Combien ça prend pour être riche?

Qui sont les riches?

Connaissez-vous quelqu’un qui est riche? Si oui, quels critères utilisez-vous pour juger de sa richesse? Fort probablement, vous vous basez sur la valeur de sa maison, le quartier qu’il habite, la voiture qu’il conduit ou la profession qu’il pratique. Seulement, selon moi, tous ces critères sont de mauvais indicateurs de richesse. Le seul aspect qu’ils mesurent est le niveau de consommation. Alors, qu’est-ce que ça prend pour être considéré riche au Québec?

Le mode de vie et la richesse

Les gens réellement riches sont rarement les plus flamboyants. Dans l’ouvrage « Le millionnaire d’à côté », Thomas J. Stanley a identifié les caractéristiques communes chez les plus riches (source). Voici quelques constats surprenants extraits du livre:

  • Les vrais riches ont acheté une voiture qui vaut à peine 10% de plus que la moyenne.
  • Ils demeurent dans des quartiers populaires par choix et habitent des maisons plus modestes que leurs moyens.
  • Ils possèdent leur propre compagnie et la majorité œuvre dans des métiers.
  • Ceux qui ont une compagnie de cols bleus (Plombiers, électriciens, menuisiers, etc) ont plus d’actifs que ceux qui ont une entreprise de cols blancs (avocats, comptables, notaires, etc).

Plusieurs riches préfèrent passer inaperçus pour ne pas affecter la perception de leur entourage et pour garder leur mode de vie intacte. Aux États-Unis, on appelle ce phénomène « stealth wealth » (source). Les riches sont conscients que d’exposer leur fortune génère plus d’inconvénients que de bénéfices. Le mode de vie n’est donc pas un indicateur fiable pour mesurer la richesse.

Le salaire et la richesse

Je ne vous apprends rien en vous disant que le salaire n’a souvent rien à voir avec la richesse. La majorité des gens augmentent leur train de vie à mesure que leur salaire augmente. Même suite à une promotion, ils ne sont pas plus riches, ils ont simplement plus de pouvoir d’achat. De façon générale, plus un emploi est payant, plus le train de vie qui y est associé est élevé. Conséquemment, les vêtements griffés, la voiture de luxe et la maison de campagne deviennent la norme. Je suis certain que vous avez des exemples tout autour de vous (exemple). Ultimement, ce qui importe n’est pas le salaire que vous gagnez, mais plutôt l’argent que vous épargnez et investissez pour faire croître votre avoir.

L’avoir net et la richesse

Il y a deux écoles de pensées quant à l’avoir net. Certains incluent le montant du prêt hypothécaire payé dans leur avoir net, d’autres pas. Tel que discuté dans un article précédent, je ne vois pas la maison ou le condo comme un bon investissement. Bien que la demeure dans laquelle on vit soit un actif, elle ne contribue pas à générer le revenu passif nécessaire à la retraite. Le montant investi dans l’hypothèque est gelé jusqu’au moment de la vente. De plus, avec la flambée récente du prix des maisons, l’avoir net peut-être artificiellement gonflé si on y inclut la valeur de son habitation. Ceci dit, il est évident que dans les deux cas de figures, l’avoir net est la meilleure mesure de la richesse.

Soit dit en passant, au Canada, on rapporte 1.14 M de millionaires (source). Par contre, de ce nombre, seulement 320 000 ont un actif supérieur à un million, en faisant fi de la valeur de leur résidence principale (source).

Ma définition préférée de la richesse

Robert Kiyosaki définit la fortune (en anglais « wealth ») comme étant « le nombre de jours pendant lesquels vous pouvez maintenir votre mode de vie sans travailler » (source). Par exemple, si vos dépenses mensuelles sont de 5 000$ et que vous avez 20 000$ en épargne, votre fortune est évaluée à quatre mois. Ainsi, la fortune est évaluée en temps et non en dollars. Je suis un adepte de cette philosophie. Pour moi, la richesse n’est pas représentée par les possessions, mais plutôt par le nombre de jours, de mois, ou d’années pendant lesquels je peux vivre sans avoir l’obligation de travailler.

Selon cette logique, les gens qui sont riches à vos yeux et qui ont un mode de vie flamboyant sont possiblement plus pauvres que vous en réalité. Peut-être qu’ils vivent d’un chèque de paie à l’autre. Donc selon Kiyosaki, ces derniers auraient une fortune de deux semaines (période entre deux paies). Encore pire, peut-être que leur fortune est négative en raison du fardeau de leurs dettes.

Ma « fortune »

En conclusion, la richesse est relative à chacun. Pour moi, elle représente le montant dont j’ai besoin pour être financièrement indépendant. En ce moment, ma « fortune » est évaluée à quarante ans. Je me considère libre jusqu’à mes 78 ans, en tenant compte de mon avoir net investi à un rendement annuel moyen de 7%.

Quelle est votre définition de la richesse?

12 comments

    1. Merci pour le commentaire Claudia!

      Effectivement, que l’on soit pauvre ou milliardaire nous avons tous 24 heures par jour. Le temps est une des rares ressources que les riches ne peuvent pas accumuler. Mon ambition est d’être maître de mon temps et de vivre lentement. C’est pour cette raison que je calcule ma richesse en terme d’année d’indépendance financière et non en terme de possessions matérielles.

  1. Être riche c’est évidement une vue de l’esprit !

    De notre côté, c’est essentiellement une quête de liberté.

    Mais on comprend qu’on est privilègiés d’être à même de considérer un mode de vie d’indépendance financière.

    De notre côté, on comme on aime optimiser, cela passe entre autres par de faibles dépenses. Ce qui fait en sorte que l’on n’a évidemment pas un mode de vie à l’allure très riche.

    Mais en même temps, comme on aime voyager, et que l’on dépense lorsque l’on considère que cela vaut la peine, on est loin de se priver.

    Il est toujours fascinants de voir comment les priorités des gens se traduisent en dépenses (et comment beaucoup de gens avec de bon salaires vivent d’une paie à l’autre)…

    1. Salut Mr Riche Relax!

      J’ai justement découvert votre blog dernièrement. Je pense que nos philosophies de vie respectives sont très semblables.

      La vaste majorité de la population pense que le bonheur = consommation. Alors, ils sont convaincus que ma vie est misérable. Or, la réalité est totalement à l’opposé. Moins je possède de matériel et plus je me sens libre. En plus j’ai plus de budget pour vivre des expériences, par exemple pour voyager.

      Au plaisir de vous lire!

  2. Merci! Vos mots résonnent et pour moi aussi c’est du gros bon sens. À 44 ans j’aspire aussi à l’indépendance financière avant 50 ans. Les frais de gestion m’inquiètent parfois. Gérez-vous vos actifs?

  3. Bonjour! 🙂

    Je viens de découvrir ton blog, et je dévore les articles les uns après les autres…c’est vraiment super intéressant!

    J’ai une petite question concernant ce que tu dis :
    « En ce moment, ma « fortune » est évaluée à quarante ans. Je me considère libre jusqu’à mes 78 ans, en tenant compte de mon avoir net investi à un rendement annuel moyen de 7%.  »

    Comment es-tu arriver à ce calcul? libre jusqu’a 78 ans? et quand tu dis que tu investi ton avoir net, donc est ce que tu encaisses les profits de tes placements et tu vis avec ca, ou tu laisses tes investissements propérés sans jamais encaissé?

    Merci!

    Brandon

    1. Merci beaucoup Brandon!

      Ma « fortune » avait été grossièrement évaluée avec la calculatrice suivante: https://networthify.com/calculator/earlyretirement

      Pour l’instant je ne décaisse pas mes gains puisque je travaille encore. Par contre, dès que je serai à la retraite, je commencerai à sortir environ 4% de mes rendements annuels. Mon obejctif est de vivre uniquement de ces revenus passifs.

      Bonne lecture! Au plaisir de rester en contact!

  4. Quel est votre espérance de vie estimée pour le calcul de votre indépendance financière? Les dépenses de soin de santé peuvent augmenter considérablement dans le grand âge (80+, 90+). Est-ce que celles-ci sont prises en considération dans le plan de retraite (4%) et si oui comment?

    Merci

    ps: je relis tous les articles. Autres questions à venir!

    1. Bonjour Alain,

      Nous avons estimé notre espérance de vie à environ 90 ans dans nos projections financières.

      Nous avons un budget assez important pour les voyages et les sorties. En fin de vie, nous prévoyons transférer ce montant vers le poste de dépense soins/santé. Aussi, étant donné que nous ne prévoyons pas laisser d’héritage, nous pourrons consommer notre capital dans les dernières années, à partir de 80 ans.

      N’hésitez pas à me poser vos questions, ça me fait plaisir de répondre! Bonne journée!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *