Comment passer l'hiver au soleil à petit budget?

Passer l’hiver au soleil sans se ruiner

L’hiver québécois est brutal. Le soleil se couche en plein après-midi, tout le monde a la morve au nez et nos chaussettes restent toujours coincées dans le fond de nos bottes. Même Ned Flanders finirait par pleurer dans sa douche.

Force est d’admettre, notre bonheur collectif fluctue au gré du mercure.

D’ailleurs, quand quelqu’un nous lance un « Comme ça va? », on rétorque instinctivement « Ils annoncent du verglas ce soir! »

Pour ma part, j’adore l’hiver quand il fait 5℃, que la neige immaculée tapisse le sol et que le soleil fait briller les glaçons. C’est-à-dire, j’aime l’hiver dans les films de Disney. 😉

La réalité est tout autre. Ça se rapproche plus du Shining.

C’est pour cette raison que nous avons décidé de fuir l’hiver cette année. Pour la première fois, nous avons vécu comme des snowbirds pendant deux mois. Voici mes premières impressions.

Notre migration hivernale

Quand on pense aux snowbirds, l’image du Floridien tanorexique, habillé en pastel, au volant de sa voiturette de golf vient immédiatement en tête (voir Le prix du paradis).

Or, ce cliché ne pourrait pas être plus loin de l’expérience que nous avons vécue.

Durant notre périple, nous avons visité une quinzaine de villes dans cinq pays, soit Singapour, le Myanmar, le Cambodge, le Vietnam et la Malaisie.

Au passage, nous avons rencontré plusieurs « nomades numériques », des jeunes entrepreneurs, des expats et des snowbirds québécois.

La jeune retraitée en Asie
Ces rencontres nous ont ouvert les yeux sur un mode de vie bien plus accessible et abordable qu’on pourrait l’imaginer.

J’ai bien l’intention de reproduire l’expérience l’hiver prochain. Reste plus qu’à trouver où.

Où partir en hiver?

Depuis mon retour, je ressasse mes souvenirs de voyage pour déterminer la destination idéale. Parmi la cinquantaine de pays que nous avons visités, il y en a certainement un qui nous conviendrait?

Voici mes critères de sélection:

Choisir où partir en hiver
Avoir l’eau courante et l’internet (deux éléments nécessaires à ma survie).
Choisir où partir en hiver
Vivre dans un climat tempéré et ensoleillé.
Choisir où partir en hiver
Être à proximité de plages, de forêts et de montagnes.
Choisir où partir en hiver
Avoir accès à une cuisine goûteuse et variée.
Choisir où partir en hiver
Pouvoir vivre sur un petit budget, idéalement moins de 1 000$ par mois.
Choisir où partir en hiver
Être entouré de gens accueillants et courtois.

Où est-ce qu’il fait beau?

D’abord, déterminons où le climat est le plus clément en hiver.

Forcément, il faut migrer vers le Sud pour trouver le soleil. La plupart des pays situés dans l’hémisphère Sud bénéficient d’une météo optimale en janvier, février et mars (source).

Les meilleurs endroits à visiter en hiver

Où voyager en hiver?

Où est-ce que le coût de la vie est faible?

Ensuite, ajoutons le coût de la vie dans l’équation.

Sur ce plan, le Mexique, la Colombie, l’Équateur, le Pérou, la Bolivie, le Maroc, l’Égypte, l’Inde, le Vietnam et les Philippines font bonne figure (source).

Le coût de la vie à travers le monde

Le coût de la vie dans le monde

Autre indicateur du coût de la vie, le Big Mac Index compare le prix des Big Mac à travers le monde. Ceci donne une bonne idée de son pouvoir d’achat, même si on ne mange pas de McDo.

Parmi les pays qui m’intéressent, la Malaisie, les Philippines, le Vietnam, le Nicaragua et le Guatemala ressortent du lot à ce niveau (source).

Le prix d’un Big Mac dans le monde

Le prix d'un BigMac dans le monde

Où est-ce que les gens sont sympa?

Enfin, considérons la gentillesse des différents peuples.

Bien qu’il n’existe pas d’outil de mesure pour accomplir cette tâche, les expériences de voyages parlent d’elles-mêmes.

À cet effet, le comportement des usagers dans les transports collectifs reflète assez bien le niveau de courtoisie d’un peuple.

Ainsi, au fil de mes voyages, j’ai développé un test hautement scientifique. Il suffit de compter le nombre de rangés qu’une personne âgée doit franchir dans le bus avant que quelqu’un lui cède sa place.

Selon mes observations, le Myanmar, l’Inde, le Vietnam, le Nicaragua et la Jordanie se démarquent à ce niveau. Soit dit en passant, Israël reçoit la pire note.

La courtoisie en autobus
Par ailleurs, ironiquement, moins une ville est touristique, plus les gens y sont accueillants. Ainsi, je trouve qu’il est plus difficile d’établir une connexion authentique avec les habitants de Bangkok, de Phnom Penh ou de Kuala Lumpur.

Au final, vous comprendrez que l’aspect « gentillesse » est complètement subjectif à chacun.

Ma destination de choix

Honnêtement, même avant de faire toutes ces recherches, un pays avait une longueur d’avance, le Vietnam. Il faut dire que je suis biaisé puisque ma conjointe, Van-Anh, est vietnamienne. « Qui se marie, prend pays ».

Heureusement, tous les indicateurs justifient mon choix. 😉

Le Vietnam est présentement en pleine ébullition. Les villes se modernisent à un rythme étourdissant, mais le coût de la vie reste faible.

Aussi, le peuple y est super accueillant, le bouffe absolument délicieuse et le soleil généreux.

La jeune retraitée au Vietnam
Le Vietnam est vraiment mon coup de coeur!

Plus précisément, mon choix s’est arrêté sur le ville de Da Nang. Une ville moyenne (1.2M d’habitants), propre, moderne et idéalement située entre les montagnes et la mer de Chine.

Faites la visite guidée de Da Nang pour comprendre de quoi je parle: Vidéo YouTube

Combien ça coûte?

Les Vietnamiens vivent sur un salaire moyen de 148$ par mois (source). Or, les prix qui suivent représentent plutôt un niveau de vie « à l’occidentale », donc avec beaucoup plus de confort.

Aussi, le coût varie selon son désir de rester à un seul endroit ou de se déplacer constamment. J’ai donc calculé les deux scénarios.

En mode nomade

Premièrement, combien ça coûte pour vivre en déplacement continuel, comme un nomade?

Nos 60 jours en Asie du Sud-Est (Singapour, Myanmar, Cambodge, Vietnam, Malaisie) nous ont coûté environ 3 000$ par personne. Voici l’allocation de notre budget:

Les dépenses

Vol international:
560$ par personne

Hébergement (pour 2):
Singapour: 68$/nuit
Myanmar: 22$/nuit
Cambodge: 24$/nuit
Vietnam: 15$/nuit
Malaisie: 15$/nuit

Vols internes (en Asie):
100$ par vol

Transports:
1$ par jour (nous marchons partout)

Nourriture:
Singapour: 6$/repas par personne
Myanmar: 3$/repas par personne
Cambodge: 6$/repas par personne
Vietnam: 3$/repas par personne
Malaisie: 4$/repas par personne

Assurances:
Incluses avec la carte VISA Or Odyssée (110$/an)

Téléphone:
Gratuit avec WhatsApp

Visas:
Myanmar: 68$
Cambodge: 40$
Vietnam: 34$

De l’argent qui tombe du ciel

À notre retour, lors d’une escale à Washington, l’agent de bord a annoncé « Le vol est malheureusement surbooké. Nous offrons 500 USD à quiconque prendra le prochain vol, soit demain à la même heure. »

Personne n’a bronché.

Van-Anh est donc allé discrètement négocier pour obtenir 800 USD. Nous avons donc chacun reçu un crédit de plus de 1 000$, en dollars canadiens.

Je ne calcule pas ce « cadeau » dans le budget de ce voyage, mais disons que nous avons obtenu un voyage gratuit en prime.

Crédit voyage pour un vol surbooké

En mode sédentaire

Deuxièmement, combien ça coûte pour se poser au même endroit pendant plusieurs mois?

En me basant sur plusieurs blogues, dont Endlesstravel, ainsi que mon expérience, voici le budget nécessaire pour vivre à Da Nang:

Les dépenses

Billet d’avion:
Environ 600$ à 1 000$ par personne

Hébergement:
500$/mois (250$/mois par personne pour un couple)

Électricité:
20$/mois (10$/mois par personne pour un couple)

Internet:
Normalement inclus dans le prix du loyer

Transports:
55$/mois pour louer un scooter ou 500$ pour en acheter un usagé, 0.40$ pour le bus, gratuit en vélo 😉

Carburant:
2$ pour faire le plein d’un scooter

Téléphone:
8$ pour la carte SIM, 6$ pour une carte d’appel ou gratuit avec WhatsApp

Nourriture:
3$/repas pour manger sur la rue, 6$/repas pour manger dans un beau resto

Snacks:
1$ pour une bière, 1$ pour un sandwich (Banh mi), 1.50$ pour un café, 1.50$ pour un jus frais

Assurances:
Gratuit pour 60 jours avec la carte VISA Or Odyssée (110$/an)

Visa:
e-Visa simple entrée 30 jours: 34$
Visa multi-entrées 30 jours: 86$
Visa simple entrée 90 jours: 58$
Visa multi-entrées 90 jours: 105$
(source)

Total:
610$/mois par personne (vol exclus)

Un raccourci vers l’indépendance financière?

En somme, une fois le billet d’avion payé, il en coûte environ 600$ par mois (en occupation double) pour bien vivre à Da Nang. À ce prix, on a la plage, un appart de qualité, deux repas au resto par jour et l’internet haute vitesse pour réaliser ses projets.

Une vie de roi, quoi!

En fait, grâce au taux de conversion avantageux pour les canadiens, on est millionnaire (en Dong) avec seulement 58$ dans ses poches. 🙂

Les entrepreneurs du web, les travailleurs autonomes et les gens débrouillards pourraient ainsi bénéficier d’une qualité de vie exceptionnelle, tout en maximisant leur taux d’épargne. Passer l’hiver au soleil pourrait même constituer un raccourci vers la liberté financière pour eux.

Comme quoi, l’hiver est optionnel. J’ai (presque) hâte de voir tomber les prochains flocons!

Où aimeriez-vous passer l’hiver prochain si vous en aviez le choix?

82 commentaires

  1. J’ai adoré ton article J.S.!

    Écrit avec humour, ton article nous offre beaucoup d’informations et d’excellents trucs pour bien voyager sans se ruiner ! Mille mercis de ton partage généreux, J.S. ! J’ai adoré l’article!
    Tu me donnes le goût revenir faire un long séjour à Da Nang!
    J’ai hâte à lire ton prochain partage, Snowbird!

    CHÀO J.S.

  2. Vous êtes vraiment intéressant à lire.
    Vous nous donner le goût de partir au chaud l’hiver prochain.
    Merci d’inclure différents tableaux.
    Du point de vue sécurité (eau, nourriture, habitants), comment décririez vous votre expérience?
    Merci beaucoup!

    1. Merci Nathalie!

      L’été arrive au Québec. Vous aurez vos vitamines D d’ici peu. 😉

      Du point de vue sécurité, pour moi, le seul pays d’Asie du Sud-Est qui peut poser problème est le Myanmar. Certaines régions de ce pays sont absolument à éviter (voir https://voyage.gc.ca/destinations/myanmar?_ga=2.255869576.2046089460.1557180682-437267655.1557180681).

      Aussi, du point de vue hygiène, le Myanmar est dans une autre époque. Plusieurs habitants de la campagne vivent sans eau courante, ni électricité, alors le niveau d’hygiène est rudimentaire. J’ai d’ailleurs été assez malade.

      Pour ce qui est des autres pays avoisinants, en évitant l’eau du robinet (et tout ce qui a été en contact avec l’eau), on s’en sort bien.

      Je vais parler de toutes les petites arnaques que j’ai constatées dans un prochain billet. Ce n’est rien de majeur, mais c’est rigolo.

      Merci!

  3. De notre côté c’est au Mexique que nous avons passé les trois derniers hivers. Famille de 4 avec un budget mensuel de 4000$, nous mangeons au restaurant régulièrement (minimum aux deux jours), nous déplaçons avec notre camion-maison et logeons dans des Airbnb. Le Vietnam semble très invitant, une fois l’espagnol maîtrisé vous croyez qu’on peut s’attaquer à la langue locale?

    1. Bonjour Geneviève,

      Votre blogue est excellent! Je n’ai pas pu m’empêcher de tout lire.

      Le voyage en VR m’intrigue au plus au point. J’ai d’ailleurs vécu des expériences semblables avec mes parents quand j’étais jeune. Et, ces aventures m’ont marquées encore plus que les voyages traditionnels (en avion). Que de beaux souvenirs!

      J’ai hâte de lire la suite. Entre temps, j’ajoute votre site à ma biblio.

  4. Bonjour J-S,

    Bon retour au Québec! Tu as effectivement manqué l’hiver le plus long et le plus difficile depuis longtemps… Et que dire des inondations du printemps!

    Merci pour cet article et ces informations utiles! En matière de prix, on est loin du « Tous inclus » à 2000 $ par personne pour une semaine à Cancún. Et pourtant, c’est un voyage beaucoup plus enrichissant que vous avez fait. Vous avez découvert beaucoup d’endroits sans négliger les repas, les transports, etc. Tout cela en connectant réellement avec les communautés locales.

    Bravo à toi de démontrer comment « voyager autrement »! Ça donne le goût pour l’hiver prochain… 🙂

    Merci et au plaisir,
    R101

    1. Salut R101,

      En plus, je n’ai pas mentionné le « travel hacking » que nous avons effectué. En fait, le coût total de notre voyage est d’environ 2 500$ car nous avons obtenu des cashback de Booking.com et nous avons utilisé des points récompenses de carte de crédit.

      Ça fait 2 500$ pour 60 jours. Certains, paient ce montant pour deux semaines à Cancun.

      Si je pousse l’audace et que j’inclus le 1 000$ de crédit voyage que nous avons reçu au retour, mon voyage de deux mois me coûte le prix d’une semaine à Cancun. 😉

      Merci!

      1. C’est fou ce qu’on peut faire avec peu de $. Nous avons revu notre façon de voyager ma femme et moi (et le petit bien entendu), mais je vois qu’il y a encore place à beaucoup d’améliorations 🙂 Merci de nous faire réfléchir sur la façon de voyager! 🙂

  5. Bonjour Jeune Retraité

    J’ai travaillé plusieurs années comme musicien sur les bateaux de croisière et quand nous passions par le Vietnam, nous nous arrêtions à Na Trang plus au sud et évidemment à Vung Tau, le port pour Ho chi minh. Grace à ce travail, j’ai pu faire plus de 70 pays et le Vienam fut un grand coup de coeur. Dans queques années, c’est ce que nous voulons faire, moi et ma femme, comme vous le faite en hiver. Nous sommes très attirés par l’Amérique du sud comme l’Uruguay, le Chili et l’Argentine.

    Comme musicien, j’ai eu l’impression de vivre comme je l’entendais, comme si j’étais à la retraite(plus de 25 ans comme travailleur autonome). Aujourd’hui, je suis dans l’enseignement post secondaire et j’adore cela. Alors, j’en profite por mettre des sous de côtés pour ma deuxième retraite dans 8, 9 ans.

    Bonne journée!

    1. Bonjour Richard,

      Votre histoire est très intéressante. Finalement, vous avez vécu comme un semi-retraité presque toute votre vie. C’est génial!

      Les gens qui osent trouvent toujours un moyen de parvenir à leurs fins, les autres se plaignent jour après jour, sans rien changer.

      Je vous souhaite la retraite dont vous rêvez.

      Bonne journée!

  6. Holà Jean-Sébastien!

    « Le prix du paradis »… ARRRRRRGGGGGHHHH! Jamais je n’irais vivre là même si on me l’offrait gratuitement! Il faudrait qu’on me paie en prime ;o) Merci pour cet autre épisode de ta vie nomade bien détaillé. J’ai fait récemment le bilan de mon séjour de 6 mois au Mexique: ça m’a coûté au total 5 923$, incluant le billet d’avion et les assurances, que j’achète au Mexique car ici c’est exorbitant. Mon assurance santé au Mexique me coûte 280$ CAD pour un an et j’ai une couverture bien suffisante.

    J’ai comme toi des goûts de luxe (ha ha ha) en ce sens que je loue là-bas un très joli appartement comprenant deux chambres et tous les services inclus (incluant une bonne connexion internet ;o). Comme je ne peux me payer un appartement « beach side », j’ai choisi de vivre à 4 km de là mais mes goûts de luxe obligent, il y a une trrrrrès grande piscine, ce dont je ne me passerais pas car je nage une heure (2km) tous les matins (qui veut aller s’enfermer dans un gym au Mexique!, pas moi!) et j’y plonge souvent à mon retour de la plage ou lorsque je ne vais pas à la plage. Pour aller à la plage ou faire des courses ou simplement faire une balade? À pied, en « colectivo » pour 0,40$ ou en vélo.

    Je cuisine simplement et ne me prive pas de petits restos locaux ou on mange très bien pour 2$ à 5$ par personne. La cuisine de rue est excellente, variée et colorée. Je vais aux marchés locaux pour les fruits, légumes, œufs, fromage, miel, noix etc., sinon au supermarché pour le reste et tout est frais et 40% moins cher qu’au Québec, selon mes estimations, et je connais les prix, crois-moi. En passant, je suis revenue il y a une semaine et je pleure en voyant les prix à l’épicerie ici, et je ne parlerai pas de la Syphonneuse d’Argent du Québec ;o) À ce sujet, on trouve au Mexique un bon petit sauvignon blanc à 4,25$ CAD le litre ainsi que de très bonnes bulles style Prosecco à 5$ CAD la bouteille et je ne m’en prive pas! Et que dire de la téquila à 6$ CAD pour un LITRE. Bon, ça c’était ma vague d’information pour les alcolos ;o)

    Je ne voyage pas, je vis au Mexique, et je suis impliquée dans ma communauté, où il paraît que je suis maintenant « une institution » (ça ne vient pas de moi, ce terme, mais d’eux). J’y ai une vie sociale beaucoup plus enrichissante qu’au Québec, où il faut programmer un souper entre amis 2 mois d’avance, ce qui n’est absolument pas le cas avec mes potes mexicains. Bref, je suis de plus en plus Mexicaine dans mon cœur et dans mon âme. Je suis sans domicile fixe ici mais pas là-bas. À cet égard, je m’étais fait la promesse de réduire mes possessions de moitié et la semaine prochaine, ce sera fait; ma vie matérielle tiendra dans 5 boîtes au lieu de 10. Ça m’en fera moins à entreposer chaque fois que je repars. D’ailleurs, pour les billets d’avion, tu sais comme moi que souvent, les meilleurs achats se font des mois d’avance. Mon prochain aller Montréal Cancun en vol direct, je l’ai acheté à la mi-février pour la fin octobre et je l’ai payé 142$ CAD; incroyable!

    Bonne continuation et c’est toujours un grand plaisir de te lire!

      1. Puerto Morelos, entre Cancun et Playa del Carmen à et 20 minutes de l’aéroport de Cancun.

    1. Salut Gabrielle,

      Je pensais un peu à toi en écrivant cet article. J’espèrais que tu témoignes de ta vie au Mexique. Merci de l’avoir fait! C’est très bien détaillé.

      Malheureusement, je ne connais pas le « vrai » Mexique. Je suis allé à plusieurs reprises quand j’étais plus jeune, mais je n’ai que visité les coins très touristiques. Il faut que j’y retourne.

      L’avantage c’est que ce n’est pas loin d’ici. Surtout, avec un billet à 142$, disons que c’est très accessible.

      Quel endroit recommanderais-tu pour passer l’hiver?

      1. Je ne parlerai que de ce que je connais, soit la péninsule du Yucatan (provinces du Yucatan et du Quintana Roo). Le vrai Mexique, c’est à Chicxulub, Progreso, El Cuyo (voir le blog de Geneviève car elle l’a bien décrit), et mon présent coin de paradis est à Puerto Morelos sur la côte Caraïbes. Cette dernière se développe beaucoup depuis quelques années mais c’est encore typique, entre Playa del Carmen et Cancun (je ne vivrais dans aucune de ces villes). C’est très sécuritaire avec un minimum de bon sens. Puerto Morelos est divisée en deux: section Puerto et section Colonia (à 3 km), où je préfère vivre car moins touristique. Mérida est incontournable pour sa culture et sa bouffe (oh, je sens que je viens de toucher une de tes cordes sensibles ;o). Partout il y a des petits marchés locaux à ne pas manquer et à Mérida, il y en a un gigantesque, couvert, et on s’y perd à coup sûr car c’est un labyrinthe. Les Mexicains, en général, sont sympathiques et courtois. Je voyage seule et je me suis toujours sentie en sécurité, contrairement à la République Dominicaine, où je ne retournerais pas. Je ne connais pas la côte Pacifique et je suis moins attirée étant donné que les endroits pour se baigner dans la mer y sont plus restreints alors que sur la côte Caraïbes, les vagues cassent à la barrière de corail et on peut faire du snorkelling à partir de la plage. À Puerto Morelos, j’y ai vu des tortues, des barracudas et des raies à 20-30 mètres du bord. Je pourrais écrire des kilomètres mais je m’arrête ici. Je n’ai qu’une hâte, c’est d’y retourner!

        1. Penses-tu. Gabrielle que Puerto Morelos pourrait convenir à une homme seul qui ne sait pas trop voyager (j’ai cependant déjà séjourné une fois à Cancun) pendant les quelques mois les pires de notre hiver? Quel point de chute me recommandes-tu là-bas?

        2. J’ai une question un peu naive.

          Plusieurs canadiens ont été assassinés dans cette région lors des 10 dernières années. S’agit-il d’une véritable menace ou simplement d’un trip médiatique?

          1. Les seules histoires que je connais à ce propos sont celles de Canadiens qui fricotaient avec la mafia locale et deux autres assassinats impliquant un Canadien qui a tué un autre Canadien. Évidemment que les médias s’emballent quand un Canadien est tué. Je n’ai jamais senti aucun stress quant à ma sécurité. Les familles sont dans les rues partout le soir jusqu’à 11h00 car c’est à ce moment qu’il fait le moins chaud. Je suis partie quelques fois à 6h00 du matin pour aller faire du bénévolat et je me sentais parfaitement en sécurité.

            PFG: Puerto Morelos, Bacalar, Mahahual sont de beaux endroits.

        3. Merci, Gabrielle. Je spote l’endroit depuis une grosse secousse. L’hiver ça me démange! Sauf que tout seul, en célibataire, je n’en ai plus envie. J’ai un excellent souvenir de Cancun même s’il date pas mal.

          Il faut dire qu’on se retrouve au pays des Mayas, et pas vraiment au Mexique. J’ai une base de comparaison avec Acapulco où j’ai déjà été, toujours en compagnie de cette petite amie.

          Donc ma petite amie de l’époque et moi – elle parlait très bien l’espagnol, pas moi! – avions loué en basse saison pendant une dizaine de jours une coquette suite tout équipée dans condo-hôtel typique pour une bouchée de pain, située juste à côté du Club Med.

          L’eau du robinet était POTABLE à Cancun! Est-ce le cas à Puerto Morelos aussi, de nos jours?

    2. Gabrielle, ton commentaire me donnes envie de m’expatrier quelques semaines par année. Je ne suis pas encore retraitée comme Jean-Sébastien, mais j’aurais la possibilité d’ici quelques années de prendre 5 semaines de congé l’hiver.
      Je me demandais si trouver un logement à Puerto Morelos pour une si courte période durant la saison touristique serait aussi facile.
      Merci pour toutes les informations que tu as mise!
      Bonne journée!

  7. Article vraiment intéressant, sur un sujet qui m’intéresse beaucoup aussi ! Personnellement je trouve ça trop loin, l’Asie 😉 Je déteste l’avion, 6-7 heures c’est mon max… un jour je vais y aller, notamment j’aimerais bcp visiter la Japon, mais probablement en plusieurs étapes.. possiblement avec un billet « tour du monde » de Star Alliance. Mais bref, pour un séjour annuel hivernal annuel, ça ne marcherait pas pour moi… j’ai deux choses en tête présentement: Sud des États-Unis en petit motorisé (van), ou Portugal.

    1. Salut Mr. Jack,

      Oui, aller en Asie c’est long longtemps. On se fait trimballer comme du bétail pendant 25-30 heures.

      Dans ton rayon de 6 heures, tu aurais aussi l’Équateur. Ça pourrait constituer un superbe voyage. Ce pays est sécuritaire et offre une très grande diversité géographique. Je n’y ai jamais mis les pieds, mais cette destination m’intrigue au plus au point.

      Sinon, le road trip dans le sud des É-U est une valeur sûre. #Vanlife

      Merci d’être passé, ça me fait toujours plaisir d’avoir de tes nouvelles!

      1. bon matin!
        je viens de passer 3 semaines en Equateur (côte ouest). C’est une destination de plus en plus en demande au détriment de la Floride. J’y ai rencontré bcq de Québécois qui ont tout abandonné pour y vivre et certains ont devancé de 2 ans leur retraite en raison du faible coût de la vie… Il en coûte 15000$ u.s. pour vivre pour un couple sans voiture et 20 000 $ u.s. pour un couple avec voiture (lorsque la maison est payée bien sûr). Pas de taxes municipales ni scolaires (il en coûte 60 $ par année seulement pour une maison). Les fruits et légumes sont à un coût dérisoire et sont biologiques. 1 $ pour un gros ananas ou un melon. 1 $ pour un sac de 50 litchis, 0,05 $ pour une banane… En plus, il y a des plages incroyables en Équateur et la température moyenne annuelle pour la côte ouest centrale est de 27 degrés! Le système d’autobus est super bien adapté!

        1. Bonjour Marthe,

          L’Équateur revient toujours dans les listes des meilleures destinations où passer l’hiver. Je n’ai entendu que de bonnes choses au sujet de ce pays. Au-delà des coûts dérisoires, il semble que les paysages soient exceptionnels et les habitants ultra accueillants. Je dois y aller. Ce sera possiblement mon prochain voyage (avec la Colombie).

          Merci beaucoup pour votre témoignage!

  8. Merci pour cet article fort intéressant et inspirant. J’aspire à ce genre de vie et devrait pouvoir me le permettre dans 4 ans, lorsque je serai en pré-retraite. Néanmoins, je suis sensible aux changements climatiques et je souhaite faire ma part pour améliorer la situation des générations futures. Et dans ce sens, on nous dit que lorsqu’on prend l’avion, c’est comme si on annulait tous les efforts de réduction de gaz à effet de serre d’une année. Bref, ça me pose un cas de conscience et j’aimerais savoir si cette question vous interpelle également.

    1. Bonjour Ginette, j’ai ce problème de conscience aussi. Je suis du type zéro déchet, je mange local, je n’ai jamais eu de voiture et au Mexique, je vais en taxi (j’ai renoncé à faire 3-4 allers et retours en vélo) une fois par mois porter toutes mes matières recyclables car où je vis là-bas, il n’y a qu’une collecte par mois et il faut se déplacer. Je me permets un aller et retour par année en avion et ma trace carbone est de 1 planète par année, ce qui n’excède pas les ressources que la terre peut produire pour ma petite personne (j’ai fait le test quelques fois). Si je reste au Québec pendant l’hiver, je serai bonne pour l’asile de fous (bon, OK, peut-être qu’on n’a plus le droit d’employer ce terme mais c’est tout ce qui me vient en tête ;o).

    2. Merci Ginette!

      Je suis également sensible à l’aspect écolo quand je voyage.

      Un ingénieur chez Bombardier m’avait expliqué que la consommation de carburant en avion est sensiblement la même qu’en voiture, si on le calcule par kilomètre parcouru, par personne. Par exemple, quelqu’un qui se déplace seul dans son auto fera du 8 litres/100km. Similairement, chaque passager d’un avion est imputable pour peut-être 10 litre/100km (ces données sont à vérifier).

      Donc, ce n’est pas uniquement le fait de prendre l’avion qui est néfaste, c’est plutôt la distance parcourue qui a un impact sur l’environnement.

      Je trouve que c’est simpliste de dire que de prendre l’avion annule tous les efforts d’une année.

      Les banlieusards font en moyenne 20 000 km par an dans leur bagnole. J’en connaissais même qui dépassaient le cap des 100 000 km.

      Il faut relativiser.

      Merci de pousser la réflexion! Je pense que c’est un point important.

  9. Mon Dieu! Il faut vraiment avoir une araignée dans le plafond pour en bouffer une pour de vrai ! Vous formez un si beau couple, ça vaut la peine de voyager ainsi! Bon retour à notre printemps cyclothymique! 18 C ce dimanche 4 mai. 🙂

    1. Cela dit, quant à moi, asthmatique, ce qui conditionne toute ma vie (j’ai 6 purificateurs True Hepa, dont 3 pourvus de capteurs en temps réel et l’un d’entre eux, le plus sophistiqué, le Dyson, comporte une appli mobile, qui roulent 24 h sur 24 dans mon appartement de 840 pieds carrés alors qu’ensemble ils ont une capacité de traitement de 1300 pieds carrés!) la première vérification que je fais, mon premier critère de choix absolu, c’est la qualité de l’air de l’endroit, quel qu’il soit, c’est par là : https://breezometer.com/air-quality-map

      1. Oubliez le Vietnam alors!

        La qualité de l’air dans les grandes villes là-bas est exécrable. Aussi, la pollution sonore est parfois insupportable.

        Merci pour le complément d’info!

  10. Eh seigneur que tu m’donne le goût de pacter mes valises!

    Très bel article encore une fois, c’est très complet et ça donne une bonne idée pour la planification! Comparativement à ici, c’est du p’tit change!

    Bon retour et prends soin de ta fièvre!

    Véro

    1. Salut Véronique,

      Ce n’est pas le temps de faire tes valises. Le meilleur reste à venir! C’est le moment de l’année que je préfère à Montréal.

      Toutefois, je pense que tu as le profil pour devenir nomade numérique si tu le voulais. Il suffit de bâtir son emploi autours de son mode de vie plutôt que l’inverse.

      C’est ce que je te souhaite!

  11. Salut Jean-Seb! content de de te lire encore une fois, on se fait un 5 a 7 bientôt?

  12. Très bon blogue en core une fois.

    Pour avoir vécu en Asie et en Amérique du sud (moins longtemps), je dois dire que l’Asie en générale est intéressante car les gens sont très sympatique, le crime est très bas et la nourriture hyper gouteuse !

    Par contre, l’Amérique du sud offre quelque chose que l’Asie n’offre pas … on peut facilement communiquer avec les gens. Apprendre l’espagnole c’est plus facile pour nous, ce qui rend notre « expatriation » plus intéressante par moment (même si la langue est loin d’être le seul moyen de communiquer).

    J’aurais aimé savoir le nombre de jours de couverture santé une carte de crédit offre. Certaines le sont pour 25 jours, d’autres 48, 60, etc.

    Il y a aussi l’option « home exchange ». Le site, style AirBnB, permet de faire un swap de maison. J’aid es amis qui le font et ils sauvent une fortune en voyage. Contrairement à ce qu’on peut penser, plusieurs sont prêts à venir à Montréal l’hiver ! Un échange de maison permet de fire beaucoup d’économies. De mon côté, je viens de sabler mes planchers de bois franc centenaire, donc je vais attendre un peu !

    Finalement, la plupart des pays ont des coins de pays où le coût de la vie est moins cher. L’indice Big Mac (ou même Starbucks) permet de comparer la valeur d’une devise par rapport à une autre, mais moins le coût de la vie. Par exemple, à Hong Kong, les big macs ne sont pas chers … contrairement au coût de la vie ! Les états unis, ce n’st as New York, pas plus que la France est Paris … ce que je veux dire c’est que si notre but est de trouver un endroit pas cher, et bien il y en a dans chaque pays. Le fin fond du Texas, un village reculé de la France ou de l’Espagne, ou être à une quinzaine de kilomètres des Algarves … on peut toujours trouver !

    Pour moi, je suis prêt à « payer un peu plus » s’il y a une vie culturelle active. Tout à fait d’accord avec tes critères, mais avoir une vie sociale active est primordiale. Apprendre la guitare au Portugal, apprendre la cuisine en italie, et, mieux encore, participer à des évènements sociaux culturels.

    Donc voyager longtemps c’est bien. Échanger sa maison, pour moi, c’est encore mieux et permet de choisir des endroits qui correspondent à ton style de vie ici … sans le froid 🙂

    Maintenant, bon retour … et on organise un picnic tous ensemble bientôt ?

    1. De très bons points Millionnaire Invisible!

      Il y a plusieurs critères que j’aurais pu ajouter à mon analyse, par exemple:

      La langue
      Le niveau de pollution
      La culture locale
      Etc.

      Certainement que mes besoins vont se raffiner avec le temps. Je suis encore un snowbird rookie. Je ne porte même pas encore de vêtements pastel, ni de chaussettes avec des sandales. 😉

      As-tu une destination en particulier en Amérique du Sud?

  13. J’ai envie de passer des mois à l’étranger, mais pas pour fuir le froid… En fait j’adore visiter l’Europe en décembre! Les marchés de noël et leurs décorations sont magnifiques et il y a moins de monde dans les lieux touristiques. Une destination coup de coeur pour moi sont les pays de l’europe de l’est! La Hongrie, la Lithuanie, la Lettonie, l’Estonie, etc… très bon rapport qualité/prix, plein de châteaux, musées, de la bonne bière pas chère 🙂 La nature et les gens m’y font beaucoup penser aux Québécois. C’est sûr que les langues sont complexes, mais on finit toujours par trouver quelqu’un qui parle assez anglais.

    1. Salut Maryse,

      Tu as du courage! Les pays baltes en février… Ça prend de la bonne bière (ou de la vodka).

      Te connaissant un peu, je connais ton intérêt pour l’Europe de l’est. En plus, cette région doit te donner un peu d’inspiration pour tes prochains romans.

      Merci pour ton partage!

  14. Salut à vous deux,

    Très bon article. Le fils de mon conjoint est à Da Nang présentement. Il dit que C’est la ville au Vietnam qu’il préfère à date. Il y est depuis 2 mois. Il voyage en scooter.
    Il est travailleur sur le web et voyage comme cela chaque année. Il a fait le Nicaragua, la Colombie et le Pérou l’an dernier. Le coût de la vie est tellement bas qu’il a un choc chaque fois qu’il revient au Québec.
    Il a rencontré un québécois au Vietnam et ils ont joués au hochey!
    Il trip au max et comme il ne dépense pas, cela le rend très heureux!

    Organiseras-tu un autre 5 à 7 durant l’été?
    J’adore te lire…
    À bientôt 😉

    1. Bonjour Elisa,

      Le fils de votre conjoint a trouvé un bon « spot ». Il n’est pas le seul d’ailleurs. Da Nang est présentement très populaire chez les nomades numériques. Peut-être que je le croiserai un jour?

      J’ai été bien malade dernièrement, mais j’ai l’intention d’organiser un événement dans un futur proche.

      Au plaisir de vous y rencontrer!

  15. Bel article JS, j’avoue être très jaloux! On part chaque année au moins deux semaine pour couper l’hiver et je partirais définitivement plus longtemps si je le pouvais! Je suis content de voir que toi et ta copine en profiter! Il y a beaucoup de mauvaise presse récemment sur des early retiree qui s’ennuient… Dur à croire pour ma part, mais bon je n’y suis pas encore! Merci encore, toujours un plaisir de te lire

    1. Salut The rich dog,

      Chaque fois, j’ai envie de te dire What’s up dog! Ton pseudo s’y prête trop bien.

      Oui, la lune de miel avec le mouvement FIRE est finie. Tout le monde cherche les bobos maintenant. C’était prévisible.

      C’est peut-être même une bonne chose. La retraite précoce ce n’est pas pour tout le monde.

      En tout cas, je sais que tu as 100% le profil.

      Bonne continuation!

  16. Je viens de découvrir votre blogue et je l’ai lu de long en large, noté tout plein de conseils, appris un paquet de choses. Je ne savais même pas ça pouvait exister prendre sa retraite si tôt. Je suis à l’opposé, ceux qui se disent que je devrai sûrement prendre ma retraite à 70 ans!
    J’ai 38 ans alors, j’ai un peu manqué le bateau on peut dire pour copier ta situation. Je n’ai par contre pas eu peur de prendre des congés différés de 6 mois pour aller voyager. Ou aller travailler 2 ans en Angleterre. Ou se lancer dans un processus de fiv. Comme j’ai toujours été un peu économe, j’ai pu me permettre ces expériences.
    Sauf qu’avec votre blogue, ça l’a changé ma façon de voir les choses. Je travaille en santé et j’aurai un fond de pension. Mais je me suis dit pourquoi attendre de prendre ma retraite au moment ou j’aurai 70% de mon salaire? J’ai fait mes calculs et finalement, je vise 55 ans à 42% de mon salaire. (Juste pour dire…juste de dire ça, j’ai des commentaires du genre  »Mais tu n’y penses pas?!? Avec le coût de la vie qui va augmenter et tout… » On est déjà depuis quelques années en mode minimaliste et zéro déchet et on a réduit tout ce qu’on pouvait réduire (vidéotron, abonnement journal, on a toujours eu une vieille voiture, etc…). On a comme but de finir de payer notre hypothèque dans 10 ans également.
    Mon enthousiasme fait réfléchir mon chum. Surtout quand je lui partage des articles comme celui-ci. Il déteste l’hiver alors ça l’inspire votre histoire 🙂
    Merci beaucoup pour tes beaux articles et de partager comme tu le fais!
    P.S. Je me demandais, puisque ma situation est différente (avec fond de pension), est-ce que tu as des blogues ou articles à suggérer?

    1. Ma copine et moi essayons aussi le mode minimaliste et zéro déchet! Je me dit que chaque petit geste compte pour la planète après tout! En passant, à 38 ans tu es loin d’avoir manquer le bateau! La plupart du monde ne réalise jamais qu’ils ont l’opportunité de reprendre le contrôle de leur vie en une dizaine d’années. Et loin de moi l’idée de répondre pour JS, mais il y a une rubrique bibliothèque sur son site où tu peux trouver d’autres blog sur l’indépendance financière au Québec. Bonne lecture! 😉👍

    2. Salut Jeka Morno,

      Bienvenue dans la communauté!

      Le parcours vers l’indépendance financière ne devrait pas être une course. Il faut vivre chaque instant.

      Le but est de bâtir un fonds de liberté pour ensuite avoir la capacité de prendre une année sabbatique, de partir en voyage plusieurs mois ou simplement d’effectuer un changement de carrière.

      Ainsi, il n’est jamais trop tard pour commencer.

      Plus, tu as la chance d’avoir un fonds de pension. J’appelle plutôt ça avoir une longueur d’avance.

      Je prends note de ta suggestion d’article. Je pourrai aborder le sujet des fonds de pension prochainement.

      Merci!

      1. Bonjour Jeka Morno,

        Le blogue FaisCommeLesRiches est un exemple de personne qui vise l’indépendance financière dans la quarantaine et qui a un fond de pension.

        Au plaisir,
        R101

  17. Bonjour, pouvez-vous me donner les informations pour trouver un appartement au prix que vous avez mentionné dans votre article pour Danang? Je lis et relie régulièrement vos articles. Merci à l’avance!

    1. Bonjour Lee,

      J’ai consulté plusieurs blogues/Vlog, dont Our Curious Georgia, Endlesstravel.world.

      Aussi, je me suis amusé à regarder les visites d’appart sur YouTube.

      Certes, je pense que le meilleur moyen de dénicher un bon appart est de se rendre sur les lieux, d’en visiter le plus possible et de négocier le prix. Selon moi, faire des recherches uniquement en ligne pourrait donner de mauvaises surprises.

      Avez-vous l’intention de vous expatrier à Da Nang?

      1. Allo,

        Oui. Je suis d’origine Vietnamienne comme votre copine. J’ai toujours considéré Da Nang comme une ville où j’aimerais y rester pour au moins un mois. Une fois sur place où aller ou contacter pour faire la visite de plusieurs appartements?
        Merci!

        1. Re-bonjour Lee,

          Je ne peux pas vraiment vous aider plus que ça puisque je n’ai pas (encore) vécu l’expérience de chercher un appart là-bas.

          J’imagine qu’en se baladant dans les quartiers qui nous intéressent et en parlant aux locaux, on peut rapidement trouver les logements à louer. Ceci sera encore plus facile si vous parlez vietnamien.

          Il existe aussi des agents d’immeuble qui peuvent accélérer le processus.

          Bonnes recherches!

  18. wow.
    justement je pars à la fin de l’été pour l’asie pour une longue période.
    alors cet article me donne un peu plus d’idée. je pensais aller passer quelques temps au vietnam justement, tu pourras me donner plus de détails sur certains trucs alors!

    je trouve aussi que c’est une bonne idée pour un travailleur indépendant, j’aimerais beaucoup pouvoir me permettre de travailler à distance et rester là tout l’hiver. Maheureusement, ce n’est pas possible pour l’instant.

    en tout les cas, encore une fois un article intéressant et fort pertinent!
    bravo.

    1. Allô Librocito,

      Je pourrai répondre à tes questions avec plaisir. J’y suis allé plusieurs fois. Selon moi, le Vietnam est un incontournable.

      Dis-moi si tu veux que je te contacte en privé pour en discuter.

      En tout cas, tu as de la chance. J’ai hâte d’y retourner.

      À bientôt!

  19. Salut JS.

    J’ai toujours été un défenseur de l’hiver pour mille raisons.
    La première étant sans doute qu’il y a des moments où, lorsque le soleil
    se pointe le bout du nez et s’étend sur les plaques de neige brillantes et le givre
    des arbres, c’est magique (je l’ai vécu l’hiver dernier). Mais, j’avoue que pour le Québécois
    et l’apprenti artiste que je suis ayant besoin de toute son énergie pour créer, passer quelques semaines à l’extérieur du pays lorsque nous sommes en déficit de vitamine C, de lumière et que les rues sont  »gadouifiées », c’est une option que je me réserve dans les années à venir.

    Quel pays européen me conseillerais-tu à cet égard?

    Merci et à bientôt.

    Ludo

    1. Bonjour Ludo,

      Je me permet de répondre à ta question. Pour avoir fait quelques pays d’Europe, je te dirais que le sud de l’Europe peut être agréable en hiver. Si tu cherches une température printanière avec passablement de soleil et quelques belles villes à découvrir à une distance raisonnable, je te dirais que le sud de l’Espagne (en Andalousie) peut être très intéressant et très abordable. Grenade, Cordoue, Séville et Malaga sont de très belles villes à découvrir. Le climat est particulièrement tempéré sur le long de la côte Méditerranéenne (Malaga). Il y est facile de s’y déplacer en transport en commun. Un train de banlieue longeant la côte fait un arrêt à l’Aéroport de Malaga.

      Le Portugal peut être une option intéressante et abordable également. Quoi que le climat y est légèrement plus frais, la température reste quant même confortable. J’ai beaucoup aimé la ville de Lisbonne et les plus petites villes avoisinantes (Estoril, Caicais et Sintra) tous accessibles en transport en commun. Les plages en Algarve (le sud du pays) sont aussi d’une beauté remarquable. Il fera trop froid pour s’y baigner mais il devrait faire assez doux pour prendre de belles grandes marches sur le bord de la mer et prendre un verre de vin en après-midi sur une terrasse au soleil 😉

      Espérant que cela peut t’aider.

      Pascal

      1. Salut Ludovic,

        J’avais presque hâte que quelqu’un défende l’hiver québécois. J’avais été (volontairement) cynique dans mon texte. Certaines journées hivernales sont absolument magnifiques. C’est une des richesses du Québec.

        Je suis d’accord avec Pascal, Malaga devrait être un bon spot. Aussi, peut-être le sud de la France ou la Croatie (plus abordable).

        Quelqu’un d’autre a des suggestions?

  20. Salut JS,
    Récit étourdissant de ton voyage de 2 mois, 5 pays et 15 villes ! Rien qu’imaginer les foules que vous avez croisées, il y a tant de gens en Asie. Félicitations pour ce billet, très intéressant comme toujours.
    J’aime voyager, mais ne pourrai jamais tenir à ce rythme. Ce que je supporte mal, ce sont le temps d’attente à l’aéroport, la durée du trajet et le décalage horaire.
    Je suis retournée 2 fois en Asie depuis mon départ du Vietnam en 1980. Thaïlande 3 semaines en 2007 et Japon 2 semaines l’année dernière. J’ai adoré. C’était drôle de me retrouver parmi d’autres asiatiques ( en Thaïlande, on me prenait toujours pour une thaï si je n’ouvrais pas la bouche ). J’aimerais pouvoir un jour visiter Taiwan, la Corée du Sud et Singapour. Un autre rêve : voir Angkor Wat, la Cité de la jungle.
    Je suis très ambivalente vis-à-vis du Vietnam, mon pays de naissance. Je suis née en pleine guerre, à Saigon, en République du Sud-Vietnam. Vécu sous le régime pro-américain jusqu’à l’âge de 9 ans, puis 4 ans sous le régime communiste actuel, avant de fuir avec ma famille en Allemagne en 1980. Aucun de nous n’est rentré depuis, l’idée ne nous a même pas effleurés. C’est triste, mais c’est ainsi.
    Sinon, j’adore l’Europe, où j’ai vécu 13 ans avant d’atterrir à Montréal ( Allemagne 2 ans, France 11 ans ). J’aime ma vie ici, mais la mer me manque. Pour le moment, je compte travailler encore jusqu’en 2025 ou 2026, puis chercher un point de chute en France ou au Portugal, quelque part sur la façade atlantique. La Bretagne, la Vendée sont mes régions de coeur, et j’aime beaucoup le Portugal, petit pays si sympathique et paisible. Vivre dans un pays au climat tempéré avec les 4 saisons , la bonne bouffe, la culture locale, de beaux paysages, est important pour moi, et sur ces points la France et le Portugal sont parmi les premiers de classe.
    Nous avons tous des rêves et j’espère que nous allons tous pouvoir réaliser au moins une partie un jour.
    Merci JS pour ton partage.

    1. Bonjour Lili,

      Ce fut un voyage exigeant, j’en conviens. Les 24 heures d’avion, le décalage horaire, la pollution, le bruit et la surpopulation ont rendu ce voyage très demandant. J’ai d’ailleurs perdu 15 lbs au passage. Aussi, je ne dors pas en avion, j’ai donc passé 48 heures sans fermer l’oeil.

      Par contre, il y a des façons plus confortables de voyager. Par exemple, pour couper le vol, on peut faire une escale de quelques jours à mi-chemin (ex: San Francisco). Par ailleurs, la Corée du Sud, Singapour et le Japon sont des destinations cinq étoiles. Le niveau de vie est probablement supérieur à celui de Montréal. Le choc culturel est donc au retour et non à l’allée. 😉

      Pour ce qui est de vos choix de destination, je suis entièrement d’accord. L’art de vivre français correspond parfaitement à l’idée que je me fais de la retraite.

      Je vous souhaite sincèrement de réaliser vos ambitions.

      Merci d’avoir partagé une partie de votre histoire. Au plaisir!

      1. Bonjour, j’aimerais savoir si certains d’entre vous connaissent des groupes de gens financièrement indépendants ou qui ont des habitudes de vie simples. Pas dans le but de passer la soirée à parler d’$ ( bien au contraire !) mais plutôt pour discuter avec d’autres personnes ayant des valeurs et vision similaires. Sii oui, je serais intéressée à savoir le nom de ces groupes. Merci

        1. Bonjour Lyne,

          Je ne connais malheureusement aucun groupe de ce genre.

          Par contre, je vous invite à vérifier sur Meetup. J’ai déjà assisté aux conférences de Financial Independence Club. Ça permet de rencontrer des gens qui ont leurs finances à coeur.

          Par ailleurs, une fois ou deux par année, j’organise des 5 à 7. Ça donne lieu à de très belles soirées. Si ça vous intéresse, inscrivez-vous à mon infolettre, je vous informerai des prochains événements. Normalement, il devrait y en avoir un au début de l’été.

          Sinon, peut-être qu’un lecteur aura un groupe à vous suggérer…

  21. Une façon intéressante d’économiser et d’apprécier l’hiver québécois? Rester au québec et avoir un hobby hivernal! J’ai toujours fait du ski et de la planche à neige durant l’hiver, alors j’ai toujours aimé l’hiver (pour moi, il est beaucoup trop court). J’y vais 3-4 fois par semaine, alors la passe, elle se rentabilise :). Même chose pour les équipements (tout de même dispendieux) qui ont quand même 8 ans!

    Question à part, je viens de découvrir votre blogue, et je me demande si vous et votre conjointe aviez voyagé fréquemment durant la période ou vous planifiez votre retraite? Si oui, à quelle fréquence (1x/an?). J’aurais de la difficulté à ne pas voyager pendant une si longue période…

    1. Salut Laura,

      Moi aussi, j’ai passé mon enfance sur des skis (et mon adolescence sur un snowboard). Mon abandon de ce sport explique surement en grande partie mon désintéressement pour l’hiver québécois.

      Pour ce qui est des voyages, nous en avons fait plusieurs avant la retraite, environ deux par année en moyenne. J’estime avoir visité une cinquantaine de pays et j’en avais probablement déjà visité une quarantaine au moment de prendre ma retraite.

      Selon moi, il ne faut pas sacrifier ses passions pour atteindre la liberté plus rapidement. Sinon, on passe à côté de la vie.

      Merci pour ce premier commentaire. J’espère qu’il y en aura d’autres! 🙂

  22. Bonjour Jean-Sébastien,

    Ça fait plaisir que tu aimes ma ville natale. Comme j’ai déjà expliqué dans un de mes articles, souvent j’ai du mal à reconnaître Da Nang. Mais bon, en 20 ans beaucoup de choses se sont passées et on ne peut pas s’attendre à ce que ce soit intact. Je préfère tout de même Da Nang d’il y a une vingtaine d’années.

    Au niveau sonore, je pense que le Vietnam est le champion en Asie du sud-est. Pour nous qui passons nos journées sur la route, c’est infernal de se faire klaxonner vraiment tout le temps. Oublions ces désagréments, le niveau et vie peu élevé et la bonne bouffe (entre autres) font de Da Nang une destination attractive pour le tourisme traditionnel et pour le nomadisme numérique.

    En tous cas, il y en a un qui se marie mais qui ne prend pas le pays.

    Thanh

    1. Salut Thanh,

      C’est justement ton blogue qui m’a renseigné sur Danang.

      Le Vietnam est méconnaissable. Le développement économique se fait à vitesse grand V. Ma dernière visite remontait à 15 ans. Le changement est drastique. Il y a des salles de gym et des McDo!

      C’est certain que pour un voyageur, ça perd un peu de son charme. Par contre, je suis content de voir un certain niveau de confort et de richesse s’installer dans le pays.

      Pour ce qui est du bruit, c’est effectivement violent. En plus, les piétons n’ont pas leur place nulle part. On est dans le bas de la hiérarchie, après les camions, les autos, les motos et même les chiens. Je peux imaginer en vélo!

      Bonne suite. Au plaisir de se croiser un jour!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *