont pas de prix.

La fin des dinosaures?

Je n’ai pas beaucoup d’amour pour les banques traditionnelles. À mon avis, ces dinosaures exploitent l’ignorance financière des petits épargnants (source).

Une armée de vendeurs à commission « éduquent » la population à grands coups de dépliants publicitaires.

Ainsi, les produits financiers les plus rentables pour la banque sont mis de l’avant, parfois au détriment du client (source).

Les robots-conseillers arrivent donc comme un vent de fraîcheur dans cette industrie poussiéreuse.

À l’ère des UBER, les banques n’ont qu’à bien se tenir!

Un robot quoi?

L’an dernier, je discutais avec la VP d’une grande banque canadienne. Quand j’ai lancé le sujet des robots-conseillers, elle a m’a répondu « Un robot quoi? ».

Une chance que ma copine était témoin de cette conversation, sinon personne ne m’aurait cru.

Pour le bénéfice de la haute direction des banques, voici la définition. Un robot-conseiller est une plateforme web permettant la gestion automatisée d’un portefeuille d’actifs, généralement composé de fonds négociés en bourse (Qu’est-ce qu’un FNB?).

Par conséquent, les frais de gestion sont faibles. On parle d’environ 0.5%, contre 2% pour les produits de placement offerts à la banque (source).

À rendement égal, cet écart représente des centaines de milliers de dollars sur l’ensemble d’une vie active (source).

Tout ça est bien beau sur papier (ou sur écran), mais qu’en est-il de la réalité?

Le robot-conseiller fou

Mon évaluation de Wealthsimple

En toute franchise, j’ai choisi de placer mon argent avec Wealthsimple pour une raison complètement futile, il s’agissait de la plateforme canadienne la plus populaire.

Certaines célébrités se bâtissent des carrières sur le dos de gens qui raisonnent comme moi. Je salue Paris Kardashian au passage! 😉

Néanmoins, j’ai bien l’impression que les principaux robots-conseillers sont tous très similaires.

Quoi qu’il en soit, voici mes impressions:

SIMPLICITÉ:  Évaluation du robot-conseiller de Wealthsimple

Wealthsimple porte bien son nom, la plateforme web est d’une simplicité exemplaire. Si seulement les banques pouvaient s’en inspirer!

De l’ouverture du compte, jusqu’à l’ajout de fonds, toutes les étapes sont claires et faciles à suivre. Et, malgré quelques erreurs de français dans les courriels, le service à la clientèle est impeccable.

Qui plus est, Wealthsimple prend en charge le rééquilibrage de votre portefeuille ainsi que les prélèvements automatiques sur votre paie (facultatif).

En somme, le robot-conseiller vous tient par la main.

Il ne vous reste plus qu’à consulter votre tableau de bord pour suivre l’évolution de vos actifs, bien assis sur la cuvette.

AUTONOMIE:  Review du robot-conseiller Wealthsimple

Cette approche passive a par contre un coût. La prise en charge par le robot-conseiller nuit au développement de vos connaissances financières.

On n’apprend pas à conduire en étant sur le pilote automatique.

En fait, avec Wealthsimple, vous êtes le passager plutôt que le conducteur. Ainsi, vous êtes moins porté à développer vos compétences en placements.

Reste que, selon moi, c’est tout de même un pas vers l’autonomie. Surtout si vous êtes présentement à la merci d’un conseiller qui vous rencontre une fois l’an durant la « saison » des REER.

FLEXIBILITÉ:  Expérience avec Waelthsimple

La simplicité de Wealthsimple entraîne par contre certaines contraintes. Les investisseurs qui ont des notions plus avancées en placements se verront limités par la plateforme.

Par exemple, mon portefeuille Wealthsimple est composé de certains titres américains (ex: VTI). Or, comme le faisait remarquer ma copine, il aurait peut-être été préférable d’acheter leurs équivalents canadiens pour éviter la conversion CAD-USD.

Néanmoins, ce portefeuille répond à mes besoins et il respecte ma stratégie de placement.

Portefeuille audacieux de Wealthsimple

Pourcentage Symbole Nom Description*
20% VTI Vanguard Total Stock Market 3 800 titres de grandes, moyennes et petites entreprises reflétant le marché US.
5% VUS Vanguard US Total Market ETF Entreprises diversifiées reflétant le marché US avec couverture (hedge) contre les fluctuations de la monnaie.
10% ACWV iShares MSCI Min Vol Global ETF 400+ titres peu volatiles dans les marchés développés et émergents.
15% EEMV iShares MSCI Min Vol Emerging Market Fund 300+ titres peu volatiles dans les marchés émergents.
20% IEFA iShares Core MSCI EAFE Titres à grandes, moyennes et petites capitalisations en Europe, Australasie et Extrême-Orient.
10% XIC iShares Core S&P/TSX Capped Composite Index 250+ titres représentants 95% du marché canadien.
5% QTIP Mackenzie US TIPS Index ETF Obligations du gouvernement US protégées de l’inflation.
15% ZFL BMO Long Federal Bond Index Titres de créance à long terme émis ou garantis par le gouvernement du Canada.

* Ma traduction libre, voici la source

Soit dit en passant, il est possible de constituer un portefeuille 100% actions (sans les obligations QTIP et ZFL). Il suffit d’en faire la demande par téléphone. C’est l’option que j’ai choisie.

Enfin, Wealthsimple vous offre la possibilité d’investir selon vos valeurs personnelles. Des portefeuilles composés uniquement d’entreprises socialement responsables ou qui respectent les principes Halal sont ainsi disponibles.

RENDEMENT:  Performance de Wealthsimple, le robot-conseiller

Les robots-conseillers ne sont pas conçus pour surclasser le marché. Ils offrent plutôt un rendement moyen (historiquement 6-7%/année).

Certes, selon mon expérience, chercher à battre les grands indices boursiers est un coup d’épée dans l’eau. La poule aux oeufs d’or n’existe pas, sauf à la télé.

Après tout, les rendements moyens m’ont mené à la liberté financière en moins de 15 ans.

Rendement du portefeuille Wealthsimple

Rendement du portefeuille Wealthsimple

Source

Rendement de Wealthsimple comparé à la moyenne

Période de 12 mois se terminant le Rendement de Wealthsimple Rendement de référence* Écart
30/06/19 4.41% 3.50% +0.91%
31/03/19 5.69% 6.04% -0.35%
31/12/18 -7.32% -6.50% -0.82%
30/09/18 8.57% 6.53% +2.04%

* Le rendement de référence est basé sur le ARC Equity Risk Index, c’est-à-dire le rendement moyen de 50+ grandes institutions financières britanniques (source)

COÛT:  Analyse de Wealthsimple, le robot-conseiller

Les frais de gestion annuels imposés par Wealthsimple sont de 0.5% pour un portefeuille inférieur à 100 000$ et de 0.4% pour un portefeuille de 100 000$ et plus.

À ce pourcentage s’ajoutent les frais prélevés par le gestionnaire de FNB (en moyenne 0.2%). Donc, les frais totaux tournent autour de 0.6%-0.7% par année.

Coûts des principaux robots-conseillers

Robot-conseiller Montant minimum Frais totaux*
Wealthsimple 0$ 0.7% pour 0$-100K$
0.6% pour 100K$+
Portefeuille futé (BMO) 5 000$ 0.9% pour 0$-100K$
0.8% pour 100K$-250K$
0.7% pour 250K$+
NestWealth 0$ 7.05% pour 5K$
0.98% pour 50K$
0.83% pour 200K$+
QuestTrade 2 000$ 0.5% pour 2K$ et moins
1.2% pour 2K$-100k$
1.1% pour 100K$-250K$
1% pour 250K$-500K$
WealthBar 5 000$ 0.3% pour 5K$ et moins
0.9% pour 5K$-150K$
0.7% pour 150K$-500K$
ModernAdvisor 0$ 0.75% pour 0$-100K$
0.65% pour 100K$-500K$
InvestCube (Banque Nationale) 10 000$ Entre 0.85% et 1.04% selon le portefeuille choisi

* Les frais totaux incluent les frais liés aux robots-conseillers et ceux liés aux FNB.

Ces taux peuvent paraître négligeables face aux 2% imposés par les fonds communs de placement (source). Toutefois, un compte autogéré reste encore l’option la moins coûteuse (comment gérer soi-même ses placements?).

D’ailleurs, Vanguard offre désormais des FNB tout-en-un. Ainsi, vous n’avez qu’à acheter un seul titre pour obtenir un portefeuille complet et diversifié (détails).

Or, avec le courtage direct, vous êtes seul au volant, sans copilote. Alors, quand la route devient cahoteuse, vous êtes seul avec votre misère. À prendre en considération!

Le verdict

En conclusion, je pense que les Wealthsimple de ce monde ont leur place dans le marché.

Les investisseurs passifs, intimidés par l’auto-gestion, qui désirent se distancer des banques traditionnelles y trouveront leur compte.

Le passage par un robot-conseiller peut même constituer une transition vers l’auto-gestion. D’ailleurs, Wealthsimple offre également le courtage en ligne.

Seulement, il faut garder en tête que cette solution clé en main vient avec moins de flexibilité qu’avec un compte de courtage direct et moins d’encadrement qu’avec un conseiller en chair et en os.

Il s’agit d’une solution hybride, d’un entre-deux, mais ça fait le boulot.

Le Terminator à cravate

Force est d’admettre, on est encore loin du Terminator!

Si vous rêvez d’avoir un douche-borg (douchebag + cyborg), à l’accent allemand et aux gros bras, comme conseiller financier, il faudra patienter.

Entre-temps, vous pouvez essayer gratuitement Wealthsimple (et financer ce blogue) en suivant ce lien:
Mon offre Wealthsimple

Hasta la vista, baby!

Wealthsimple, le terminator de la finance
Que pensez-vous des robots-conseillers? De quelle manière investissez-vous vos pesos?

57 commentaires

  1. Bel article J-S.
    J’adore Wealthsimple. Jai tout transféré chez eux. Leur interface, facilité d’utilisation, géré par des hipsters ainsi que des articles intéressants rendent les finances vraiment amusant.
    Mais le plus important à savoir qu’en choisissant un robovisor, nous évitons notre pire ennemie, celui devant le miroir. Certes, en il coûte plus cher, ( comparé a VGRO via questrade par exemple), par contre, ceci m’évite de timer le market. Je programme un prélèvement automatique a chaque paie, un set and forget, j’achète peu quand c’est cher et j’achète plus quand c’est bas.
    Le robot n’a pas d’émotion, l’humain oui, et des fois, ça coûte plus cher que 0.6%!!!
    Pour ce qui est du active management, Wealthsimple trade est là pour vous entrainer, zéro $ de commission (tsx).

    1. J’étais avec wealthsimple et j’ai bien aimé. J’ai toutefois quitté pour les fonds tous en un de Vanguard (Vgro) à cause des frais moins élevés.

    2. Bonjour Duy,

      Merci pour ton témoignage!

      Je me permet de te tutoyer car les clients de WS sont presque toujours plus jeunes que moi. 😉

      La culture de WS est à des années-lumière des banques traditionnelles. On est dans l’esprit startup. Les quelques employés à qui j’ai parlés étaient d’ailleurs vraiment passionnés. Je pense que cette aura a contribué à mon envie de m’associer à cette entreprise.

      Par ailleurs, j’ai très peu d’intérêt pour le monde des placements boursiers. Ça m’emmerde de suivre les soubresauts du marché, de consulter des états financiers et de rebalancer mon portefeuille. En fait, je suis un investisseur paresseux.

      Bon succès dans tes placements!

  2. Salut! Crois-tu à une éventuelle bulle des fnb/etf? C’est l’hypothèse de Michael Burry. J’ai lu ça sur bloomberg en début septembre..

    1. Allo a mon humble avis nous vivons présentement dans la  »everything bubble » et quand le vent tournera je suis d’accord avec mr Burry qe ca sera difficile de vendre avant qu’il soit trop tard (en ce moment tout le monde est dans le meme auditorium, quand on déclenche l’alarme de feu ca prend du temps a évacuer).

      Tous les etfs ne sont en fait tous que le meme  »trade » et tous les marcés se suivent et ca flotte toujours au meme niveaucs dernieres années avec de legeres fluctuation au gré du twitter en chef sur la possibilité ou pas d’un accord avec la chine, le reste des indicateurs economiques na comptent plus.

      Plusieurs gros noms ne font pas d’argent (uber, telsa) ils en brulent plutot a vitesse grand V et ceux qui font de l’argent et qui sont assis sur une pile de $ empruntent tout de meme (avec intérets si bas) pour racheter leurs actions et les pomper vers le haut pendant que les insiders liquident leurs positions (apple).

      Les taux d’intérets sont négatifs en europe !! ca menace de grande banque.

      Ce que vous n’entendrez jamais un conseiller dire :  »C’est le temps de prendre profit et de vendre »

      Q: est-ce possible que ca ne soit jamais effectivement le temps de vendre ?

      1. Plusieurs bons points Jerome!

        S’il y a une bulle immobilière, une bulle spéculative des FAANG, une bulle des FNB, etc. où devrait-on investir son argent? J’ai l’impression qu’à chaque semaine un nouvel analyste annonce l’apocalypse (c’est sur que ça aide à vendre des livres). Forcément, il y en a un qui va avoir raison un jour.

        Je pense qu’il y a présentement une bulle de bulles!

    2. Salut Felix,

      J’ai également lu la théorie de Burry, mais je ne peux pas me prononcer puisque je ne suis pas assez renseigné sur le sujet. Ça prend du temps pour former une opinion intelligente sur un sujet aussi complexe. J’envisage par contre faire les recherches pour un article futur.

      Pour l’instant, ma règle d’or est de ne pas mettre tous mes oeufs dans le même panier. Ainsi, je détiens des actions d’entreprises, des « small-caps », des blue chips, des FNB, des titres axés sur les dividendes et un portefeuille Wealthsimple.

      En fait, j’applique la même logique que pour la nutrition. Je mange un peu de tout, (viandes, légumineuses, poissons, etc.) sans me soucier de la mode du moment. L’équilibre est la réponse à tout.

      Merci de rester à l’affut pour mon article sur le sujet!

  3. Allo! Je suis arrivée à la même conclusion que toi sur plusieurs points.

    Sur les FNB, j’ajouterais que même si j’affectionne Vanguard, il y a aussi Blackrock qui en fait de très peu chers.

    Sur les conseillers, comme dans toutes professions, il y en a de bons et de mauvais. Un conseiller financier ou pas…La décision finale dépendra de 1) vos besoins, 2) votre intérêt pour la finance et l’économie, 3) vos connaissances et 4) votre tolérance au risque.

    1) vos besoins
    Les conseillers financiers, sont un peu comme les nettoyeurs: ce n’est pas tout le monde qui doit apporter tout son lavage au nettoyeur. Certains n’y vont jamais et certains n’y vont que pour le lavage à sec. Je crois donc qu’avoir ou ne pas avoir un conseiller financier dépends vraiment de nos besoins et non de la somme de nos avoirs.

    2) votre intérêt
    Un peu comme le ménage, ce n’est pas parce que tout le monde est capable de faire son ménage que tout le monde veut le faire. Pour certains, il est même plus payant d’aller travailler et de payer un employé de ménage.

    3) vos connaissances
    Il est très important de jumeler compétences en investissements avec compétences fiscales car l’imposition sur les différents types de revenus n’étant pas égales, l’important demeure ce qu’il en restera dans nos poches, au final, après impôts.

    4) votre tolérance au risque.
    Quand les indices vont baisser lors d’une correction ou d’une récession, allez-vous savoir quoi faire et quoi ne pas faire? Allez-vous comprendre ce qui arrive et allez-vous apprécier être responsable et en contrôle de vos affaires ou allez-vous plutôt brailler, faire de l’insomnie et du reflux gastrique?

    Bonne chance!
    Perso, j’investis moi-même et ça fait bon bonheur.
    Kathleen

    1. Salut Kathleen,

      Les conseillers financiers sont loin d’être inutiles. Au contraire, ils sont absolument nécessaires pour une grande partie de la population. Les gens ont besoin d’encadrement, surtout au niveau de la gestion des émotions. D’ailleurs, mes amis qui oeuvrent dans le milieu me disent qu’ils jouent plus souvent le rôle de psy que de conseiller.

      Je n’ose même pas imaginer de quoi auraient l’air les marchés si tout le monde gérait ses placements.

      En fait, je déplore plutôt l’environnement de travail des conseillers qui bossent dans les grandes institutions bancaires. Ils sont poussés à faire des ventes et à atteindre des quotas pour maximiser les profits.

      Il faut simplement garder en tête que les banques sont des entreprises privées qui visent la croissance pour leurs actionnaires.

      Par exemple, si je me cherchais une nouvelle télé, je ne fierais pas uniquement au vendeur chez Best Buy, je ferais beaucoup plus de recherches avant de faire mon achat. Je le vois de la même manière pour les placements.

      Ceci dit, si quelqu’un a un conseiller à recommander, allez-y. Ça me fera plaisir de le promouvoir.

      Merci beaucoup Kathleen pour le complément d’information! Au plaisir!

  4. Merci beaucoup de ton partage généreux JS!
    Je vais sûrement aller voir Wealthsimple! Permettrais-tu que je te contacte pour faire mon inscription ?

  5. C’est un excellent article pour démystifier les robots-conseillers. Personnellement, je préfère de loin gérer moi-même mon portefeuille d’investissement avec un courtier à escompte (plateforme de courtage en ligne). Mais, pour ceux qui n’ont pas les connaissances/compétences ou qui n’ont tout simplement pas d’intérêt pour les placements/investissements, alors le choix du robot-conseiller devrait être considéré au lieu du conseiller financier de sa banque qui offre des CPG à 0,5% de rendement ou fonds communs de placement à 1,8%…

    PS : Je me demande c’est qui ce « VP d’une grande banque canadienne » 🙂

    1. Merci Retraite101!

      Les robots-conseillers ne sont pas pour tout le monde, mais ils répondent certainement aux besoins d’une partie de la population qui est dégoûtée par les grandes banques.

      Toutefois, il faut garder en tête que certains robots-conseillers sont détenus par les banques (ex: BMO, Banque Nationale). À tout le moins, je me dis que ça réduit le gras dans une industrie qui était devenue obèse avec les années.

      Pour la VP, je te le dirai en personne à notre prochaine rencontre! 😉

  6. Bonjour, bon article. Auriez vous un outil de planification de retraite avec flux de décaissement que je pourrais utiliser? On a pas ça avec un robot financier c’est ce qui me bloque pour essayer la gestion autonome.

  7. Le magazine protégez vous avait évalué les courtages a escompte. Qtrade et non questrade avait reçu une très bonne évaluation. De mon côté, mes comptes a escompte sont chez une grande banque ( a l’époque il n avait pas d autres choix) mais mon fils a ouvert son compte chez qtrade et il est satisfait. Plusieurs fnb ont aucun frais. Pour finir, le fnb vgro de Vanguard est un bon choix tout en un pour les gens qui débutent dans l investissement.
    Caroline

    1. VGRO est un « FNB de répartition d’actifs » de Vanguard qui est constitué de 20 % d’obligations et 80 % d’actions. C’est un excellent produit pour les débutants, car le « re-balancement » du portefeuille se fait automatiquement. Par contre, le désavantage des « FNB de répartition d’actifs » est les frais de gestion plus élevé que les FNB « individuels ». J’ai publié un article à ce sujet il y a quelques semaines…

    2. Bonjour Caroline,

      Bienvenue dans la communauté!

      Je viens de jeter un coup d’oeil à Qtrade. Il y a une centaine de FNB sans commission. Je pense donc qu’il y a moyen de se monter un portefeuille bien diversifié sans payer de frais de transaction.

      Ça semble bien. Merci d’avoir partagé!

  8. Je serais intéressé, mais c’est trop cher… à < 0.15% TOTAL de frais, je serais peut-être acheteur.

    Mais sinon, avec un portefeuille de 1 million$, 0.6% de frais, c'est 6000$ par an… alors qu'un tel portefeuille en utilisant la règle du 4% permettrait de générer 40 000$ de revenus… 15% des revenus partis en fumée! C'est encore pire si on utilise un taux plus conservateur de 3.5% ou de 3%.

    Si on regarde au niveau du portefeuille requis, pour avoir disons un revenu de retraite de 40000$, il faut accumuler un portefeuille de 150,000$ de plus juste pour payer les frais, à comparé à une personne qui n'a pas ces frais. Et je ne tiens pas compte des rendements composés perdus lors de l'accumulation pour se rendre là (i.e: environ 50k$ perdus).

    Si on demandait: êtes-vous prêts à payer 200,000$ pour payer un robot-conseiller le reste de vos jours? Pas sûr que bcp de monde le feraient 😉

    1. Salut Mr. Jack,

      Bon point (comme d’hab)!

      C’est pour cette raison que je qualifiais WS d’entre-deux. Selon moi, c’est un excellent premier pas pour se libérer graduellement de l’emprise des banques. Trop de monde paient 2-3% de frais de gestion pour obtenir des rendements moyens. Au moins, en utilisant un robot-conseiller, on peut potentiellement ajouter 1.5%+ à sont rendement annuel, sans effort. C’est souvent une victoire facile.

      Aussi, le montant des frais (0.6%) paraît gigantesque quand on le calcule sur une grosse somme (1M$) et sur une longue période (toute une vie). Or, si cette solution est intermédiaire, limitée à une période de transition, ce montant devient plus raisonnable.

      Enfin, on obtient quand même un certain niveau de service en retour des frais. Par exemple, le prélèvement automatique sur la paie, le rééquilibrage du portefeuille, le support téléphonique et l’optimisation fiscale (pour les clients Élite) sont quand même des services très valables.

      Ceci dit, je pense que l’auto-gestion devrait être un idéal à atteindre. On n’est jamais si bien servi que par soi-même.

      Merci!

      1. Oui d’accord avec tout ça.. c’est mieux que les fonds mutuels de nos grand-parents, et je vois des avantages surtout quand on veut investir de petits montants régulièrement au début.. mais les gens devraient apprendre à devenir autonome éventuellement. J’espère que c’est ce qui arrivera, que les jeunes vont passer du robot-conseiller à l’auto-gestion et que ce n’est qu’une première étape !

        Sur ce, très bel article comme d’hab, tjrs le fun te lire!

        1. Merci Mr.!

          Personnellement, je trouve que les robots-conseillers dédramatisent l’investissement boursier. En passant par une banque, on a l’impression que cette stratégie d’investissement est réservée aux experts et que c’est extrêmement risqué et dangereux. Or, en utilisant un robot, on réalise que c’est beaucoup plus accessible.

          En espérant que ce soit un pas vers l’autonomie.

          Merci d’être passé!

  9. Personellement j’ai trouvé mon bohneur avec les fortfolio CCP, questrade et un document Excel qui me recalcule toujours mon fond selon ce j’ai a y investir.

    Ca prend 2 min mais c’est vrai que certain sont allergiques aux chiffres ou ne veulent pas trop s’investir.

    1. Bonjour Pogo,

      C’est comme dans tout, faire quelque chose soi-même est (presque) toujours l’option la plus valorisante et la plus économique.

      Par contre, ça prend un certain profil pour résister à ses émotions. Aussi, ceci implique de passer par une période d’essais et d’erreurs qui peut être très insécurisante pour certains.

      Dans mon cas, j’ai appris à la dure. Certes, je suis vraiment content de l’avoir fait!

  10. Je suis avec WealthSimple depuis août 2016 (rendement en date d’aujourd’hui de 6,7%) et je suis très heureux d’avoir fait le move avec eux. C’est une de mes stratégies d’investissements avec le courtage en ligne (actions/FNB), ce que j’aime c’est que j’investie chaque mois, l’argent est prélevé dans mon compte de banque, donc je n’y pense même pas et ça fait la job d’investir à ma place. J’essaie d’en parler à des collègues de travail ou amis, mais les gens sont encore sur leur gardes, ne sachant pas trop c’est quoi cette machine là. Avoir su j’aurai sauter dans l’aventure en 2014 lorsque la compagnie WealthSimple a été crée. Si vous voulez investir en bourse sans trop complexe, WealthSimple est fait pour vous !

    1. Merci pour le témoignage Julien!

      Je pense que le mot « robot-conseiller » peut faire peur à certains. En fait, c’est un terme purement marketing.

      En réalité, les clients sont encadrés par de vrais humains et non des Terminator. 😉 C’est d’ailleurs une loi canadienne.

      Seulement, un algorithme (un logiciel) se charge d’effectuer les tâches redondantes. D’où les frais réduits.

      À plus!

  11. Je respecte vraiment ton travail.

    Je suis d’accord que Wealthsimple est une solution très pratique pour les nouveaux dans l’auto-gestion, mais je suis surtout très content que tu n’ais pas ignoré les nouveaux FNB de répartition d’actifs de Vanguard

    Merci pour tes excellents articles!

    1. Bonjour Victor,

      Mais, est-ce vraiment un travail? 😉

      J’ai bien l’intention d’essayer les nouveaux fonds tout-en-un de Vanguard. Ce sera pour un prochain article!

      Merci pour les bons mots, bonne journée!

  12. Bonjour Jean-Sébastien, merci pour ton blog très inspirant! J’aurais deux petites questions pour toi:

    1. Concernant les rendements avec les portefeuilles gérés Wealthsimple… j’ai l’impression que les fonds indiciels gérés Tangerine ont de meilleurs rendements à risque égal? Est-ce que je fais erreur?

    2. Je suis aussi un fan, comme toi je crois, de quelqu’un comme Fabien Major qui est un excellent vulgarisateur du monde financier. Cependant , il me semble que dans son livre celui-ci à une opinion assez mitigé sur les FNB (en même temps il est conseiller financier… je suppose qu’il prêche pour sa paroisse, i.e. la gestion active de portefeuille). J’aimerais avoir ton avis sur le sujet.

    De mon côté, je reste avec mon conseiller financier pour le moment comme j’apprécie son travail et ses conseils. Toutefois je commence aussi à investir tranquillement dans des trucs comme Wealth simple, et quelques actions en courtage en ligne. Éventuellement j’aimerais aussi aller vers questrade pour des FNB Vanguard. Mon objectif serait éventuellement d’être 50-50 entre mes fonds avec mon conseiller indépendant et mes placements autogérés.

    Un grand merci à l’avance pour tes réponses!

    1. Bonjour Francois,

      Merci pour les bons mots!

      1- Serait-il possible de savoir de quel fonds Tangerine tu parles? Si je me réfère au site web de Tangerine, le portefeuille le plus agressif, soit « Croissance d’action », a donné un rendement de 6.73% par année sur 5 ans.

      Durant la même période, le portefeulle 100% actions de Wealthsimple a donné un rendement d’environ 8%. NB: Ce portefeuille n’est pas visible sur le site web de Wealthsimple, il faut en faire la demande par téléphone.

      2- Je respecte beaucoup l’opinion de Fabien Major. Si je me souviens bien, dans son livre, il dit que plusieurs petits investisseurs se lancent dans les FNB les yeux fermés sans avoir les connaissances requises. Ainsi, ils vendent et achètent aux mauvais moments. Guidés par leurs émotions, ils font beaucoup trop de transactions. M. Major les appelle d’ailleurs les « Trademinator ».

      Je suis d’accord avec cette affirmation.

      Tu sembles avoir un bon plan vers l’autonomie! Bon succès dans tes placements!

  13. Content que tu mentionnes une meilleure alternative, selon moi, aux robots-conseillers, les FNB à répartition d’actifs tout-en-un de Vanguard, à bien moindres frais encore. La BMO en a lancé tout à fait du même genre à seulement 0,18%.

    Il reste que ce sont quand même des fonds de fonds qui comportent des frais annuels plus de deux fois plus chers qu’un unique FNB à 0,08 % quand même bien diversifié à la base, du moins dans le contexte américain dont 40 % des grosses compagnies font affaire dans le monde entier de toute façon.

    Or, Warren Buffet a justement remporté son défi de la décade 2007/2017 avec un tel FNB Vanguard qui colle au S&P 500 contre un Hedge Fund qui était alors constitué de fonds de fonds ainsi répartis: 7,4 % de rendement pour Buffet contre 2,2 % pour le Hedge Fund.

    Là où je pense que Wealthsimple va, je l’espère de tout coeur lancer une petite révolution bien sentie et très due au Canada comme aux États-Unis, c’est dans l’abolition des frais d’exploitation de par exemple 9,95 $ quel qu’en soit le montant comme entre autres à la BMO.

    Ils sont quand même beaucoup trop élevés, contre-productifs, quand il s’agit de moyenner à la baisse en investissant un petit montant de 500 $ de ses droits de cotisation au CELI au début de chaque mois en suivant la meilleure stratégie passive qui soit sans devoir se préoccuper le moindrement des cours.

    J’en suis encore réduit, à cause de cette bête contrainte, à faire à tout le moins du « pricing » tous les trimestres. Permettez-moi de citer un long extrait de la célèbre chroniqueuse financière à La Presse, Stéphanie Grammond, dans un de ses derniers articles:

    «Amis investisseurs, croisez les doigts pour que la nouvelle mode américaine des commissions gratuites à la Bourse traverse la frontière.

    Il faut dire que les courtiers directs ont bien d’autres sources de revenus à part les commissions. Par exemple, ils perçoivent des frais de change – parfois jusqu’à 2 % – sur les transactions en devises étrangères, souvent sans que les clients le réalisent.

    Les courtiers font aussi beaucoup d’argent avec les liquidités que leurs clients conservent dans leur compte. Les intérêts perçus sur les comptes sur marge leur apportent aussi de l’eau au moulin.

    Alors, rassurez-vous. Les courtiers directs s’en tireront, eux qui affichent de généreuses marges bénéficiaires d’exploitation de 50 % qui ont de quoi rendre jalouses beaucoup d’autres industries.

    À long terme, les frais ont un impact énorme sur votre portefeuille. Disons que vous investissez 100 000 $ aujourd’hui dans un fonds commun qui prélève 2 % de frais par année. Dans 30 ans, cette somme vaudra environ 313 000 $, avec un rendement de 6 %.

    Si vous optez plutôt pour un FNB qui ne coûte que 0,2 % par année, votre portefeuille vaudra 540 000 $ dans 30 ans. C’est 227 000 $ de plus dans vos poches. Réduire ses frais, c’est drôlement payant !»

    Réf.: https://www.lapresse.ca/affaires/marches/201910/02/01-5243839-zero-commission-a-la-bourse-.php

    PFG

    1. Bonjour PFG,

      Merci pour le commentaire très étoffé!

      Je suis d’accord avec tous les points. Il est temps que cette industrie change. Selon moi, il y a encore beaucoup trop de « gras ».

      Par ailleurs, la plupart des investisseurs mettent trop d’emphase sur les rendements. Ils cherchent constamment le moyen de battre le marché. Ça représente tellement d’énergie, de temps et de stress!

      Toutefois, selon moi, réduire les frais est une victoire plus facile. En quelques heures, un investisseur peut s’enrichir de 1.5% – 2% par année en réduisant les frais.

      C’est le même principe pour atteindre l’indépendance financière. La réduction des dépenses a un plus grand impact que l’augmentation des revenus.

      Au niveau de la gestion des placements, l’idéal à atteindre à long terme devrait être l’autonomie. Comme vous le démontrez, les chiffres parlent d’eux-mêmes!

      Merci pour le partage! Au plaisir!

  14. Bonjour à tous et à toutes,
    Je vous lis avec beaucoup d’intérêt. Et, parfois, je vous suit, parfois pas du tout. Je demeure un gars d’immobilier. C’est dans ce secteur que je me sens plus en confiance avec les résultats que je $ouhaite… Mais ma curiosité va toujours l’emporter afin de vous lire. Chance à vous.

    1. Salut Alain,

      À chacun son profil d’investisseur. L’important est de trouvé celui qui correspond à ses intérêts et ses valeurs.

      À l’inverse, quand on me parle d’immobilier, je suis un peu perdu.

      Merci de quand même prendre le temps de me lire (et de commenter).

      Bon succès en immo! 🙂

  15. Il serait intéressant de comparer avec un portefeuille chez un courtier à escompte composé de ETFs (FNBs).

    Il y a plusieurs FNB de marché équilibré. Des FNB d’obligations. Des FNBs d’immobilier et autres. Un simple portefeuille composé de 4-5 FNB (ie 50% marché boursier, 30% obligations, 10% immo et 10% autre…) pourrait s’avérer très intéressant.

    Un courtier à escompte, c’est pratiquement gratuit. WealthSimple (par exemple) est à 0.4% … ce qui fait quand même $4,000 par an pour un portefeuille de $1,000,000 …

    Le seul hic, c’est de se retrouver parmi les FNBs et trouver des portefeuilles sur lesquels on pourrait se baser … ne serait-il pas le temps de créer un peit club d’investisseur ? Une session d’une heure par mois ou par trimestre. Un site web pour donner des exemples de portefeuilles de base, équilibré, et facile à comprendre.

    1. Mon point, là-dessus, c’est de comparer entre eux, sur le long terme (10 ans), le rendement de portefeuilles composés soit :
      – d’un seul FNB Vanguard bien diversifié sur le seul marché américain S&P 500 à 0,08 % de frais annuels et aucunes commissions sur les réinvestissements tous les mois grâce à Wealthsimple, selon une stratégie complètement passive ;
      – d’un seul fonds à répartitions d’actif Vanguard qui est rééquilibré par l’équipe de gestion, donc composés d’autres FNB sous-jacents, mais quand même à 0,25 % de frais uniques.
      – de 4 ou 5 FNB à frais certes réduits mais qui s’additionnent, à 0,40 % selon le Millionnaire invisible, et qu’il faut bien rééquilibrer chaque année par soi-même, je présume.
      Mon hypothèse, la même que Buffet, c’est que c’est le FNB Vanguard collé au S&P 500 qui va tout bonnement gagner à terme.
      On ferait le test sur des portefeuilles fictifs, bien sûr!

      1. PFG,

        Malheureusement, il sera impossible de faire ce comparatif pour le moment puisque Wealthsimple n’a que 5 ans (fondé en 2014) et que les fonds tout-en-un de Vanguard sont encore plus jeunes.

        Nous ne disposons pas encore de données à long terme sur tous ces nouveaux produits dans le marché.

        On s’en reparle dans 10 ans! 😉

          1. J’aime particulièrement VGRO et VEQT (source).

            Certes, la dernière année a été bonne pour tout le monde. Le portefeuille audacieux de Wealthsimple a donné un rendement de 11.5% jusqu’à maintenant en 2019 (source).

            Il faudra patienter pour voir le vrai visage de ces fonds. Je me garde une petite gêne pour l’instant!

          2. Évidemment, un portefeuille tout-en-un (de mon point de vue particulier) tel que le FNB ZSP qui colle aux montagnes russes du S&P 500 a fait encore mieux ( + de 16 % en 2019) parce qu’il est constitué de 100 % d’actions au lieu de 75 % à 90 % seulement pour pour le(s) portefeuille(s) Wealthsimple dit audacieux, mais pas tellement moins « risqués ». Le VBAL tout-en-un de Vanguard avec ses 40 % d’obligations est certes moins houleux. Enfin bref, il faut avoir 10 ans devant soi et ne pas avoir besoin d’ici là de l’argent investi dans des montagnes russes tout en espérant ne jamais tomber dans le trou d’un marché baissier séculaire contre lequel il faut avoir un horizon d’investissement « placide » de 20 ans, 30 ans de préférence pour s’en prémunir. Dans 20 ans, j’aurais 85 ans: entre-temps, il n’y a pas de raison pour autant de fuir la Bourse, je crois!

          3. Voilà des paroles (plutôt des écrits) sages PFG!

            Il faut garder une perspective à long terme quand on s’aventure dans le magnifique monde de la bourse. Je pense que c’est la clé du succès.

            En outre, la bonne nouvelle est qu’avec tous ces nouveaux produits, il y a une stratégie pour tous les types d’investisseurs. Il n’y a plus de raison de dépendre d’un banquier.

            Bonne journée!

    2. Salut Millionnaire Invisible,

      J’ai fait pas mal de recherches dans le passé pour trouver ce genre de comparatif. Étrangement, ces donnés sont difficiles à trouver.

      Si jamais tu trouves l’info, ça m’intéresse!

      Peut-être un sujet à aborder sur ton blogue! Je vais te laisser faire le sale boulot. 😉

      Pour ce qui est du portefeuille modèle, je me base sur celui de Canadian Couch Potato. Voici:

      Je veux ma carte de membre pour le club d’investisseur. C’est une excellente idée!

  16. Merci pour ton bel article JS! Tu vulgarise très bien le sujet et tu as vraiment le don de créer de quoi qui se lit bien. Je suis un peu jaloux 😉

    Perso j’aime mieux les FNB tout en un comme bien d’autres d’après les commentaires, mais hey, c’est une option de plus pour nous les investisseurs et je suis tout pour ça!

    En attendant ton prochain article!
    Ps: pour quand et où le prochain voyage?

    1. Merci beaucoup Rich Dog!

      J’ai bien l’intention d’écrire un article sur les nouveaux produits de Vanguard. As-tu investi dans ces titres? Si oui, comment ça se passe?

      Oui, j’ai quelques voyages à venir (Argentine, Colombie, Sri Lanka). À court terme, je fais un road trip avec quelques amis pour voir un match de la NFL.

      Au plaisir de te lire!

      1. Cool tout ça, tellement de belles places à voir! Oui j’utilise ces produits et c’est maintenant ce que je recommande à ceux souhaitant commencer à investir par eux même. Il y a un choix pour chacun, j’aime beaucoup c’est très simple

        1. Merci pour le retour!

          Je vais me pencher sur la question dans un prochain article. J’aime bien tester les nouveaux produits pendant quelques mois avant de me prononcer.

          Si ça ne te dérange pas, je te contacte si j’ai des questions. Merci Dog!

  17. J’adore cette idée qu’il s’agit plutôt d’un produit transitoire. Entre les fonds communs de placement et un portefeuille autogéré de quelques FNB, le robo-conseiller est un véritable produit intermédiaire, afin de graduellement quitter le support d’un (bon) conseiller financier et rejoindre un état de liberté! Ce qui est bien avec WS, c’est qu’il propose une certaine « gamification » de l’investissement personnel, et oui c’est vrai, c’est résolument orienté vers une jeune clientèle.

    Personnellement, j’aurais bien aimé avoir connu WS dans ma jeune vingtaine, ça m’aurait évité quelques douloureux apprentissages, avec de (trop) nombreux conseillers (-vendeurs) de fonds communs de placement. À ma défense, WS n’existait même pas et le concept-même d’un FNB était plutôt méconnu.

    Au plaisir!

    1. Salut Sylvain!

      Je pense que les « douloureux apprentissages » sont quasiment un passage obligé pour les investisseurs autonomes. Tous les investisseurs que je connais sont passés par là. En tout cas, j’ai ma part d’histoires d’horreur.

      Je ne sais pas si la transition par Wealthsimple va adoucir la période d’essais-erreurs, mais les robots-conseillers démocratisent l’accès au marché boursier c’est certain.

      Moi aussi, j’aurais aimé automatiser mes placements en début de carrière. Au lieu d’investir un gros montant d’argent une fois par année et de payer des frais de gestion de 2.5%, j’aurais établi un prélèvement automatique sur ma paie, tout en augmentant mon bénéfice de milliers de dollars.

      Merci pour ton témoignage! Au plaisir!

  18. Quelques remarques importantes :

    1- Le rendement des Robot-Advisers ne peut être considéré comme historique car ils n’existent pas depuis assez longtemps. De plus, le rendement 2014-2019 de votre portefeuille Wealthsimple est loin d’être impressionnant. en outre, on ne sait absolument pas comment il se comporteront lors d’un marché baissier prolongé (5-10 ans).

    2- Les FNB sont pour la plupart des fonds « ouverts » passifs, c’est à dire qu’ils achètent des titres au fur et à mesure que de l’argent est investi : ils contribuent donc eux-mêmes à nourrir la « bulle » puisqu’ils ne gardent que très peu de liquidités. Lorsque cela « plantera », ils devront vendre en masse pour rembourser l’argent des clients qui vont paniquer (et ils seront nombreux) et certains des titres détenus se transigent à de petits volumes normalement, ce qui amplifiera la baisse considérablement. Dans cette optique, Michael Burry a entièrement raison et ceux intéressés par les crises devraient regarder les films Too Big to Fail, The Big Short, Margin Call et les documentaires à ce sujet. Il y a beaucoup à apprendre.

    3- Contrairement aux FNB et Fonds mutuels ouverts, les CEF (Closed-end Funds) ont un nombre de parts déterminées (ils n’en ajoutent plus après l’offre initiale) et gardent une partie significative de leurs avoirs en liquidités pour éviter de devoir vendre à perte en cas de crise majeure. Ils sont actively-managed mais les frais sont élevés… Rien n’est gratuit dans ce monde SAUF :
    Un bel exemple de cela est Berkshire-Hathaway qui est assis sur plus de $ 122 Milliards US de cash, prêt à dégainer lorsque le temps viendra… On devrait s’en inspirer, ou mieux, simplement acheter des BRK-B qui résisteront bien mieux que le reste des Fonds lorsque l’inévitable se produira… Et avec BRK-B, on a véritablement un rendement historiquement supérieur aux indices boursiers…De plus, les frais de gestion sont de ZÉRO !

    1. À ce sujet, voici un extrait révélateur de la lettre de Warren Buffett aux actionnaires de Berkshire en date de février 2019 :

      « Berkshire will forever remain a financial fortress. In managing, I will make expensive mistakes of commission and will also miss many opportunities, some of which should have been obvious to me. At times, our stock will tumble as investors flee from equities. But I will never risk getting caught short of cash. »

      C’est on ne peut plus clair.

      1. Bonjour Darth,

        Ça faisait un bout de temps!

        Je suis bien d’accord que l’historique de Wealthsimple est court. 4-5 ans ce n’est rien! Il faudra attendre pour tirer des conclusions sur le rendement à long terme.

        Les robots-conseillers sont très récents dans le paysage. Par contre, la stratégie d’investissement passive et les FNB ont fait leurs preuves (à mon humble avis).

        Et, rien ne me laisse présager qu’une bulle se forme. Voici un article qui fait tomber le mythe: https://www.finance-investissement.com/nouvelles/produits-et-assurance/non-les-fnb-ne-creent-pas-de-bulle/

        « Les FNB sont très loin d’avoir le poids nécessaire pour influencer les marchés. Les FNB ne représentent que 1,9 % et 6,1 % des capitalisations boursières canadienne et américaine respectivement. »

        Par ailleurs, « l’Oracle d’Omaha a plus d’une fois recommandé aux investisseurs d’investir dans les FNB plutôt qu’en fonds communs… »

        Pour ce qui est des liquidités, on s’entend là-dessus. Cash is king, surtout durant une correction/baisse/etc.

        À plus!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *