Les jeunes retraités face à la crise du coronavirus

Mon portefeuille est à -30%… Je fais mon CV!

Tout le monde veut savoir combien d’argent nous avons perdu cette semaine suite à la pandémie qui fait rage. Est-ce que le coronavirus aura raison de notre retraite précoce? Honnêtement, je commence à avoir la trouille!

Pour la première fois sur ce blogue, je laisse la parole à Van-Anh, alias la jeune retraitée. Elle saura peut-être me dissuader de vendre tous mes placements, d’acheter 30 paquets de papier-cul et de me barricader dans mon bunker (avec de telles provisions, la salle de bain semble être l’endroit tout désigné).

La jeune retraitée s’exprime enfin

Van-Anh: C’est à mon troisième anniversaire de vie de jeune retraitée que j’ai décidé de participer à ce blogue. Il faut dire que la situation est critique.

J-S s’intéresse à peu près à tous les sujets du monde, de l’ autonomous sensory meridian response jusqu’au sneakers reselling. Cependant, vous serez surpris d’apprendre qu’il n’est pas du tout intéressé par les nouvelles financières.

Le temps qu’il réalise l’effondrement des marchés boursiers, le sujet ne sera plus d’actualité. Ainsi, je ressens le besoin d’intervenir. 😉

Avertissement: même si j’ai réussi à convertir mon amoureux en fourmi, il n’a pas réussi à me transmettre son talent d’écriture, ni son humour. Il m’a donc aidée avec l’édition de ce texte.

Le COVID-19, c’est juste une grippe, non?

J-S m’a demandé ce matin, « Pourquoi le COVID-19 a déclenché cette euphorie alors que la grippe affecte plus de victimes chaque année? ». Je ne suis pas très bien informée sur le sujet, car ici au Sri Lanka, nous sommes en sevrage techno, mais je vais essayer de répondre en me basant sur mes connaissances pharmaceutiques.

Pour la grippe, nous avons développé des vaccins, qui sont modifiés d’année en année pour s’adapter à l’évolution du virus. Nous avons aussi des antiviraux pour prévenir et traiter la grippe.

Je ne suis pas ici pour débattre de l’efficacité de ces vaccins/antiviraux, je veux simplement souligner que nous connaissons beaucoup plus le virus de la grippe que le COVID-19.

De plus, ce dernier a atteint plus d’une centaine de milliers de personnes à travers le monde et peut encore se muter pour devenir plus virulent. Il est donc nécessaire de prendre toutes les précautions afin d’en restreindre la propagation.

L’hystérie (habituelle) des marchés

Les marchés sont en panique, devrions-nous l’être aussi?

La propagation exponentielle du COVID-19, combinée à la chute du prix du pétrole, ont créé la tempête parfaite. En panique, plusieurs investisseurs ont retiré leurs billes du marché. Ont-ils bien fait?

Maintenant, que vont-ils faire de leurs liquidités? Attendre le plus bas pour racheter? Essayer de « timer » leurs transactions? L’histoire démontre que cette stratégie est contre-productive.

Selon une étude de Fidelity, un investisseur qui aurait manqué les 5 meilleures journées en bourse, entre 1980 et 2018, aurait obtenu un rendement 35% inférieur à celui qui serait resté investi durant la même période (source).

Pire encore, l’investisseur qui aurait manqué les 10 meilleurs jours, aurait divisé son rendement de moitié (source).

De plus, les plus fortes augmentations boursières arrivent habituellement durant une chute des indices. Parmi les 10 plus fortes hausses de l’histoire, six sont survenues durant la bulle techno de 2000 et durant la crise financière de 2008 (source).

Typiquement, guidés par leurs émotions, les investisseurs attendent que le marché se stabilise avant de racheter. Or, il est déjà trop tard. Ils passent ainsi à côté des meilleurs gains.

Justement, le TSX vient de monter de 9.7% aujourd’hui, la plus forte hausse de la décennie (source).

La sagesse des morts

Alors, quoi faire quand la panique collective s’installe? Rien du tout.

Comme l’avait illustré une étude Fidelity, les portefeuilles les plus performants sont ceux des gens décédés. En effet, ces derniers ne peuvent plus suivre les mouvements irrationnels du marché et, ainsi, en sortent gagnants (ou pas…ils sont morts après tout). 🤔

Cependant, avec l’OMS qui déclare une pandémie, Trump qui coupe les entrées des Européens aux É-U, la crise prend de l’ampleur à une vitesse folle. Tout se passe beaucoup trop vite!

Nous sommes passés de « Cute, une correction boursière! » à « HOLY SHIT! » en moins d’une semaine.

Même l’investisseur qui s’était juré de ne pas paniquer pendant une telle crise, commence à se ronger les ongles. On vend donc en bloc. Par conséquent, les indices boursiers continuent de s’effondrer de jour en jour.

La saison des soldes débute

Je ne suis pas de glace, j’ai quand même un pincement au coeur quand je ne vois que du rouge dans mon application financière. Non seulement c’est rouge, mais ça indique des -10% à -20%.

Par contre, j’ai aussi envie d’acheter plusieurs titres que je suis depuis longtemps. Selon mon expérience en 2008, ça finit par remonter, et parfois à une vitesse fulgurante.

Par exemple, Disney et QSR sont très tentants. C’est peut-être la saison des soldes qui débute!

Attention, ceci n’est pas une recommendation d’acheter quoique ce soit. Il est fort possible que ça baisse encore. À chacun de faire ses devoirs et d’établir le juste prix des titres.

C’est peut-être juste la FOMO en moi qui parle.

Nous étions préparés (ou presque)

Allons-nous devoir retourner au boulot, la queue entre les jambes? Avons-nous pris notre retraite trop tôt? La réponse courte à ces questions est « non ».

Je dors encore bien la nuit, car nous avions planifié qu’une chute allait survenir un jour ou l’autre. Nous ne savions pas quand elle allait arriver, son ampleur ou sa durée, mais nous avions prévu le coup.

Ainsi, nous avons plus ou moins 20% de notre avoir en liquidités. Ceci représente presque cinq années de dépenses. Nous pouvons ainsi maintenir notre mode de vie encore un bout de temps sans devoir vendre nos actions à pertes. Encore plus important, nous n’avons pas l’obligation de retourner travailler.

Toutefois, si la crise s’annonçait plus longue, nous aurions à compresser notre budget pour éviter de dilapider notre capital. Donc, moins de restos, moins de voyages et, comme dirait J-S, moins de ketchup sur le Kraft Dinner.

Certes, la durée moyenne d’un bear market est d’environ 206 jours (source) et de un an et demi pour une récession (source).

À chaque crise, on dit que cette fois-ci c’est différent, ou même que c’est du jamais vu dans l’histoire. Les médias en beurrent épais! Je ne suis pas une experte, mais je ne crois pas que ce soit la fin du système capitaliste, ni l’apocalypse financier.

Même si tel était le cas, nous ne serions pas plus mal barrés que le reste des travailleurs.

Le temps avant l’argent

Et si j’étais encore salariée? Si j’avais continué d’empiler les dollars, par peur d’en manquer un jour? Ma situation actuelle serait moins précaire, non?

Je n’ai pas encore regretté une seule minute d’avoir quitté le monde du travail. Le temps est une ressource trop précieuse pour la gaspiller.

Je comprends que pour certains, le travail soit un plaisir, voire une passion. Mon ami, un chef pâtissier, fait partie de ce groupe. Je trouve que c’est admirable, mais je suis incapable de prétendre que tel est mon cas.

Je suis convaincue que nous avons bien fait de s’évader du monde corpo au moment où nous l’avons fait. Il ne nous reste qu’à s’ajuster aux obstacles qui surviennent. Dans tous les cas, l’exécution est toujours plus importante que la planification.

Combien avons-nous perdu?

Enfin, pour répondre à la question qui est sur toutes les lèvres, « combien avons-nous perdu? », je répondrai « rien ». Nous n’avons pas perdu un cent puisque nous n’avons vendu aucun titre. Et, nous n’avons surtout pas perdu notre temps dans le monde futile du métro-boulot-dodo.

Sur ce, restez calmes, soyez prudents et investissez dans le papier-cul. C’est la nouvelle valeur refuge.

J-S: Merci ma belle Van-Anh de me rassurer! Donc, nous sommes toujours retraités? Je peux donc retourner à mon insouciance habituelle. Surf time!

Quelle est la baisse (virtuelle) de votre portefeuille?
Est-ce que je devrais engager Van-Anh comme rédactrice?

117 commentaires

  1. J’ai vu mon portefeuille perdre presque 90000$ de sa valeur cette semaine et ce en moins de 3 jours. Sur le coup ça m’a fait peur mais après réflexion j’ai décidé de ne pas paniquer.

    On est tous dans le même bateau et je me dit que tout ce qui monte redescend et inversement. Je suis d’accord avec l’idée qu’il ne vaut pas la peine de vendre en ce moment. Ce serait peut-être plus une belle occasion d’achat.

    Sinon comme vous j’ai de la liquidité de disponible et je suis bien heureuse d’avoir ce bas de laine pour cette période de crise. Comme vous je suis une jeune retraitée qui est de retour aux études pour mon plaisir. Je vie donc entièrement de mes placements. Je nous souhaite à tous de poursuivre le plus sereinement nos objectifs et nos rêves.

    Salutations à vous deux! 🙂

    1. Hello vous deux ! Perdu 50k$, soit 9% de mon portefeuille. Mes comptes enregistrés et non enregistrés sont gérés chez Raymond James, une boîte pour les pépères. Je connaissais pas mal moins les finances personelles et le mvt FIRE en général que je les ai pris, alors le 1% de frais de gestion qu’ils me chargent me dérangeait pas bcp. Dans les derniers mois, je dois dire que ça commençait à me déranger BIG TIME, mais en même temps, ils m’ont concocté un portfolio ultradiversifié avec une large part en placements privés qui fluctuent bcp moins… Au final, je m’aperçoit que je n’ai pas fait un choix si mal que ça après tout !! Anyway, je leur confiait pas tout mon patrimoine non plus. J’ai 200k$ de liquidités qui « dormaient » à 2,5 % en attendant une telle baisse que l’on voyait tous venir… J’ai l’intention de profiter des aubaines et de commencer à l’injecter dans le marché, surtout en assets allocations ETF.

      Bonne vacances !

      1. Salut Yann,

        Cette crise est un test pour les investisseurs. Il est facile de gérer ses placements quand tout va bien. Quand la tempête frappe, on se sent petit dans ses shorts. C’est seulement à ce moment là qu’on connait sa véritable tolérance au risque.

        Dans certains cas, les frais de gestion sont amplement justifiés. Tu sembles être entre bonnes mains.

        Surtout, avec 200k$ en cash, tu pourras profiter des aubaines.

        Bonne chance!

    2. Bonjour Karine,

      Ouch! Ces chiffres font peur. Par contre, les pertes sont seulement virtuelles pour l’instant.

      J’ai choisi de ne pas consulter mon compte de courtage cette semaine. Je préfère ne pas savoir. Certes, ma blonde me fait une mise à jour chaque heure. 😉

      Nous sommes tous dans le même bateau. Tout le monde a avantage à ce que ça se règle au plus vite, même ceux qui n’ont pas un cent investi en bourse.

      Seuls les survivalistes et les conspirationnistes jubilent. Ils vivent leur 15 minutes de gloire dans leur bunker.

      Je nous souhaite une reprise rapide.

      Bonne retraite!

    3. J’ai vendu la moitié de mon portefeuille au départ et pris une perte volontaire de +-15%. Après c’est tombé, à la première petite hausse je me suis fait avoir je suis rembarque en rachetant avec la moitié de ma liquidité pour baisser mes coût d’acquisition et bientôt je vais réinvestir toute le reste de mes liquidités pour la remonté je vais avoir baisse mes coûts d’acquisition pas mal donc je vais retomber profitable plus vite. Une chose certaine çà va remonter. Je vous conseille des titres comme citigroupe qui ont corrigé beaucoup, Allstate, des valeurs sure comme Costco, Apple ou Facebook et si vous êtes ambitieux du expédia pour la forte hausse qu’il y aura quand ce sera réglé avec le covid. Si on ne peut pas augmenter nos revenus pour le moment il faut baisser nos dépenses. Toujours garder 30-40% liquide dans vos portefeuilles pour ces situations vous dormirez mieux et quand ça arrive tu as de l’argent pour investir plus bas et prendre la hausse. Bon succès à tous.

      1. Bonjour Michel,

        Vous êtes un investisseur très actif. Je suis à l’autre extrême, très passif (lire paresseux).

        Je vous souhaite que votre stratégie fonctionne. Dans tous les cas, ce n’est qu’une question de temps avant que les marchés rebondissent.

        Merci pour les recommandations. Des valeurs sures. À suivre…

        Bon succès!

  2. Bonjour à vous deux

    Mon portefeuille a perdu 22%. En fait, comme vous dites, je n’ai rien perdu puisque je n’ai rien vendu. En fait, si, j’ai vendu 2 titres mais, en janvier quand beaucoup de titres atteignaient des sommets. Alors, j’ai un 10 % d’encaisse, prêt à être déployer. J’attend car, je pense qu’il y aura encore beaucoup de volatilité dans les prochaines semaines. Continuez à profiter mais, lavez vous les mains souvent!😉

    1. Bonjour Richard,

      Merci pour votre témoignage!

      22% doit être à peu près la moyenne. Ce n’est qu’une question de temps avant que ça remonte.

      Les investisseurs patients seront récompensés. Comme dit Buffett, « The stock market is a device to transfer money from the impatient to the patient. »

      Merci pour le conseil. Vous aussi, soyez prudent!

  3. Quoi, un krach boursier??? Pandémie??? Aucune idée de quoi vous parler, je suis en pleine saison des sucres, mes seules préoccupations sont, le taux de Brix dans mon eau d’érable et météo-média… Je que je veux dire, c’est, pas de panique, vivez votre quarantaine à font, faite autre chose pendant le prochain mois, profitez-en pour VIVRE!!!
    À la question, combien j’ai perdu?, je dirais que je n’en ai aucune idée, j’ai pas regardé, mais étant donné que je suis à 30% action seulement dans mes placements et que plus de 75% de mes avoirs sont en immobilier, terre et prêt privé, ca doit pas avoir changer grand-chose, car j’ai toujours été allergique au marché, je n’aime pas ce que je ne contrôle pas et ça me paye aujourd’hui (mais moins dans les 12 dernières années ;-))

    Et je te suggère d’engager Van Anh comme collaboratrice spéciale, toi tu parles de surf et elle s’occupe du côté finance ahahah

    Bon restant de voyage et bonne quarantaine à votre retour 😉

    Et

    1. Salut Sylvain,

      Tu as la meilleure approche. Si tout le monde était aussi cool, il n’y aurait pas de krach présentement.

      Certains voient mon « je-m’en-foutisme » comme de la négligence. En fait, c’est une stratégie très réfléchie. 😀

      D’accord, j’engage Van-Anh pour une période probatoire. Je pourrai la former durant notre quarantaine de retour.

      Au plaisir!

  4. Super contente de te lire Van-Anh. 🙂 Je trouve ton texte très précis et vraiment bien écrit. Merci de nous informer.
    Pour ma part, je ne suis pas rendue à l’investissement agressif de mon plan de retraite, alors bien que ma perte en % est majeure, le montant ne me dérange aucunement.
    Bonne fin de voyage au Sri Lanka. Pensez-vous rentrer plus tôt que prévu au Canada?

    1. Bonjour Gabrielle,

      Merci pour les bons mots, faut dire que j’ai un bon éditeur. 😉

      Rares sont celles qui demeurent zen face à cette perte, mais c’est l’attitude à prendre.

      Au moment de l’article, je n’étais pas du tout prête à rentrer du Sri Lanka. Nous avons discuté de la possibilité de rester plus longtemps que prévu. Par contre, notre entourage devenait de plus en plus anxieux pour nous, nous avons donc écourté notre voyage d’une semaine. Au final, nous sommes contents d’être chez nous. 😀

      Bon parcours vers la retraite!

  5. Bonjour Van-Anh,
    Ma perte théorique (sur papier) est d’environ 30 %, soit une perte similaire aux principaux indices boursiers. Je suis environ 90 % actions. Mais, tout comme vous, je ne vends pas. Au contraire, je trouve tout l’argent nécessaire pour pouvoir investir davantage dans mes achats récurrents (dollar-cost averaging). Je continue à acheter des petits montants même à ce moment ci.
    Mon seul regret, si j’ai à en avoir un, est de ne pas avoir de liquidité (cash) pour pouvoir investir pendant cette crise. J’étais 100 % investis, ou presque.
    Les gens veulent savoir combien vous avez « perdu »? Sachez que vous n’êtes pas les seuls… Je dois avoir une cinquantaine de messages privés sur Facebook Messenger à propos de cela. Est-ce que les gens veulent se réconforter en sachat combien les blogueurs FIRE ont perdu? Peut-être…
    Sur ce, bonne fin de voyage et bon retour. Soyez prudent.
    J’espère que tu vas continuer d’écrire sur ce blogue 🙂
    A+

    1. Bonjour Retraite101,

      Je n’avais rien acheté encore en voyage, mais de retour et en isolation, je vais sûrement commencer à acheter des petits montants comme toi. Plus difficile pour nous de décider du montant à investir, étant donné que nous n’avons plus de revenus d’emplois.

      Je pense que c’est la nature humaine de vouloir savoir, quand on se compare, on se console. Moi la première!

      Ce n’est pas ma force l’écriture, je préfère investir. 😉

  6. Bonjour à vous deux, j’espère qu’on pourra se revoir à un moment donner. Je ne peux pas dire que je suis décu d’avoir vendu tout mon portefeuille le 5 février passé, au contraire mon argent est mis de coté pour plus tard et mes investment s dans l’immobilier demeurent stables. Je ne prévoit pas être un jeune retraité comme vous, ce n’est juste pas possible pour moi mais c’est sur qu’à 55 ans on va profiter de la vie. À bientot

    1. Salut Omar,

      Es-tu le Omar que je connais du cégep? Le lutteur/humoriste! 🙂

      Comme ça va? Oui, il faudrait se revoir pour discuter de Seinfeld. Plus personne ne veut en parler avec moi. Peut-être en début d’été?

      Tu avais vu venir la crise ou c’est juste un hasard?

      À très bientôt!

  7. En effet, c’est pas évident de savoir comment réagir dans de telles circonstances. Le 27 février, j’étais prêt à annoncer à mon boss que je quittais. Or c’est cette journée que tout a commencé à planter à la bourse. Me suis donc gardé de faire mon annonce. Depuis, mon portefeuille a baissé de 20%. Comme je suis dans la cinquantaine, j’ai un peu moins de temps que vous pour me refaire ;-). J’ai vendu la moitié durant la première de mars mais j’ai bcp hésité avant de le faire. D’un côté, je ne voulais pas trop perdre et aussi avoir du cash pour racheter à encore plus bas prix. Et de l’autre, je me demandais si ça allait remonter après que j’aie vendu. Depuis, ça monte et ça descend. Belle opportunité pour les day traders, dont je ne suis pas.

    Un collègue a tout vendu et un a tout gardé. Qui sait qui aura eu raison? C’est toujours trop facile de dire, après coup: « J’aurais donc dû… »

    L’important c’est d’être bien avec sa décision. J’avoue que je suis perplexe devant la mienne car maintenant je dois décider du meilleur moment pour racheter en espérant le faire au plus creux de la vague, ce qui est impossible à prédire. Que les vendeurs de boules de cristal se lèvent.

    Selon mon chiffrier, avant cette crise, j’en avais assez pour vivre durant 40 ans, soit 94 ans. En ayant perdu 20%, ça m’a ramené à 83 ans. Pas très jojo…mais c’est ainsi. Sans être devin, je crois que le marché va être en dents de scie au minimum jusqu’à la fin mars. Alors j’attends un peu avant de réinjecter.

    En espérant que le marché reprenne rapidement parce que je n’ai pas fait de provision de papier cul ;-p

    1. Bonjour Marc,

      Comme vous dites, l’important est d’être en paix avec ses choix.

      J’ai déjà été dans la même position que vous. En 2008, durant la crise, j’ai vendu certaines actions en me disant que j’allais en acheter d’autres qui seraient plus performantes. En pratique, c’est logique. Sauf qu’au moment de passer à l’action, c’est plus « touché ».

      Disons que ça ajoute une pression supplémentaire parce qu’on essaie d’acheter le bon titre au bon moment.

      Ceci dit, plusieurs titres de très grande qualité sont présentement sous leur juste valeur. C’est une belle opportunité de croissance.

      Par ailleurs, le papier-cul aura été le thème de cette crise. Il y a eu la bulle techno de 2000, les subprimes de 2008 et le papier-cul de 2020. 😉

      Il faut bien en rire. Je vous souhaite sincèrement du succès dans vos placements!

  8. Jeune Retraités,

    Oui vous devriez alterner l’écriture, comme ça vous publieriez plus souvent 🙂

    C’est sûr que sans job, on a pas de liquidités pour réinvestir de l’argent et on veut surtout pas retirer des actions au pire de la baisse.. rappel que d’avoir un peu de cash ça reste important et psychologiquement, on a l’impression que ça, rien ne peut nous l’enlever!

    J’étais 40% cash/obligations avant la baisse et là je rebalance à mesure que les actions baissent, c’est-à-dire que pour maintenir 60% en actions j’achète sur des baisses et je revends sur des hausses… globalement je suis à -13% sur mon portefeuille global. Mes actions je crois ont baissé un peu plus vite que le SP500: plus concentré au Canada notamment dans les banques.

    En $ absolu c’est une grosse perte quand même et je serais pas étonné qu’on voit d’autres baisses importantes dans les semaines à venir. Moi je trouve ça excitant, c’était rendu ennuyeux le monde de la finance 🙂

    1. Salut Mr. Jack!

      Oui, en effet, ça met un peu de piquant dans le monde ennuyant de la finance! 😉

      J’ai souvent songé à l’anarchie, comme on voit dans les films. Les gens qui se battent pour des ressources vitales. Or, je ne pensais pas que ce serait pour du papier-cul.

      Parmi tous les blogueurs, tu as toujours été mon modèle au niveau de la gestion financière. La preuve, t’es en très bonne posture. Une fois ton portefeuille rééquilibré, tu auras du cash pour t’amuser. Comme on dit, « cash is king ».

      On reste bien cramponné pour la suite des montagnes russes!

  9. Le marché boursier n’est pas une mesure de la sévérité du virus…
    … c’est un calcul fort simple des profits attendus.

    Par exemple, avant le virus, les investisseurs s’attendaient à des profits de $175 pour les compagnies qui forment l’indice du S&P500. Hors, avec un ration cours/bénéficie de 18, le S&P500 transigeait autour de 3150.

    Avec la propagation du virus, on revise ces attentes. La volatilité elle est le résultat d’un manque de visibilité sur les profits attendus. Tous n’ont pas le même modèle.

    Le S&P500 est composé de 10 secteurs (11 avec l’immobilier). Ce ne sont pas tous les secteurs qui seront affectés par une baisse de la consommation. Le secteur de la santé par exemple aura une hausse de revenus. Les services à la collectivité (l’eau et l’électricité) sera stable, tout comme les communications. Même pour la consommation, certaines industries (comme pour l’exemple du papier-cul) se porteront bien.

    En gros, en 2008, les profits du S&P500 ont baissé de 20%-25% de façon généralisé. Si les profits attendus baissent de 20-25% pour le coronavirus, on peut estimer grossièrement que la valeur du S&P500 est d’environ 2500, là où il était vendredi midi…

    Est-ce un bon niveau? Comme dit Van, faites vos devoirs ! Compte tenu la baisse du prix du pétrole et du ‘trickle down’ effet, l’économie pourrait entrer en récession et seriez peut-être plus sécurisé à entrer à un niveau de profit de -30% ?!? ($175 x .7 x 18)

    Mais n’oubliez pas que l’indice boursier ne mesure pas la sévérité du virus. Lorsque Trump a annoncé la fermeture des frontières, c’est une baisse de revenus (transport, tourisme, etc) que le marché a ‘pricé’, pas la vanité dangereuse de Trump ni une aggravation du virus…

    Un calcul mathématique simple. À vous de “jouer”!

    1. Salut Millionnaire Invisible!

      Les fluctuations des marchés ne sont pas toujours proportionnelles aux nouvelles économiques. Quand ça va bien ET quand ça va mal. Le marché est une poule pas d’tête! Greed + fear guident les décisions.

      La valeur d’un titre devrait (en principe) être la valeur actuelle des flux monétaires futurs.

      C’est certain que le virus affecte grandement les revenus futurs des entreprises. Par conséquent, il est normal que leur valeur chute. Reste que la panique entraine la panique. La peur des investisseurs crée des mouvements complètement démesurés.

      Je pense que les « value investors » sauront dénicher les perles.

  10. Bonjour vous deux,
    Personnellement, les pertes représentent un peu plus de 25% du portefeuille (10% valeur nette). J’ai presque tout vendu !!! … Pour racheter aussitôt. C’était une super belle opportunité pour faire du « tax loss harvesting », alors j’en ai profité. Sinon j’ai une allocation hybride avec % d’obligations variable (variant de 5 à 35% du portefeuille selon le ratio CAPE). Avec cette baisse rapide des indices, j’ai déjà passé 2 phases de réajustements en plus d’injection importante de fonds qui « dormaient » dans des comptes épargnes à intérêt « élevé » (avec perspectives qui baissent rapidement vu les baisses de taux de la BDC…). J’en ai donc profiter pour faire beaucoup d’achats. Avec tout cela, je reviens sur papier à la même valeur qu’au début février si les indices reprennent la moitié de leurs pertes depuis le sommet. Et même sans, j’adore regarder les « yield » de certains fonds dans ces périodes baissière. Personnellement, pour moi l’investissement revient à m’acheter un cash flow. L’idéal étant de pouvoir vivre sans jamais rien devoir vendre, sur les dividendes seulement (je parle d’une stratégie indicielle conventionnelle, pas de « dividend investing », donc un yield plus près de 2 à 3%).
    Avec la chute vertigineuse des cours, les « yields » deviennent fort intéressants (ça peut baisser avec une récession, mais ça reste attrayant en sois vue les taux d’intérêts).
    En gros comme à la fin 2018, je suis bien heureux des opportunités qui viennent avec le fait de perdre dans les 6 chiffres sur papier ! J’espère que vous en profiterez aussi.

    1. Bonjour AlexG,

      Vous avez un plan solide. Vous êtes un investisseur expérimenté, ça parait.

      Une telle crise présente de belles opportunités pour ceux qui savent les déceler. Le « tax loss harvesting », le rééquilibrage du portefeuille et surtout l’achat de titres de qualité sont de belles occasions. De plus, les périodes très volatiles sont celles qui génèrent le plus de gains.

      Par ailleurs, les titres à revenu (axés sur les dividendes) deviennent très intéressant. C’est effectivement un bon moyen de générer un « cash flow » à la retraite. J’en ai d’ailleurs acheté en début d’année.

      Profitez-bien des aubaines! J’ai confiance que vous allez en sortir gagnant!

  11. Merci pour ton article Van-Anh, c’est chouette de te lire!

    Dans notre couple, je suis celle qui ne veut rien savoir, on avait passé un deal avec mon conjoint quand on a commencé à investir, je ne veux RIEN savoir. Pas les hausses, pas les baisses. Il oublie parfois cette deal, et il m’a dit notre baisse cette semaine! Arfff! Je le comprends de vouloir partager car, lui il reste stoïque même en suivant, moi je préfère juste ne pas savoir… « Loin des yeux, loin du coeur ».

  12. Tout le monde dit qu’il ne va pas consulter son bilan de portefeuille présentement, et moi aussi… Mais hier c’était plus fort que moi; je suis allée voir juste pour « woère ». Baisse de 5% mais je n’ai pas un portefeuille très risqué alors pas de panique.

    Je relativise beaucoup étant donné que j’ai été vraiment malade pendant tout le mois de février et que je suis encore en mode récupération alors l’argent, ça devient secondaire. Tout ce que je veux c’est de retrouver ma grande forme. J’ai passé un bilan sanguin complet et les résultats sont si bons que si je pouvais l’afficher en bourse, je ferais fortune ;o) Seul le cours de ma progestérone s’est effondré mais à 54 ans et ménopausée, c’est un peu normal… hi hi hi!

    Évidemment, avec le COVID-19 qui sévit, je ne sais pas non plus si je vais travailler à mon retour au Québec étant donné que je suis guide-animatrice et que beaucoup d’événements sont annulés et le seront encore. Mais comme on dit: on traversera le pont lorsqu’on sera rendus à la rivière. J’ai ici des amis canadiens qui font de l’événementiel au Canada et eux sont pas mal plus inquiets que moi car pour eux, un événement annulé, c’est beaucoup beaucoup de cash en moins. Je ne peux les nommer mais ce qu’ils organisent, c’est pas mal plus gros que le Festival de la chaloupe de Sainte-Rame-de-la-Pagaie, alors ils ont beaucoup à perdre. Pourtant, ils restent zen malgré tout; il faut dire que de jaser de tout ça devant la mer et le ciel bleu et dégustant une bière glacée, ça nous permet de tempérer.

    Oui, tu devrais embaucher Van-Anh à titre de rédactrice, d’autant que tu peux la payer en nature donc pas un sou à débourser ;o)

    1. J’ai vraiment rit de votre faux festival de la chaloupe. 😂
      Le Mexique semble assez épargné pour le moment… j’espère que votre santé va s’améliorer. 🙂

    2. Salut Gabrielle,

      Bien dit!

      On oublie que la chute boursière est bien secondaire, le coronavirus fait des milliers de morts. Alors, tu as bien raison, la santé passe avant tout. J’ai une pensée pour ceux qui ont été affectés.

      Comme tu dis, pour le reste on verra. Les choses finissent toujours par s’arranger. Au pire, tu organises ton propre festival. S’il a lieu au Mexique, on ira, peu importe le sujet.

      Je te souhaite un prompt rétablissement. La chaleur tue les virus, alors tu es à la bonne place.

      Ok, j’engage Van-Anh!

  13. P.S. à mon commentaire ci-haut: pour l’instant, le cours du peso mexicain est en chute libre alors j’en profite pour en acheter pas mal. Mon loyer du mois d’avril au Mexique me coûtera donc 80$ CAD de moins que celui du mois de mars, sans compter que tout, finalement, me coûte présentement moins cher. Si je suis interdite de voyage, je préfère donc de beaucoup l’être ici qu’au Canada!

      1. Ici c’est la folie chez les expats. Tout le monde veut rentrer au Canada et plusieurs on déjà booké des vols de retour pour cette semaine à des prix astronomiques. J’hésite encore alors je ne bouge pas. Ironie: pendant ce temps, un vol d’Air Transat en provenance de Québec et bourré de touristes est atterri ce matin à Cancun… Misère!

        1. Gabrielle,

          Ici aussi, les voyageurs capotent.

          Les vols de retour sont à 3 000$, 4 000$, jusqu’à 7 000$. Les Cie aériennes ne répondent plus au téléphone. L’assurance interruption n’est évidemment pas valides (sans surprise). Comble de malheur, l’internet ne fonctionne plus.

          Heureusement, ma belle-mère a fait des appels pour nous trouver un vol de retour. On se croise les doigts pour que tout fonctionne comme prévu.

          Les gens n’ont rien compris! Rien ne pourra les dissuader d’avoir leur semaine de bronzage intensif à Cancun.

          Reste à l’abri du virus (et surtout des touristes)!

  14. Bravo Van-anh pour l’article! Il est clair, précis et on comprend qu’il est futile d’utiliser les émotions du moment pour prendre des décisions financières.

    J’ai regardé mon compte de courtage, (sauf jeudi, lol) Un peu comme regarder quelqu’un qui saigne abondement, je voulais voir comment mon portefeuille se comportait en période de crise. Pour ma part, en date d’aujourd’hui, j’ai perdu 12% de mon porte-feuille depuis le début de l’année. 1/3 de FNB et des titres boursiers dont la moitié sont assez défensifs. (Je suis 100% équité, très peu d’encaisse) Mon plan de match est DE NE RIEN FAIRE, mais je vais peut-être faire des micros ajustements et ajouter un peu d’argent frais.

    Je suis passé chez Métro vendredi, habituellement c’est calme, mais c’était la folie furieuse. Je suis actionnaire de Métro, j’étais particulièrement heureux de voir tous ces paniers pleins avec des produits « pas en spécial ». Les emballeurs suaient à grosse goutte.

    1. Merci J-D!

      Normalement, je regarde mon compte de courtage une fois par mois. C’est parfois plate et j’ai même moins envie de faire le suivi. En période de volatilité, j’avoue que c’est plus tentant de consulter plus fréquemment. Au final, je ne fais rien de toute façon.

      En isolation, je chosis de faire l’épicerie en ligne chez IGA. Or, quand je me connecte au site, j’étais la 11 856e en file d’attente! De plus, aucune livraison disponible pour la prochaine semaine. Certes, les titres d’épicerie sont intéressants ces temps-ci.

      Bon magasinage!

  15. Le ralentissement économique se fera sentir dans le(s) prochain(s) trimestre(s), mais je ne pense pas qu’il y a vraiment sujet à s’inquiéter. Certains sont enclins à la panique, certains m’ont carrément dit que cela va être pire que la crise financière. Les gens sont aveuglés par les mesures à très court terme et l’extrapole de façon exagérée, c’est le « availability biais » ou le l’heuristique de disponibilité en français.

    Personnellement, j’étais presque totalement investi, mais j’ai commencé à faire du cost averaging jeudi et cela pour les prochains mois, je l’ai aussi recommandé à mon entourage. Quand on s’assit et qu’on calcule, on se rend compte que certains titres sont extrêmement intéressants même si on prend en considération les impacts du COVID-19 sur plusieurs années! Quand les risques sont autant reflété dans les prix, c’est souvent des bons moments d’achat, car n’importe quelle nouvelle positive aussi minime soit-elle, augmente le prix des actions. Les actions peuvent continuer à descendre sous l’effet de panique d’où l’importance de faire du cost averaging et de ne pas tenter de viser le creux, mais de tourner autour de celui-ci.

    Bon courage à vous

    1. À méditer: «L’investissement programmé ou Dollar Cost Averaging»:

      «Les leçons des rendements historiques montrent qu’un investissement boursier est risqué, même sur le long terme. Lorsque l’on investi en Bourse, si l’on dispose d’un capital de départ, est-il préférable d’investir ce capital en une seule fois, ou bien de le fractionner pour répartir l’investissement dans la durée ?

      Accessoirement, vous pouvez aussi vous poser les questions suivantes. Le fait d’étaler l’investissement va-t’il selon vous :

      diminuer ou augmenter le risque ?
      diminuer ou augmenter le rendement attendu du placement ?

      Si vous pensez qu’il est systématiquement préférable d’étaler son entrée en Bourse ou au contraire d’investir votre capital en une seule fois, la lecture de cette page devrait vous apprendre quelque chose. Pour les réponses aux questions accessoires, je vous laisse le plaisir de les trouver dans le texte.» Réf.: https://www.bnains.org/a_savoir/investissement_programme/investissement_programme.php

      1. En moyenne la bourse augmente, donc forcément investir en début d’année plutôt que de faire du DCA augmente le rendement sur de longues périodes.

        Le DCA est effectivement une méthode pour réduire la distribution (réduire le risque).

        Dans votre article, on compare les scénarios d’un individu qui a déjà des sommes épargnés.

        Inversement, si je prends un individu A pleinement investi qui effectue du DCA entre l’année 0 et l’année 1 versus un individu B qui est pleinement investi et rassemble sa somme pendant l’année 0 et investit à la fin de l’année 1, l’individu A ayant fait du DCA connaitra un meilleur rendement, car il investit plus rapidement que l’individu B.

        La conclusion dans mon scénario est qu’il vaut mieux investir le plus rapidement ses liquidités et donc que le DCA est meilleur que l’achat en un coup.

        Votre scénario et le mien sont 2 situations plausibles, tout dépend des hypothèses de départ que l’on choisit.

        1. Oui, d’accord pour l’investissement programmé sur une base mensuelle au fur et à mesure que la somme d’argent à investir est épargnée, mais à condition que, comme chez la BMO pour disons 500$, les frais de commission ne coûtent pas 1,99% de cette opération! Voilà le hic avec eux. C’est 9,95$ quel qu’en soit le montant.

          Le problème pour moi, c’est que j’ai déjà quelques années de liquidités mortes à transférer dans mon CELI. Cette année 2020 je l’ai fait tout de suite au cours de janvier même si je devais soupeser d’une même souffle l’effet dévastateur de la Covid-19 que je surveillais dès le tout début décembre, imaginez un peu!

          Je me disais, et cet article semble me donner raison de même que vous, que je ferais mieux d’investir tout de suite mes 6000 $ déjà disponibles de droits de cotisation annuels dès janvier en début de période afin de protéger cette somme de l’inflation de l’année courante.

          C’était sans compter sur l’opportunité d’achat que représentait la chute du 12 mars dernier. Mon anxiété a beau me faire jongler avec les pires scénarios à venir, elle ne fait pas de moi un devin en Bourse! Je n’ai rien non plus d’un synchroniseur de marché.

          1. Questrade permet d’acheter des ETFs pour des frais minimes (frais électronique d’environ 0.10-0,50$) si jamais, mais oui il faut tenir compte des frais de transaction.

            Cette année investir en janvier n’était pas la chose en faire, mais l’année passée 50% des gains se sont effectué entre janvier et avril. La distribution des résultats est plus grande vu qu’on investit en une seule fois, mais à long terme on se doute que le rendement sera plus grand avec cette méthode. Il ne faut pas se laisser démoraliser par une mauvaise année. Je suis dans la même situation que vous, un 6000$ qui est maintenant plus près du 5000$, mais on se rattrapera dans les prochaines années 😉

        2. Chaque jour est le début d’une période. Donc « tout » acheter en début d’année sous prétexte que la bourse monte chaque année est un peu comme dire que l’on devrait faire tous nos investissements à notre naissance…

          Acheter régulièrement demeure, selon moi, une des meilleures méthodes. Il faut quand même gérer ses flux financiers à travers l’année.

          Si vous avez du temps, amusez-vous à acheter un peu plus le mois où la bourse est en baisse par rapport au mois précédent…

    2. Bonjour Le Journal d’un investisseur,

      Voilà un bon conseil! Acheter graduellement des titres de qualité permet d’abaisser le coût moyen (cost averaging).

      Le marché est bipolaire. Il carbure à l’avarice et à la peur. Dès qu’une bonne nouvelle va sortir, tout ceux qui tentent de « timer » leur transaction vont s’enflammer. Ceux qui ont acheté progressivement vont profiter de cette hausse.

      J’ai confiance que des nouvelles encourageantes vont finir par redonner confiance au marché. Le troupeau d’investisseurs va ainsi se ruer pour acheter. C’est aussi bête que ça.

      Entre temps, bon courage!

  16. Pour ma part mon historique de rendement personnel ne débute que le 18 juillet 2018. Il est aussi unique que chacun des vôtres, mais tout de même exemplaire pour quiconque cherche à se renseigner et à partager en toute transparence et candeur, du moins entre néophytes, ce que je suis, au fond.

    Ouvrons les livres tout grand, en clair, voici mon bilan de ce matin 14 mars 2020, résumé en quelques lignes de risque:

    Quantité / 1 712
    Coût moyen / 41,6539 C
    Prix courant / 41,24 C
    Valeur marchande / 70 602,88 C
    Gain/Perte non matérialisé(e) / -708,53 C
    Gain/Perte non matérialisé(e)% / -0,99%
    %portefeuille / 99,93%

    Valeur totale du portefeuille (1 placement) / 70 653,19 C / -708,53 C /-0,99% / 100,00%

    Je me suis payé une tournée triomphale de 10 ans minimum en suivant la stratégie complètement passive recommandée aux lambdas comme moi par le patriarche Buffet dans les folles et délirantes montagnes russes du SP&500 grâce au seul FNB ZSP de la BMO dans mon CELI investi donc 100 % en actions américaines tout à fait bien diversifiées pour ce qui est de l’Amérique du Nord et même en partie pour le monde entier puisque beaucoup de ces 500 plus grosses compagnies dont la capitalisation boursière est la plus représentative sont des transnationales. Encore une fois, je ne cherche qu’à protéger le pouvoir d’achat sur le long terme d’une rente viagère prescrite qui de ce fait n’est donc pas indexée et dont j’ai absolument besoin pour compléter mes revenus.

    Cela vaut une petite confession. Les trois fois les plus cruciales où j’aurais dû investir avec une vision cristalline du marché, j’ai eu tout faux, bien sûr! Après tout, j’ai beau me farcir régulièrement des ouvrages de référence en matière de finances personnelles depuis plus de vingt ans, je ne suis qu’un amateur ignorant quand il s’agit d’exécuter soi-disant avec brio mes beaux plans de nègre blanc d’Amérique! 🙂

    D’abord, au moment de mon intro en juillet 2018, moi le cave j’ai injecté d’un coup sec tous mes droits de cotisation inutilisés depuis le lancement du CELI en 2009, soit 57 500 $! Qu’est-ce qui pressait tant, dites-moi? Un Jos connaissant de mon espèce en voie d’explosion aurait dû y aller ne serait-ce que par tranches chaque trimestre et ainsi j’aurais eu encore de l’argent pour profiter au maximum de la chute de 19,5 % du SP&500 fin 2018 et ainsi baisser mon prix moyen par part.

    Par la suite, je me suis dit que j’allais dorénavant redresser la situation en investissant 1 500 $ par trimestre au cours de l’année 2019 tout en faisant du pricing en achetant au moins au rabais soit en bas de la VAN du fonds. Sauf que les cours ont été en crescendo tout le temps. J’aurais donc mieux fait, cela constaté rétrospectivement, d’investir tous mes droits de 6 000 $ en début de période en janvier de 2019. J’aurais mis tout de suite cette somme, tirée de mon fonds d’urgence en argent mort dans un compte d’épargne qui ne rapporte rien, à l’abri de l’inflation, et j’aurais cumulé un peu plus d’intérêts que mes 24,24 % au final.

    Voilà ce que je me répétais en janvier 2020, bien à côté de la plaque évidemment, car je guettais pourtant dès le début de décembre les effets potentiels désastreux que pouvait causer en Bourse ce maudit virus diabolique qui m’a sonné des cloches dès les premiers signes avant-coureurs de son apparition dans l’actualité internationale. J’aurais donc dû en conclure de toute évidence, comme si j’étais un devin, étant donné le caractère irrationnel de la Bourse, pour le moins, que je ferais mieux de m’en tenir à ma stratégie d’investissement progressive et régulière de 2019 qui cette fois risquait surtout de se montrer enfin très payante en lissant davantage le prix moyen de mes foutues parts qui établit mon historique de rendement déjà assez merdique.

    Qu’est-ce que j’ai fait, l’empereur des cons? J’ai investi 1 500 $ au début de janvier et les 4 500 $ restant le 31 janvier tout en me répétant du même souffle, qui me manquait, je vous le jure sur la tête de ma défunte mère, que j’étais en train de faire une belle, une remarquable, une fantastique connerie d’amateur constipé de la cervelle, nom de D…! J’aurais pu en obtenir des parts pour 25 % de plus pour mon argent si j’avais acheté le 12 mars dernier alors que le SP&500 chutait d’autant.

    Tout cela parce que je me répétais à tort et à travers, juste au moment de passer en ligne l’ordre fatidique, que je n’y connais rien de rien, moi, à la Bourse, qu’il vaut mieux, comme il aurait fallu le faire en janvier 2019, mettre à l’abri de l’inflation cette rondelette somme de 6 000 $ dont je pouvais disposer tout de suite. Ce n’était pas, me répétais-je en tâchant de me consoler d’avance, comme si je devais l’épargner à raison de 500 $ par mois afin de combler au fur et à mesure mes droits de cotisation au CELI. On connaît la suite écarlate… On s’est tous fait enculer, les mecs! Bravo à la ronde! 🙁 🙂

    1. Bonjour PFG,

      Je ne connais personne qui fait l’auto-gestion de ses placements et qui n’a jamais fait d’erreur. C’est pratiquement un passage obligé.

      J’ai fait mon lot d’erreur. Chaque fois j’ai appris quelque chose. Certes, je suis encore en apprentissage. J’ai assez d’humilité pour le reconnaitre.

      Nous devrions tous apprendre quelque chose de la situation actuelle. Il faudra s’en souvenir quand les marchés vont rebondir.

      Si je me suis fait enculer, je n’ai rien senti.

      Bonne chance!

  17. De bons conseils Van-Anh! Je pense aussi que le mieux, c’est de ne rien faire, sinon d’acheter davantage et en profiter. Vendre reviendrait à verrouiller ses pertes et à long terme le marché est sûr de remonter pour fracasser de nouveaux records encore.

    J’essaie de ramasser plus d’argent afin de l’investir dans le marché et profiter de ces soldes. Je suis heureux de voir que vous gardez la tête froide, je t’avoue que j’avais peur que vous songiez à retourner sur le marché du travail.

    Bon voyage, profitez en et lavez-vous les mains ! 😉

    1. Merci The Rich Dog!

      Je suis contente de lire autant de gens adopter cette même idée sur ce blogue. C’est quand même réconfortant de savoir que je ne suis pas seule! 🙂

      Je n’ai aucunement envie de retourner sur le marché du travail. Par contre, dans ces temps difficiles, j’ai envie d’aider, une fois que notre quarantaine sera terminée évidemment. Le plus difficile, ce sera de choisir où offrir mon aide, car tout le monde semble débordé.

      A+

  18. N’ayons pas peur !

    https://fr.wikipedia.org/wiki/N%27ayez_pas_peur

    N’ayez pas peur : https://www.lefigaro.fr/international/2009/10/31/01003-20091031ARTFIG00223–le-prophte-venu-de-l-est-.php

    https://www.lesaffaires.com/blogues/denis-lalonde/bourse-il-est-important-de-continuer-d-investir-en-periode-de-crise-dit-francois-rochon/616507

    «Tout le monde veut savoir combien d’argent nous avons perdu cette semaine suite à la pandémie qui fait rage.» (http://www.jeuneretraite.ca/investissement/mon-portefeuille-est-en-chute-libre-a-cause-du-coronavirus/?utm_source=Abonn%C3%A9s+%C3%A0+mon+blog&utm_campaign=1881988c0e-EMAIL_CAMPAIGN_2020_03_14_06_10&utm_medium=email&utm_term=0_d47d2ad281-1881988c0e-102508765)

    Je voyais venir depuis un mois ou deux !

    Et même, … je la souhaitais !

    J’ai pas bougé !

    Que faire ? dirait Lénine !

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Que_faire_%3F_(L%C3%A9nine)

    Rien …

    Faire comme la tortue, rentrer la tête et ne pas bouger !

    Pour ma part, il faut que j’avoue être retraité et je reçois mensuellement une rente de la RREGOP-CARRA à 80 % de mon salaire de 2013, année de ma retraite …

    Je suis privilégié, je sais.

    1. Bonjour Paul,

      Vous êtes privilégié. Profitez-en! Nous n’avons pas votre chance.

      Je fais présentement la tortue… sur la plage. 😉

      La prochaine fois que vous voyez une crise venir, svp nous en informer!

      Bonne retraite!

  19. Bonjour J-S et Van Ahn et bravo pour votre article!

    Comme tout le monde j’ai aussi mangé une claque, environ 20% au moment d’écrire ces lignes…Ouch!
    Mais comme mes placements ne représentent que 22% des mes avoirs total, le reste étant dans l’immobilier, j’ai « perdu » en fait 20% de 22% soit plus ou moins 4,4%, en plus que mes placements sont dans mes REER , donc pour ma retraite, quoique j’y suis déjà.. à la retraite…
    Donc au final, j’ai perdu en théorie seulement puisque je ne touche à rien, ça va remonter.
    Et le beau dans tout ça c’est que, ils font quoi les gouvernements quand il y a une crise financière? Ils baissent les taux d’intérêt. les miens étant variables, ils viennent de dropper d’un coup! YEAH!!! du un, ma capitalisation va s’accélérer big time mais en plus, mes immeubles viennent de prendre de la valeur d’un coup, leur valeur étant directement reliés aux taux d’intérêt.
    Ouin, quand on parle de diversification, une bonne combinaison bourse/immobilier est peut-être la recette ultime!

    1. Salut Seb!

      Ça me fait plaisir d’avoir de tes nouvelles! Aussi, je suis content d’apprendre que tu profites bien de la situation.

      De sages conseils de ta part. La diversification immobilier/bourse permet de sortir gagnant de presque tous les scénarios.

      Au plaisir de se revoir prochainement. Bonne retraite!

  20. Salut les jeunes retraités.

    Oui, c’est encore moi, le Prince des ténèbres !

    Vous êtes à l’étranger, avez-vous imaginé qu’il vous serait peut-être difficile de rentrer au pays avec la fermeture progressive des frontières aux vols internationaux (M. Legault le réclame à M. Trudeau de manière urgente). De plus si vous contractez le COV-19 au Sri Lanka et nécessitez des soins intensifs, y aurez-vous accès (les locaux seront traités avant vous) et si oui, à quel prix ? (Vos assurances refuseront-elles de payer car elle considéreront l’événement comme un Act of God).
    Concernant le marché boursier, tout le monde compare à 2008 alors que ce n’est pas du tout la même situation. On tente de justifier son inaction de ne pas avoir vendu à -5% et -10% en se disant que cela remontera rapidement. De plus, certains sont assez inexpérimentés pour racheter : « Catching a falling knife » !
    Que cela plaise ou non aux intervenants ici, il fallait vendre la première journée lorsque l’indice avait chuté de plus de 3%. C’était un changement de tendance majeur et, si au lieu de cracher sur l’analyse technique qu’ils ne connaissent même pas, ils avaient eu la curiosité de l’étudier sérieusement, beaucoup ne seraient pas actuellement à -25% ou -30% .
    D’autre part, vous ne mentionnez pas que tout chute, y compris les métaux précieux et le prix des FNB d’obligations à long terme… Il ne s’agit pas seulement d’une correction, c’est plus grave que cela. La situation va s’envenimer, quels que soient les voeux pieux exprimés ici.
    20% de liquidités c’est bien (on dirait que je vous avais fait changer sur ce sujet) mais le problème est de savoir la durée de ce bear market si c’en est un.
    Pour ma part, et je ne suis ici l’avatar de personne, je suis 100% en cash depuis mai 2019 et mon portefeuille est en hausse (oui PFG, les options ça sert à quelque chose lorsqu’on a bien pris le temps de les étudier sérieusement et qu’on a l’expérience pour savoir comment bien s’en servir) parce que la gestion du risque responsable implique de savoir protéger son capital dans des moments comme celui-ci. Si tous ici l’avaient fait, leurs portefeuilles ne seraient pas à -25% mais -5% max ou break-even.
    Que les gens ici ventilent leur rage et leur frustration en me haïssant parce que j’avais raison et eux tort, cela ne me fait pas un pli. En bourse, on ne peut pas se permettre d’avoir de sentiments ni d’émotions. Quand Mr. Market vous dit que vous êtes dans l’erreur en se retournant violemment contre-vous, il faut l’écouter car il a toujours raison même si vous êtes convaincu du contraire. Moi, je change mes positions quand Mr. Market change d’humeur.
    Personne ici n’a reconnu que Darth avait raison en ce qui concernait les risques de ce marché et la possibilité d’un Black Swan event. Que vous ne m’ayez pas écouté, je m’en fous car c’est vous qui perdrez et non moi, mais les écrits sont là pour témoigner des avertissements que je vous avais lancés.
    Priez fort pour que ce ne soit pas un « multi-year bear market » car vous vous en mordrez les doigts pendant de nombreuses décennies.

    1. Salut Prince des ténèbres

      Merci pour ton commentaire, j’étais pour écrire quelque chose de similaire concernant le retour au pays de JS et VA, au plus cr… (vite, pardon)

      Concernant le fait que personne ici ne te donne raison, peut-être qu’ils ne l’ont juste pas écrit spécifiquement, mais il faut avouer que tu es Sombre pas mal pour certains.

      Même si tes points sont très logiques, ce que je comprends du mouvement FIRE c’est d’être libre financièrement jeune. Du temps c’est de l’argent !
      Vivre libre avec moins, c’est pas mal mieux que de se faire (bip) 10-15 ans de plus pour avoir sa retraite indexée comme moi je l’ai fait… encore une fois, Du temps, c’est de l’argent !
      En passant, ça doit être pas mal plus cool de visiter des contrées lointaines à 40 ans qu’à 65 ans.

      Peu importe leurs stratégies, s’ils sont dans le mille, bravo non ?
      Si ton scénario est le bon, et bien ils pourront toujours refaire des CV, ils sont encore bien assez jeunes pour ça, et en plus auront déjà vécu la liberté à un jeune âge.

      Personnellement, moi j’apprécie les discussions ici et j’apprends beaucoup sur ce site, je suis un Green … mais je me demande comment tu fais pour écrire autant !

      Aux JR
      Trouvez un vol retour vite, « my 2 cents » pis quarantaine en arrivant évidemment.

      1. Pour moi, il était important de mettre en garde ici les FIRE et tous les investisseurs inexpérimentés contre l’euphorie généralisée et particulièrement imprudente alors que ce marché était une bulle prête à éclater… C’est fait. Quelles seront les conséquences dans les 5 ou 10 années qui viennent ? Qui sait ? Personnellement, je ne m’attends pas à une reprise en V comme 2009-2019. On pourrait avoir une reprise en L… Il était donc prudent de sortir totalement de ce marché et de se souvenir de la Loi de Murphy qui stipule qu’un événement Black Swan en bourse se produit généralement là où cela fait le plus mal ! Si les jeunes retraités avaient travaillé 5 ans de plus (cela ne les aurait pas tués) et pris leur retraite en 2024, ils auraient peut-être pu investir au BAS de ce bear market ce qui aurait été totalement différent.

  21. Merci beaucoup JS et VA de votre partage généreux et authentique !
    J’ai adoré lire VA et bien sûr ma recommandation à JS, c’est de l’engager!
    J’espère que l’état de l’économie en raison de la crise du Covid-19 va se stabiliser et refleurir sous peu! je vous vois tous les deux heureux de vivre votre choix, de bénéficier pleinement de votre retraite que je prie (sérieux) pour que cette retraite puisse être pérenne!

    1. Merci Lien!

      Van-Anh se met à l’écriture seulement les années bissextiles. C’est dans son contrat.

      Ne vous inquiétez pas pour nous. La santé est la priorité présentement pour tout le monde. Nous sommes en santé, donc nous sommes riches.

      En plus, nous sommes dans un environnement enchanteur. Au pire, je deviendrai pêcheur au Sri Lanka. 😉

      Il faut relativiser la situation. Certains mangent dans les poubelles.

      Soyez prudente!

  22. Allo. Je pourrais vous parler de ma situation personnelle mais est-ce vraiment important ou utile ? (voici tout de meme: j’ai pris des positions en fonction d’une correction il y a plusieurs mois donc beaucoup trop tot et ce fut dificile mais la le poids est levé de mes épaules !!!) etre trop tot revient a la meme chose que d’avoir tort … mais je m’en suis sorti.

    Plus important encore est de bien comprendre les marchés: Le but des marchés financiers c’est d’infliger le maximum de douleur au maximum d’investisseurs.

    Depuis la derniere crise les regles des finances n’ont pa été reserrées mais plutot assouplies en faveur des grandes banques d’investissement et des grandes compagnies comme gafa plus microsoft (env 18% de la cap boursiere) leur permettant de rapatrier des profits sans impot, ils ont recu d’importantes des baisses d’impot et ils ont utilisé ces montagnes de cash pour racheter leurs propres actions et faire exploser le prix des options qu’ils s’étaient eux memes attribués. De plus ces memes dirigeants ont vendu une grosse part de leurs actions en 2019 et dernièrment ils ont ralenti ou arrete leur rachats d’action. Les buy backs furent les plus gros acheteurs ces dernières années peu importe le prix des titres. ils pesent bien plus que les petits investisseurs dans la balance…

    Si les buybacks sont terminés, pouvez-vous prédire le trend dans un proche avenir ?

    Les taux d’intérets si bas et bientot negatifs ont créé un paquet de compagnies zombies qui ne font pas de profits, et qui refinancent leur dette sans cesse, ca ne durera pas éternellement non plus donc ca va aller plus mal avant que ca aille mieux.

    Mais ne me croyez pas sur parole mais faits vos recherches vous meme

    Bone chance !

    1. Salut Jay letrader,

      Nous l’attendions depuis longtemps cette fameuse crise. Les « analystes » l’ont annoncée tous les mois depuis au moins 2 ans.

      Par contre, toutes les justifications étaient fausses. Au final, un virus (et le prix du pétrole) auront créé le mouvement de panique.

      Moi aussi, j’ai pris une position plus défensive ces derniers mois. J’ai accumulé des liquidités et j’ai investi dans des titres à revenu (dividendes). Ceci dit, je suis frappé quand même de plein fouet par cette baisse.

      Pour ce qui est des grands investisseurs, ils sont toujours gagnants. Je suis d’accord, c’est encore le « Far West » dans l’industrie bancaire. Malheureusement, je ne crois pas qu’on ait touché le fond du baril encore.

      Au moins, la crise s’est (enfin) concrétisée. Nous pourrons passer à autre chose.

      Merci pour ce témoignage!

      1. Allo, sans vouloir te contredire, les justifications que tu connais n’étaient peut pas si fausses que cela, les buybacks massifs dopent artificiellement le marché, tout les milliards possibles étaient investis la-dedans plutot que dans la R&D, l’automatisation,de nouveaux produits etc.
        Par exemple la débandade du boeing max : ils ont racheté le titre de boeing et mis du rouge a levre et un nouveau moteur sur un vieux cochon pour le faire passer pour un nouvel aéronef, la compagnie a perdu des milliards, c pas fini et les dirigeants ont empoché 5 milliards en rémunération, ca devrait être illégal. Prends aussi l’exemple de Apple qui est une excellente compagnie profitable et donc le titre a doublé pendant une période ou leurs revenus étaient stable, ca ne se justifie pas.

        Le marché ne cessait de battre des records alors que les profits étaient a la baisse dans les meilleurs cas, les pertes s’accumulaient dans la plupart des compagnies (voir tesla).

        Depuis la dernière crise c’est la fed qui a relevé les marchés et les taux d’intérets insignifiants ont crééune explosion d’endettement et de gaspillage.

        Le covid19 ce n’est que la grippe qui tuera les patients qui ont déja des problemes de santé (dettes invraissemblables).

        1. Salut jay letrader,

          En fait, les justifications sont TOUJOURS valables. Voilà le problème avec ces prédictions.

          Depuis que je suis les marchés (une quinzaine d’années), on parle de « buy backs », de « pump and dump », de bonus frauduleux, d’« insider trades », de bulle spéculative, de « quantitative easing », d’endettement démesuré, etc.

          Les conditions défavorables sont toujours présentent. Ça prend juste un élément déclencheur. Par la suite, on connecte les points.

          « Draw the line, then plot the points ».

          Ce n’est que mon humble opinion. Je suis loin d’être un expert.

          Merci de contribuer à la discussion!

      2. J’aurais donc dû prendre une position très défensive en encaissant les 84 500 $ environ que valait encore mon FNB au pic de janvier dernier pour les stationner en liquidités dans mon CELI jusqu’à ce que le tsunami lessive tout sur son passage à vide avant de les racheter juste au moment où le plancher serait atteint et le rebond probable. Sauf qu’on ne se refait pas, je ne suis pas un synchroniseur de marché du tout et encore moins un spéculateur à coups d’options qui ne constituent, elles, et non pas l’économie en général, un jeu de cons à somme nulle, c’est prouvé mathématiquement. Je le répète, mon caractère anxieux qui jongle systématiquement avec tous les scénarios les plus bizarres m’avait soufflé cette stratégie, mais j’ai refusé de l’écouter. C’est trop facile, rétrospectivement, d’affirmer que j’ai eu tort, que j’ai manqué de prévoyance, de jugement, de présence d’esprit, etc. Je ne ferais jamais un Darth Vader de moi, non merci! Je ne suis pas ce genre de risque-tout qui prend plaisir à acheter des polices d’assurance contre les baisses de cours. Sur le long terme, et là on parle plutôt de 30 ans dans le contexte du marché nord-américain, ils perdent à coup sûr en Bourse même s’ils arrivent à péter de la broue de temps à autre.

  23. Ha! Ha!, j’aime bien « infliger le maximum de douleur au maximum d’investisseurs ».
    J’ai fait comme vous en prenant des puts Jan 2020 sur le SP 500 en mai 2019. J’avais 70 puts. J’étais un peu trop tôt… Si j’avais pris des puts Avril 2020, j’aurais fait un killing ! Mais cela ne m’a pas empêché d’en reprendre en janvier et février 2020 ce qui m’a permis d’effacer la perte inattendue sur mon fonds d’obligations gouvernementales canadiennes XLB dans lequel j’avais fortement investi en toute logique puisque les taux d’intérêt baissaient considérablement. XLB que j’avais acheté autour de $ 27 est passé à $ 29.39 pour ensuite dégringoler à $ 25.15 en 3 jours (et j’ai vendu et encaissé cette perte) !!! Totalement illogique cette baisse mais cela m’a fait comprendre que nous sommes dans un « crash » (panique boursière) dans lequel tout le monde vend tout (y compris obligations et métaux précieux) pour lever du « cash ». Appels de marges, fuite des Baby-Boomers du marché ou tout cela ensemble, qui sait ? J’ai remarqué également que les vendredis, lorsque le marché monte fortement, ce n’est en fait que du « short-covering » fait par les traders pour ne pas laisser de positions « ouvertes » les fins de semaine… Comme vous le dites, cela ira encore plus mal dans les semaines qui suivent et on pourrait tomber (ce n’est pas à souhaiter) dans un bear market aussi mémorable qu’au Japon.

  24. Pour ceux qui ici se posent des questions sur les pourcentages de rendement des marchés et le danger d’utiliser ces « moyennes » pour extrapoler dans le futur, voici un exemple :
    Un marché baisse de 90% en 5 ans pour ensuite monter de 50% par an durant les 5 années suivantes. Quel est le rendement moyen sur les 10 ans ?
    Il y a deux réponses totalement différentes à cela :

    1- La « moyenne des rendements » est de +16% par an.
    2- Le « rendement moyen » est de -2.4% par an.

    Un investisseur avec $ 1 million au départ se retrouve avec $ 759 380 après dix ans. Il n’ a donc pas encore récupéré son capital de départ. C’est bien évident qu’un marché ne fera pas du + 50% par an pendant 5 ans de suite, donc la récupération après un bear market est très lente et pénible. Il faut également bien faire attention aux pourcentages qui sont utilisés dans les graphiques et prospectus et bien comprendre dans quelles conditions ils ont été calculés. Souvent, les % de rendement « historiques » comprennent le ré-investissement intégral des dividendes AVANT impôts, ce qui ne correspond absolument pas à la réalité.

    Pour la situation actuelle, prenons un exemple similaire au jeune retraité.

    Un couple prend sa retraite dans la mi-trentaine fin 2019 avec un capital total de disons 750 K. Ils comptent sur le marché boursier comme « fonds de retraite », mais le marché étant haut, ils gardent 150 K en « cash » et investissent 600 K en « bloc ». Leurs dépenses varient entre $ 20 K et $ 30 K par an. Le taux de dividende est de 2.5% donc $ 15,000/an.

    Fin 2020 : chute de 30%, dépenses $ 30 K (15 K dividendes, 15 K réserve) donc réserve = 135 K et capital en bourse = 420 K
    Fin 2021 : chute de 10%, dépenses de 25 K (10 K dividendes car réduits de 30%, 15 K réserve) donc réserve = 120 K, capital en bourse = 378 K
    Fin 2022 : chute de 20%, dépenses 23 K ( 8 K de dividendes encore réduits, 15 K réserve) donc réserve = 105 K, capital en bourse = 302.4 K
    Fin 2023 : chute de 25%, dépenses de 20 K (5 K dividendes très réduits et 15 K réserve) donc réserve = 90 K, capital en bourse = 226.8 K
    Fin 2024 : chute de 15%, dépenses 22 k (2 K dividendes quasi éliminés et 20 K réserve) donc réserve = 70 K et capital en bourse = 192.78 K.

    Plus le bear dure longtemps, moins il y a de dividendes et plus il faut retirer de la réserve de cash et, si cette dernière se tarit, alors il faut retirer du capital résiduel en bourse qui ne cesse de chuter… On peut rapidement se retrouver à zéro.

    Par conséquent, on voit qu’en 5 ans, un bear market dont la baisse totale a été de 70% coupe de moitié environ la réserve de cash du jeune couple et fait chuter leur capital en bourse d’environ 67%. Si le bear dure plus longtemps et descend plus bas que – 70% (comme le Japon 1989-2003), alors c’est la fin de leur projet de retraite. Puisque les rendements boursiers subséquents seront anémiques (ie : Japon 2003-2020), ils devront retourner travailler au moins jusqu’à 65 ans pour se reconstruire un capital de retraite qui risque d’être inférieur aux 750 K qu’ils détenaient au départ.
    Comme quoi le « timing » d’une retraite dépendant du marché boursier est particulièrement crucial.

  25. Bonjour aux JR,

    Je ne peux m’empêcher de m’inquiéter pour vous 2, pas pour les finances mais à cause de l’aggravation de la situation sanitaire. Tout change de minutes en minutes. Vous êtes sûrement au courant comme nous tous que des Canadiens se retrouvent bloqués en Europe ( et ailleurs ) et sur les bateaux de croisière. La situation sanitaire est hors de contrôle en Italie ( et il semble que le pic n’ait pas encore été atteint ) et elle est en train de glisser entre les mains du gouvernement français. Ce ne sont pas les pays en voie de développement, mais des pays avec un système de santé convenable.

    Quant à l’économie et la Bourse, personne n’a de boule de cristal et ne pourrait deviner ce qui va se passer dans les mois à venir. Même les gouvernements ne savent pas. Cela ne sert à rien à paniquer pour le moment. Wait and see, c’est tout ce que nous pouvons faire.

    Soyez prudents et prenez soins de vous.
    Lili

    1. Merci Lili pour les bons mots!

      Ne vous inquiétez pas. Nous ne sommes pas en difficulté. Tout va bien!

      Seulement, il faut se battre pour obtenir de l’assistance.

      Par exemple, grâce à notre carte de crédit HSBC Premier, nous avons une assurance interruption. Ainsi, en principe, cette assurance devrait couvrir le vol de retour en cas de crise.

      Par contre, pour ce faire, il faut avoir payé au moins 75% des dépenses liées au voyage avec cette carte. Or, les petits hôtel n’acceptent pas les cartes de crédit ici. Nous avons payé cash partout.

      Par conséquent, l’assurance ne vaut rien. Bravo HSBC!

      « Les gangsters ne braquent pas les banques; elles leur appartiennent. » (Laurent Ruquier)

      Soyez prudente!

  26. Aucune idée de combien j’ai perdu. Je m’en fou, je suis confiant envers mes titres. J’aime laisser planer le mystère. Je regarderai ça dans 1 an quand ça va remonter en fou et je rirai de la situation. Peu importe ce qui arrive pour le moment, je ne vends rien.

    Par contre, j’ai 35% de mon portefeuille en cash et ce matin j’ai commencé à acheter des titres sûres qui versent d’énormes dividendes. Je continuerai à acheter lorsque le marché atteindra un nouveau creux. Toute cette situation me rend plutôt serein sur l’avenir, je dirais 🙂

    1. Salut Philippe,

      Merci d’apporter un peu de sérénité dans cette tempête. Les gens qui ont un peu de cash à investir sont en bonne posture présentement.

      Imaginez si le prix des immeubles descendait brusquement de 25%? Les investisseurs immobiliers sauteraient sur l’occasion.

      Imaginez si le prix des voitures descendait de 25%? Les gens feraient la file chez les concessionnaires.

      Toutefois, quand les parts d’entreprises solides, profitables, sans dettes chutent tout le monde lève le nez sur l’opportunité.

      Profitez-bien des aubaines! Au plaisir!

      1. Pourquoi acheter des titres à -25% si en étant patient, on peut les obtenir à -40% ou -50% ou encore moins ? Dans le marché boursier, il faut sortir très rapidement et rentrer très lentement et progressivement. Le FOMO peut coûter très cher !
        Les termes ont changé, on parle maintenant du CRASH de 2020 puisque la chute en % a été 2 fois plus rapide qu’en 1929 par comparaison.
        Une autre erreur c’est d’être convaincu de la remontée rapide du marché comme 2009-19… Beaucoup pourraient être déçus et lancer la serviette si on se retrouve avec un marché latéral de 10 ans ou plus.
        Jusqu’où cela ira-t-il ? Anybody’s guess !

  27. Salut à vous!

    J’ai décidé de retourner au travail dans le système de la santé le temps de la crise pour aider le réseau de la santé mais surtout la population. À quoi me sert ma retraite « jeune » si c’est pour regarder les autres tomber malade de chez moi. J’ai mis au clair que mon retour est seulement pour le temps de la crise.

    Financièrement et d’un point de vue personnel en plus de me rendre utile ça va me faire un revenu de plus ce qui est un bel avantage et je songe mettre tout ça de côté et profiter des belles aubaines qui se présenterons sur le marché.

    Je souhaite vous dire de prendre bien soin de vous. Êtes-vous toujours en voyage ou de retour au Canada ?

    1. Bravo Karine!

      Voilà un geste admirable.

      Nous sommes encore à l’étranger. Les frontières se referment rapidement, alors nous tentons un retour au plus vite.

      Prenez soin de vous et de vos proches!

  28. Pourquoi je ne suis pas étonnée de votre mésaventure avec la carte HSBC 🤔… Il me semble que c’est toujours comme ça, c’est quand on a vraiment besoin qu’ils sortent des excuses en veux tu en voilà ☹

    Je sais que vous êtes 2 jeunes gens raisonnables et débrouillards, je suis tranquille là…. 😀

    Merci de nous donner de temps en temps de vos nouvelles, je voudrais juste être rassurée que vous êtes sains et saufs .

    Comme dit l’adage, quand la santé va, tout va 😁

  29. À lire : «Un investisseur allié de Trump a su, lui, tirer profit des analyses des services de renseignement. Le président de la Commission du Sénat sur le renseignement, le républicain Richard Burr, et son épouse ont soudainement vendu, le 13 février, entre 628 000 et 1,7 million de dollars d’actions en Bourse avant qu’elle ne s’effondre, et ce, alors même que la Maison-Blanche minimisait la menace du virus.» https://www.journaldemontreal.com/2020/03/23/le-coronavirus-et-linaptitude-pathetique-de-trump

    1. Le 27 janvier ici même sur ce blogue j’avais mentionné l’effet potentiel de ce coronavirus sur l’économie s’il se répandait partout. L’effet Tsunami de ce « Black Swan event » serait considérable.
      TOUT le monde m’a tourné en ridicule parce que j’osais anticiper une situation cauchemardesque.
      Maintenant nous sommes devant une récession planétaire assurée alors que tous les gouvernements tentent d’éviter à tout prix qu’elle ne se transforme en dépression…
      Alors, est-ce que c’est grave ? La réponse est OUI et est-ce qu’on pourrait tomber dans un bear market « japonais », la réponse est également un oui possible. Les marchés bousiers ne sont pas différents d’un pays à l’autre et les bear markets suivent toujours tous le même « pattern ».
      Il faut maintenant tenter d’anticiper la suite (déflation?, hyperinflation?) pour tenter de s’en sortir pas trop amoché.

    2. Merci PFG pour ce partage!

      Un article très intéressant.

      « En disant tout et n’importe quoi et son contraire, Trump réussit, encore une fois, à berner les Américains. »

      Encore cette semaine, Trump faisait des promesses impossibles à tenir pour essayer de rattraper sa négligence en début de crise. Trop tard, le mal est fait.

      J’espère que les Américains s’en souviendront lors des prochaines élections. J’en doute!

  30. En masse le temps pour surfer sur ma tablette c’est temps-ci !
    Suis venu prendre des nouvelles des JR
    Je ne dois pas être le seul à attendre des nouvelles puisque les commentaires sont rares depuis quelques jours.
    J’espère que tout va bien et que vous n’êtes pas pris dans les IndesTernets

    1. Bonjour Gollum,

      Tout va bien. Merci de vous en informer!

      Nous sommes rentrés au bercail après plus de 40 heures de transport. Les frontières se refermaient rapidement et la panique s’installait partout, alors nous sommes passés juste à temps.

      Les aéroports était complètement désertés. Ça donnait l’impression d’être dans un film post-apocalyptique. Il y avait d’ailleurs seulement 9 passagers sur un des vols.

      Vaut mieux être chez soi par les temps qui courent. Nous allons restés isolé au moins deux semaines.

      J’espère que vous vous portez bien!

  31. Mon call pour le S&P tient toujours (voir dernier blogue, 2365-2520).

    Je crains qu’avec la stratégie américaine du « business as usual » qu’ils seront dépassés par les événements. Ici, ça cogne dure mais on sauve des vies et espère revenir à la normal (!) d’ici fin avril. Aux USA, la propagation pourrait durer longtemps s’ils ne font rien.

    La crise nous montre combien nous sommes mal préparés financièrement à faire face à des situations difficiles. Il est trop tôt pour pointer du doigt les gens qui ont besoin d’aide, mais il me semble qu’avoir quelques mois de liquidités de côté aurait définitivement aidé la situation. Quand j’entends des gens à la radio dire qu’ils ont deux voitures à payer, une hypothèque, etc., je me dis que ça devrait être une minorité, pas LA majorité.

    Mon prochain logue sera sur les façons d’épargner. J’hésite depuis deux semaines avant de le publier sur mon site, il est peut-être trop tôt pour donner des leçons, mais tombera à point si les gens réalise qu’il faut consommer selon ses besoins et non selon ses désirs.

    Ce qui me fâche le plus, c’est les sociétés qui ferment parce qu’elles n’ont plus de liquidités. Même les entreprises sont mal gérées. Assez incroyable quand on voit le montant qui a été gaspiller en « share buyback » juste pour payer des gros bonis au CEO. Les compagnies sont souvent les pires investisseurs. Elles ont des programmes d’achats d’actions quand ça va bien et doivent en émettre quand ça va mal (ie bientôt).

    La crise démontre comment notre système est mal géré et nous mets tous à risque. Même au niveau du gouvernement. « The Best Economy ever » disait le clown il y a pas si longtemps. Tout ça avec un déficit de $1.3 trillions… bravo champion, une chance que tout va bien.

    Ma crainte numéro un ? La fonte de mes épargnes, tout actif confondus. Comme dans une famille ou on donne toujours à l’enfant qui se met toujours les deux pieds dedans, on va imprimer pour donner à tout le monde. Toutes ces cigales qui n’ont pas voulu faire preuve de discipline. Ma solution ? Probablement un retour à la terre (!) et des investissements dans des biens de production. Tout ce qui produit un matériel physique, du concret …

    … ou peut-être tout dépenser pendant que mes épargnes valent quelque chose ! (comme en Argentine, où la dévaluation était tellement forte que les gens achetaient des voitures de luxes car elles gardaient leur valeur !!!).

    Bon, c’était ma monté de lait du jour … je me sens mieux maintenant 😉

    1. Je partage ta frustration Million Naire.

      Il y a quelques semaines à peine, l’économie roulait à plein régime, le chômage était à un bas historique et les bourses surchauffaient. Les cigales jubilaient.

      Qu’est-ce qu’on fait quand ça va bien? On consomme, on dépense et on s’endette. Puis, quand ça plante, le gouvernement est là pour nous sortir du trou. Imagine, si le plan américain se concrétise, on parle de 2 000 milliards de dollars. Ça fait 2 000 000 000 000$! Comment une économie peut se relever de ça? La dette publique était déjà demesurée avant la crise.

      Ceci dit, je pense que certains travailleurs/entreprises sont de réelles victimes de la situation. Ils ont vraiment besoin d’aide financière. Or, il y a aussi un sacré paquet de cigales.

      Nous sommes des anomalies du système. Comme d’hab, les gens responsables n’obtiendront rien. Nous devrons nous démerder par nous-même.

      On ira faire pousser des patates! 😉

      1. C’est drôle que tu parles d’aller faire pousser des patates car, hormis mon objectif d’achat de 2350-2520 dans le S&P 500 (https://tradingeconomics.com/spx:ind), mo désir est d’investir dans des biens de production et, surtout, dans une petite ferme.

        Mon grand oncle a une vieille ferme sur une terre mi-boisé d’environ 100 acres. Sur l’autre moitié, il la loue pour la culture du maïs et se garde un très grand jardin pour ses… patates.

        Il est un peu le Forrest Gump de la patate. Il en mange à chaque jour. Patates bouillies, patates pillées, patates rôties, patates… à 86 ans, il pète le feu et est, grâce à ses patates, presque auto suffisant en nourriture !

        Ma prochaine diversification… des grosses poches de patates !

        1. L’avenir est dans les patates!

          Ça tombe bien je suis dans les patates (au sens figuré).

          Tu devrais parler à Maxime un des auteurs du blogue FaisCommeLesRiches, il est agriculteur. Je pense qu’il travaille dans un champs de 800 acres.

          Prends soin de toi!

  32. Espèce de !@#$%?&**(. Blague a part, je vous envie vraiment car je ne sais pas quand sera le retour au travail ni quand je prendrai ma retraite. Vous avez fait le bon move, bravo!

    1. Caroline,

      Je ne sais pas si nous sommes encore financièrement indépendants à ce moment-ci, mais j’ai confiance que l’économie va rebondir. En tout cas, je le souhaite. Et, je n’ai aucun regret.

      Pour l’instant, c’est la santé qui passe avant tout. Ma blonde est infectée par la COVID-19, alors tout le reste est secondaire.

      Restez prudente!

      1. Bon rétablissement à ta beauté de femme! À la fin elle va être immunisée, chanceuse! Regardons le verre à moité plein!

        J’ose espérer que c’est bien cette cochonnerie de nom de D…! que j’ai attrapée fin décembre de quelqu’une de la communauté chinoise de Brossard (une massothérapeute que je ne consulte pourtant que de loin en loin pour mes foutus maux de cou et de dos récurrents, car je ne vois pas comment j’aurais pu être en contact avec le virus aussi tôt bien qu’il soit évident que le gouvernement néocommuniste totalitaire nous ment depuis le début! l’épidémie devait y sévir dès novembre dernier tandis que les hordes de touristes chinois continuaient de faire le pont par centaines de milliers de porteurs probablement asymptomatiques qui sont justement les plus contagieux), et dont il a fallu trois semaines pour m’en remettre de justesse.

        1. Merci PFG!

          Effectivement, les dirigeants chinois ont une part de responsabilité dans cette crise.

          À l’heure des Trump, Putin et Xi Jinping, nous avons de la chance de vivre au Canada.

          Cela dit, les déficits passés du gouvernement Trudeau vont nous rattraper très vite.

          Prenez-soin de vous!

          1. « Un vaccin expérimental (de chercheurs chinois) semble en mesure de protéger les singes du virus qui cause la COVID-19, rapporte le journal scientifique Nature. » Les Chinois avaient sans doute une belle longueur d’avance sur la mise au point du vaccin – juste au cas où, comme par hasard! – contre le coronavirus dont il est très plausible qu’il se soit échappé accidentellement (j’ai une sainte horreur du complotisme, mais on ne peut pas l’exclure tout à fait dans le contexte d’un gouvernement néocommuniste totalitaire qui veut damer à tout prix le pion aux États-Unis à titre de Première puissance mondiale), du moins espérons-le, de leur laboratoire d’étude des virus à Wuhan (soi-disant à sécurité maximum) situé non loin du fameux marché public où sont vendus des animaux dits « sauvages », mais en fait élevés sur de petites fermes avalisées par l’État afin de contrer le braconnage de vrais animaux sauvages. Consulter: https://www.ledevoir.com/societe/science/577554/un-vaccin-protegerait-les-singes-du-virus-responsable-de-la-covid-19

      2. Je viens tout juste de lire ça! J’espère que tout va bien! Je viens de terminer ma quarantaine après un retour en catastrophe du Mexique. J’ai eu plus peur de le choper dans les aéroports et les avions qu’en restant là-bas. Donne-nous des nouvelles et prenez grand soin de vous! La santé passe en premier. Tant qu’on a deux bras, deux jambes et une tête pour réfléchir, sky is the limit! Possiblement que mon avenir également sera détourné de mes projets d’origine mais on s’adapte. J’irai ramasser des salades à la place des Mexicains qui ne pourront pas venir (je parle espagnol, après tout ;o), ou j’irai vivre dans une communauté écolo quelque part au Québec et je devrai réapprendre à aimer l’hiver; tout est faisable quand on est en santé et en forme.

        1. Salut Gabrielle,

          Je suis très heureux de savoir que tu es de retour au pays. Ton dernier message m’avait inquiété.

          Van-Anh se porte beaucoup mieux. Elle est presque rétablie à 100%. Pour ma part, je n’ai pas de symptômes, alors je touche du bois. Nous avons été en isolement total depuis un mois. J’ai bien hâte de sortir à l’extérieur.

          Bonne idée pour la cueillette, tu ne seras pas trop dépaysé. Le millionnaire invisible me parlait d’aller faire pousser des patates, il semble que ce sera le retour à la terre qui suivra cette crise. 😀

          En passant, il y a un commentaire qui t’est adressé sur la page suivante:
          http://www.jeuneretraite.ca/voyage/passer-lhiver-au-soleil-sans-se-ruiner/#comment-52756

          Portes toi bien!

  33. Je suis désolée d’apprendre qu’elle est malade. Prenez bien soin de vous. Dites-lui de rincer de l’eau et du sel plusieurs fois par jour. Beaucoup de jus d’orange pour la vitamine C et du bon « chao » ( pouridge?? vietnamien). Fluid and rest. C’est la seule chose a faire. Je lui souhaite prompt rétablissement et faites attention a vous

  34. Jeune Skywalker,

    Tout d’abord, je souhaite un prompt et total rétablissement à votre conjointe. Cette pandémie est une véritable calamité moderne. Prenez également soin de vous car tout le monde est à risque.

    Malheureusement je ne partage pas le « wishful thinking » du « ça va bien aller » au point de vue économique…

    Votre plan de retraite bat de l’aile. Vous avez risqué gros et vous pourriez perdre gros.

    On ne pourra pas m’accuser ici de ne pas avoir assez insisté sur les mises en garde que je vous ai servies, tout à fait gratuitement, avec preuves et calculs à l’appui, malgré l’hostilité générale des autres intervenants (et probablement la vôtre également).

    Vous constaterez peut-être avec le temps qu’un véritable ami n’est pas nécessairement quelqu’un qui vous flatte constamment dans le sens du poil mais bien celui qui vous évite de commettre de graves erreurs.

    Là-dessus je vous souhaite bonne chance ainsi qu’à tous ceux qui avaient misé gros en utilisant des effets de « levier » et qui se retrouvent sans « cash flow » car ils s’apercevront rapidement que les banques sont des institutions sans aucune pitié…

    Darth Vader.

      1. Financièrement nos opinions ne divergent pas tant que cela, mais nous divergeons totalement quant au « timing » de la prise d’une retraite basée sur les rendements d’un marché boursier… C’est risqué de la prendre quant le marché est au « top » et immédiatement suivi d’un bear market vicieux et prolongé… L’histoire nous le confirme en chiffres.

          1. Sans blagues? Il n’y a aucune limite théorique à un marché haussier. Il faut quelque chose d’exceptionnel pour l’interrompre. Là c’est la Covid-19, du moins pour un temps incertain. Elle ne fait l’affaire que des spéculateurs au jour le jour. Aucun d’entre eux n’arrive à tirer son épingle du jeu sur le très long terme. J’ai un cousin comptable qui me raconte que son horizon de placement est de 10 jours, quand je lui répète que le long terme ne commence qu’au bout de 10 ans. Je l’ai vu perdre la tête en pleine débâcle en liquidant tout, puis se raviser aussitôt en rachetant, changer à nouveau d’avis comme une poule sans tête, et enfin racheter encore à la faveur des derniers redressements. Sa prétendue tactique de Day Trader du dimanche selon les principes creux de l’analyse technique et graphique ne rime strictement à rien dans l’optique de l’investissement de valeur de très longue haleine à la Warren Buffet, mon mentor virtuel. Je dirais pour conclure qu’il n’existe ni meilleur ni pire moment pour retraiter à même ses seuls rendements boursiers parce que personne ne peut évaluer où en est réellement la Bourse à tout instant N. J’ai déjà écrit quelque part sur ces fils que le coronavirus ne serait qu’un gros rhume pour la Bourse, je dirais maintenant, après coup, qu’il s’agit d’une mauvaise grippe, ou plutôt, des deux à la fois! Elle va s’en remettre, très volatile entre-temps, puis repartir à la hausse de plus belle d’ici janvier 2022, combien gagez-vous? Sauf que j’ai crains fort que Johnson and Johnson sorte un vaccin efficace plus tôt que prévue et déjoue ainsi tous les plus noirs pronostics autoréalisateur de notre ami Darth! 🙂

          2. PFG,

            En théorie, les day traders devraient s’en mettre plein les poches présentement avec la volatilité des marchés. En pratique, comme vous dites, je pense que c’est tout le contraire.

            Je ne suis pas un adepte de l’analyse technique, ni du « market timing », mais j’ai profité du rebond de la semaine dernière pour vendre quelques titres. Ceci me permet de rééquilibrer mon portefeuille et de dégager des liquidités pour profiter du prochain repli.

            Nous ne sommes pas au bout de nos peines. La tempête va certainement se poursuivre sur plusieurs mois.

            Portez-vous bien!

          3. Cher PFG :

            1- Votre cousin comptable n’est pas un day trader mais un amateur. Le VRAIS day traders professionnels font de l’argent et utilisent des options et non des titres !
            2- Vous prédisez qu’en 2022 tout ira bien et que le marché US aura récupéré : vous n’en savez strictement rien. Si vous compreniez et faisiez vos devoirs en analyse « technique » vous vous seriez aperçu qu’il y a inversement majeur de tendance !
            3- Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer que ce sera Johnson & Johnson qui sortira le vaccin le premier et non l’Institut Pasteur (Sanofi) ou l’Institut Armand-Frappier ici au Québec ou n’importe qui d’autre ailleurs dans le monde y compris les Chinois ? On n’a pas trouvé de vaccin pour le SARS ni pour le MERS… Qu’en sera-t-il du COVID-19 ?
            4- Si l’IMF prévoit une récession mondiale d’une ampleur jamais vue depuis la Grande Dépression de 1929, à votre place je porterais une grande attention à ce qu’ils disent… Ce sont des gens qui ont une certaine « expertise » !
            5- Un renversement de tendance MAJEUR du marché ne se résorbe pas en quelques mois… Il y a aussi des « corrections » dans des bear markets que les néophytes confondent pour un nouveau bull market et ils se font prendre au piège à tout coup.
            6- Si Warren Buffett est votre « GURU », au lieu d’acheter des FNB de la BMO, vous auriez acheté des BRK-B pour lesquels vous ne payeriez aucun frais de gestion, qui comportent environ 80 compagnies individuelles en plus des titres boursiers, et vous auriez également profité de l’appréciation du dollar US versus le dollar Canadien. Vous auriez ainsi profité de l’expertise des meilleurs gestionnaires financiers au monde tout à fait gratuitement tout en sachant qu’ils supporteraient le cours de leur titre en cas de bear market avec le 25% de cash à leur disposition soit US $130 milliards. Personne d’autre n’a cette marge de manoeuvre actuellement ! Si vous aviez « suivi » Buffett, vous auriez gardé au moins 20-25% en cash dans votre compte d’investissement juste au cas…
            7- Le long terme, ce n’est pas 10 ans dans l’esprit de ce que dit Buffett mais bien 30 à 40 ans puisque lui il sait très bien ce qu’est un bear market séculaire ! Buffett a dit qu’un petit investisseur sachant ce qu’il fait aurait des rendements supérieurs à BRK parce qu’il peut sortir complètement du marché sans faire de vagues contrairement à BRK, les FNB, fonds mutuels et gros fonds de pension… C’est ça la clé des enseignements de Buffett !

            Vous dites ne pas « spéculer » alors que vous ne faites rien d’autre que spéculer…

            Vader, il a déjà placé ses ordres d’achat de BRK-B et d’autres tires ciblés qui seront exécutés par paliers lors de la descente…BRK-B peut être considéré comme un FNB « actif » sans frais qui performera mieux que les FNB lors de la remontée parce qu’il n’aura jamais été à cours de « cash » au moment le plus important.

          4. J’ai jeté un oeil de cyclope sur les FNB à effet de levier 3X que les « fly bin » utilisent pour gager de l’argent au jour le jour en Bourse comme au casino. Inutile de me traiter de « Pea Soup » parce que je trouve ça idiot! C’est un produit financier toxique très vicieux et spéculatif. Il permet à M. tout le monde de s’improviser « Day Trader » professionnel! Réf.: https://www.conseiller.ca/produits/placement/les-pieges-du-fnb-a-effet-de-levier/

          5. PFG,
            Les FNB à effet de levier ce ne sont pas des options ! Vous risquez GROS avec ces véhicules. Il ne faut pas les garder plus que 1 ou 2 jours et seulement en période de très haute volatilité uniquement si vous êtes dans le bon sens. Sinon vous perdez 90% de votre capital très rapidement si le marché est dans le sens contraire ou simplement stable (latéral). On voit votre manque criant d’expérience dans les véhicules d’investissement ! Et nous sommes très loin de voir la lumière au fond du tunnel, TRÈS loin malgré ce qu’essayent de nous faire avaler nos bons gouvernements « capitalistes ». La reprise en V MON OEIL !

          6. Un cousin consultant comptable de haut vol habitant la banlieue cossue de Montréal, et pas qu’un peu, merci! s’obstinait avec moi l’autre jour à propos de ces FNB à effet de levier complètement pourris, selon moi:

            «PFG, regarde les chiffres au lieu de lire des opinions qui ne reflètent pas le marché.
            Mets le max d’intervalle sur TQQQ et regarde le cours d’il y a 10 ans.
            Les chiffres ne mentent pas.
            Une opinion reste une opinion.
            Cela clôt le sujet. On s’en reparlera en 2030.
            Bonne journée»

            Voici la réponse finale que je lui ai faite alors à ce cousin:

            «Tu sais ce qu’on dit quand c’est trop beau pour être vrai, Jacques?

            Il doit certainement y avoir quelque chose qui cloche au fil du temps dans le fonctionnement financier de ce FNB spéculatif dit à effet de levier (XXX) ProShares UltraPro QQQ (TQQQ): https://www.morningstar.ca/ca/report/etf/performance.aspx?t=0P0000IMT1&lang=fr-CA… Mais quoi, au juste? À toi de me le dire!

            Posons plutôt cette hypothèse: « La distorsion pourrait être encore plus dramatique à long terme, prévient M. Straus. «Si le S&P 500 efface 50 % en un jour en raison d’une crise financière, le FNB vaudra « zéro » tandis qu’un fonds indiciel conservera la moitié de sa valeur et pourra profiter d’une éventuelle reprise», explique M. Straus. » https://www.lesaffaires.com/bourse/fonds/extrait-cinq-paris-macroeconomiques-pour-un-fnb-ajout/601848

            Sinon, serais-je passé à côté de la fortune il y a 10 ans, crois-tu? Ne pouvais-je dénicher alors un tout petit 300 $ à investir et y laisser faire le mort là, tranquille?

            Voici les calculs théoriques: https://calculatrices-financieres.ca/#/epargne

            301,74 % de rendement composé moyen sur 10 ans pour un montant unique de départ de 300 $ non enregistré, avec un taux d’imposition de 38 %, égale:

            Solde accumulé, en effet: 11 405 976,61 $

            Je veux voir le solde actuel du compte en banque de ton « ami » et la preuve noir sur blanc qu’il n’a bel et bien investi que 300 $ au départ et l’a laissé là tranquille pendant 10 ans, je veux voir les déclarations d’impôts qu’il s’est contenté de payer à cet effet.

            Qu’il ouvre ses livres, comme je le fais en toute transparence et candeur, et on en reparlera. D’ici là, je crois que ce faux ami est un pur fabulateur et qu’il t’a roulé dans la farine.»

            Je serais curieux de connaître l’avis à ce sujet de notre expert financier maison, nul autre que Darth Vader! 🙂

  35. Oh désolé d’apprendre pour Van-Anh !

    On lui souhaite tous un prompt rétablissement. Nos meilleures pensées pour elle et ses proches. Lâcher pas, continuer de faire attention et on va passer au travers !

    Cdt,

  36. Eh bien, les amis, ce « cygne noir » qu’a l’air la Covid-19 était une pure illusion d’optique, il vient de blanchir tout à coup, imaginez-vous un peu! Car si cette nouvelle parue hier se répand comme une traînée de poudre de perlimpinpin parmi les boursicoteurs, la reprise ne sera pas en W avec la publication des prochains résultats désastreux cet été ou même en L au total, elle aura été en V, tout bêtement ! J’écrivais aussitôt ce courriel à mes proches:

    Nous voyons maintenant (01-05-20) de la lumière au bout du tunnel de la Covid-19 pour la première fois depuis son émergence, être capable de prendre de vitesse toute propagation, et ainsi être en mesure de déconfiner intelligemment en évitant à l’avenir le gel de l’économie, cet absurde tango avec le virus, la quarantaine de 14 jours des contacts tout autour et les fermetures d’usines en cas d’éclosion localisée intramuros, rien de moins: «Scientists working for the US military have designed a new Covid-19 test that could potentially identify carriers before they become infectious and spread the disease, the Guardian has learned.» (The Guardian). Nous pourrions traquer systématiquement le virus dans tous les recoins de sa dispersion à toutes les échelles jusqu’à ce qu’il disparaisse finalement, au cas où, au pire, la mise au point du vaccin était impossible, l’immunité collective n’était pas durable et les remèdes pas assez efficaces, etc. Voir https://www.theguardian.com/world/2020/may/01/us-germ-warfare-lab-creates-test-for-pre-infectious-covid-19-carriers

      1. Je crois au génie humain. Je pense que c’est là l’arme de dépistage massif qui nous manquait cruellement depuis le début pour gagner cette partie de jeu de go épidémiologique contre le virus chinois. Quand les Américains vont se mettre à administrer ce test 95 % efficace – même en l’absence de symptômes et 4 jours avant toute possibilité de contagion – et ultrarapide – résultats en une heure – au rythme hallucinant fin mai de 1 000 000 de personnes par jour, l’attention des marchés va être attirée vers ce facteur décisif et par conséquent la reprise va déjà être en vue, car fini les confinements de 14 jours, le risque de fermeture d’usines et donc de bris de la chaîne d’approvisionnement ou de sécurité de soins dans les hôpitaux. Cette crise boursière va se résorber comme elle est apparue: subitement! Pas besoin d’être un financier virtuose pour comprendre cela, et ça n’a rien à voir non plus avec vos marchés d’options qui ne sont qu’un jeu de con à somme nulle, au contraire de l’économie qui peut créer, elle, de véritables richesses avec le temps.

        1. Vous fabulez ! Le dépistage n’éliminera pas le virus, seul un vaccin prouvé efficace le fera et on est loin de là ! Reprise de l’économie mon oeil. Quant aux marchés d’options, vous n’y connaissez absolument rien, alors abstenez vous de commenter sur un domaine qui vous est totalement étranger… Ce n’est pas parce que vous n’y connaissez rien que ce n’est pas rentable pour ceux qui savent comment en profiter… Vous êtes toujours en perte sur vos investissements et pas moi ! De plus, utiliser des options ne veut pas dire que l’on n’achète pas de titres lorsque les conditions sont réunies pour profiter d’aubaines… Encore faut-il pouvoir correctement évaluer ces titres et ces aubaines sans acheter AVEUGLÉMENT des FNB indiciels qui n’ont aucune réserve de cash… Mais si vous tenez à vous faire Hara-Kiri, personne ici ne vous en empêchera…

  37. Salut J-S,

    J’ai appris à travers les commentaires que Van Anh est malade. Désolée pour elle et j’espère qu’elle se porte mieux maintenant. La santé passe avant tout. Prenez soin de vous.

    1. Salut Thanh!

      Oui, Van-anh est complètement rétablie. La vie est belle!

      Je vois que vous pédalez toujours. Ça doit être tranquille sur les routes d’Andalousie.

      Faites bonne route!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *