La retraite précoce, il faut être cheap ou frugaliste?

Faut-il être cheap pour être retraité à 39 ans?

Van-Anh et moi sommes parfois qualifiés de cheap par l’élite intellectuelle de Facebook. Vous connaissez la ritournelle.

« Tu veux pas les inviter à ton mariage! »
« Séraphin… »
« Une belle gang de gratteux! »

J’aime bien lire ces commentaires, ils s’accompagnent bien d’un sandwich au baloney et d’un quiz de fin d’après-midi à V télé. 😉

Reste que ces critiques sont peut-être justifiées!

Après tout, quand je vais au cinoche, je suis du genre à cacher un sac de chips sous mon chandail pour éviter d’acheter le popcorn à 8.60$.

Je me suis donc posé la question à 10$ (100$ c’est trop cher)… « Suis-je cheap? »

Le coup du poil dans l’assiette

Mon image de jeune retraité joue parfois contre moi au niveau des perceptions.

Par exemple, au resto, Van-Anh tombe sur un gros poil noir, entremêlé à ses haricots dans le fond de son assiette. J’avise le serveur. Il s’excuse en nous disant que le plat en question ne sera pas facturé.

Honnêtement, je n’en attendais pas autant.

Cependant, au moment de payer l’addition, le serveur voit mon nom sur ma carte de crédit et roule les yeux. Clairement, il venait de comprendre qui j’étais.

Le truc du poil dans l'assiette
Est-ce que le jeune retraité venait de lui faire le coup du poil dans l’assiette?

Malaise!

Frugal ou cheap?

La ligne est souvent très fine entre un comportement jugé frugal et un autre jugé cheap. Voici ma vision des choses.

Le frugaliste

Le frugaliste fait des choix financiers qui sont alignés à ses objectifs de vie (ex: la liberté). Et, si une dépense inattendue s’impose, il fera des pieds et des mains pour trouver une alternative économique.

Ceci implique de la débrouillardise, de la créativité et beaucoup d’efforts. Il s’agit d’ailleurs de l’avenue la plus exigeante et la moins facile à suivre.

Prenons un exemple concret, disons qu’un cerne d’eau apparaît sur le plafond de votre salon. Que feriez-vous?

Presque tout le monde justifierait les 1 200$ facturés par le plombier en disant « Je ne connais rien là-dedans! » ou « Je travaille assez fort toute la semaine… ».

Le frugaliste
Or, le frugaliste ouvrira le plafond, trouvera la fuite, apprendra sur internet comment la colmater, louera l’outil dont il a besoin et ramassera une retaille de gypse dans les poubelles d’un voisin pour refermer le tout.

Voilà une épargne de plus de 1 000$, apprentissages en prime!

Le cheap

En revanche, le cheap réalise des économies, mais le fait aux dépens des autres. Donc, il est souvent manipulateur et profiteur.

Dans l’exemple de la fuite d’eau, le cheap appellera un bon samaritain, l’implorant de venir faire les travaux rapidement puisque la moisissure met la santé de sa famille à risque (les enfants restent le meilleur outil de manipulation).

Le cheap poussera même l’insulte en invitant la victime à apporter son lunch.

True story.

Le cheap
Par ailleurs, le cheap est démasqué quand vient le temps de laisser un pourboire. Il trouvera toutes les raisons imaginables pour donner le moins possible.

« On a eu deux serveuses durant le repas, alors je ne donnerai pas le plein pourboire. »

Voilà une épargne de 4$, stupidité en prime!

L’avarice, l’ennemie de la liberté financière

Selon moi, être avare va à l’encontre des principes mêmes de la liberté financière.

La vraie liberté se construit en développant ses aptitudes, son jugement et sa débrouillardise pour, ultimement, ne dépendre de rien, ni de personne.

Ce n’est pas en coupant sur le pourboire d’un serveur qu’on devient riche.

Au contraire, j’aime penser qu’il y a une forme de justice à long terme pour les radins.

Appelons ça le karma!

Mes confidences

Je suis frugal et j’en suis fier.

Pour moi, ne pas dépenser est un geste subversif, un doigt d’honneur à la société de surconsommation.

Je me sens donc rebelle quand je reprise mes chaussettes trouées! 😈

Ceci dit, en toute lucidité, j’ai déjà été cheap à mes heures. J’ai mon lot d’anecdotes gênantes! Aujourd’hui, je me confesse.

J’ai acheté un projecteur chez Costco, je l’ai utilisé durant une soirée pour présenter des photos, puis je l’ai fait remboursé le lendemain. Quand même moins pire que l’homme devant moi qui retournait un bouquet de roses fanées.
J’ai acheté une montre à 4 000$ au mois de décembre pour la retourner en janvier, seulement pour atteindre le montant de dépenses annuelles nécessaires au statut ONYX de Airmiles.
Je suis allé à la pharmacie puisque que j’avais oublié ma crème solaire à la maison. J’ai prétexté vouloir essayer les différentes crèmes, je me suis bien beurré le visage, les bras, les jambes avant de partir comme un voleur.

D’habitude je vous incite à partager mes articles… pas celui-ci! 😳

Les confidences des lecteurs

Lors de mon dernier 5 à 7, j’ai invité les participants à partager un moment où ils ont été cheaps. En voici quelques-uns.

« Je conserve un verre McDo dans ma voiture et, tous les jours après le travail, je vais le remplir gratuitement. »
« Quand j’ai faim et que je ne veux pas faire l’épicerie, j’appelle mes parents pour manger chez eux. »
« On louait une chambre pour la nuit sur un campus universitaire, puis on laissait la porte débarrée pour avoir la deuxième nuit gratuite. »

52 nuances de gris

Visiblement, nous avons tous déjà été grippe-sou à un moment donné dans notre vie.

Certes, je pense qu’il y a 52 nuances de gris entre un cheap et un frugaliste (50 aurait pu porter à confusion).

Je pense que la teinte de gris qui s’applique à moi est la HC-171. C’est-à-dire, la couleur qui, selon le catalogue de Benjamin Moore, porte le nom « Argent ».

Et vous? Avez-vous déjà été cheap? Connaissez-vous des gens cheaps?

65 commentaires

  1. Merci beaucoup J.S. de ton super drôle article! oui, drôle mais surtout, l’article nous apprend des différences très utiles entre cheap et frugal! j’adore ton article qui nous communique ton authenticité, ton humour et surtout, ta grande sagesse! Mille mercis!

    1. Merci encore Lien!

      Vous êtes toujours au rendez-vous, je l’apprécie.

      Avez-vous des histoires à partager?

      En passant, la dernière fois que je suis allé chez vous, j’ai volé 3 rouleaux de papier de toilette et un tube de dentifrice. 😀

  2. Être frugal ne nous empêche pas d’être heureux
    et de partager ce bonheur;
    celui-ci peut durer plus longtemps
    parce que consommé modérément.

    Prendre de petites bouchées
    les mastiquer lentement
    les garder en bouche
    nous fait apprécier
    un des plus grands plaisirs

    …Et va de même pour
    les autres sens
    de notre vie.

    Bien à nous tous !

  3. C’est exactement ce que j’explique à mes amis quand ils me traitent de cheap.

    – je suis économe et le fait que je choisis de moins dépenser n’enlève rien aux autres
    – pour moi un cheap c’est une personne qui profite des autres pour ne pas dépenser

    Je n’achète que le nécessaire
    Avoir un vieux char tout rouillé me brime personne. S’il roule encore, c’est pas être cheap mais économe. J’ai coupé le câble, je ne brime personne. Je demeure dans une maison de 1960 (payée) . Elle est laide et pas au goût du jour mais ça ne brime personne. Etc…

    1. Bonjour Marc,

      J’aime m’entourer de gens de qualité. Or, à ce niveau, le frugaliste et le cheap sont aux deux extrêmes du spectre.

      Les gens frugaux ont des histoires intéressantes à raconter, ont plein de projets en tête et sont souvent hors-normes (dans le bon sens du mot).

      Or, les cheaps sont sans intérêt. Je les évite.

      Merci pour ce premier commentaire!

  4. Héhé drôle les anecdotes.

    Perso, je n’oserais retourner un item comme ça 🙂

    Je suis généralement assez strict sur le côté moral des petites fraudes du genre (appelons un chat un chat), excepté peut-être pour les downloads illégaux, et encore, maintenant je stream légalement la musique (en payant) et la plupart des trucs que j’écoute sont sur Netflix ou Amazon Prime… sinon jamais de fausses déclarations aux assurances ou à l’impôt, jamais passé sur la garantie des affaires brisées par ma faute (ex: une cafetière laissée dans le campeur qui a gelé l’hiver) et encore moins acheté qqchose dans le but de l’utiliser une fois et le retourner après… donc la réponse à la question du blogue est: je ne sais pas, mais à 42 ans ce n’est pas nécessaire 😉

    y’a peut-être juste au niveau de l’achat / vente de trucs usagés sur Kijiji ou j’emploie des ruses qu’on pourrait qualifier de discutables, mais c’est pas mal mon seul péché dans ce domaine 😉

    Donc globalement, je suis rarement cheap, bcp plus dans le clan frugal.

    1. Allô Mr. Jack!

      Je ne suis pas fier de ces anecdotes. Ce sont des moments plutôt gênants!

      J’ai décidé quand même de les partager pour être complètement transparent et pour être honnête avec moi-même. Comme je l’expliquais dans l’article, rien n’est blanc ou noir. Toutefois, je pense que je me trouve dans le gris pâle.

      Concernant Kijiji, un lecteur m’a confié qu’il ramassait des objets dans les poubelles pour les revendre en ligne. À mon sens, ce n’est pas cheap, c’est plutôt ingénieux. C’est même un excellent modèle d’affaire (100% de marge de profit)! 😀

      Ça fait plaisir d’avoir de tes nouvelles. Bonne frugalité!

      1. C’est très drôle en fait, surtout la crème solaire. Genre: euh? 🙂

        Je ne jugeais pas soit dit en passant et je suis loin de me croire moralement supérieur… j’ai de la misère à manger un échantillon de bouffe chez Costco et ne pas acheter le truc, juste pour te dire.

        Pour Kijiji, j’ai déjà publié de fausses annonces pour entrer en compétition avec un item que je voulais acheter (annonce du même item, moins cher). Je crois avoir sauvé 5000-8000$ avec cette tactique (sur un seul achat de 45k$!). On appelle ça manipuler le marché 🙂

        1. Ton truc est ingénieux! Machiavélique, mais ingénieux.

          Sur le montant global épargné, tu me bats. 😉

          Merci pour ta confession mon fils. Pour te repentir, fais 3 « Je vous salue Marie » et 2 « Notre Père ». 😀

  5. Quand j’étais étudiante et franchement fauchée, j’ai fait des choses que je n’oserais jamais faire aujourd’hui. Comme faire le ménage de mon garde manger et retourner les articles non ouverts au supermarché sans facture. La madame m’a soupiré ça tout le long avec le regard réprobateur…

    Depuis le début de l’année, je travaille à devenir frugale, mais c’est un apprentissage constant! Cet article tombe à point, parce que je commence à me faire traiter de cheap, et je commençais à me remettre en question! C’est fou comment les gens se sentent attaqués dans leurs valeurs quand quelqu’un arrête de dépenser autant qu’eux…
    Bonne journée!

    1. Bonjour Gabrielle,

      Les gens utilisent les qualificatifs cheap, frugal et économe comme des synonymes.

      Peut-être que ça les réconforte de donner un sens péjoratif à un comportement qui est, en fait, admirable.

      En réalité, être frugal devrait être un compliment.

      Tout le monde peut sortir une carte de crédit et payer. Mais, très peu de gens ont l’énergie et la créativité pour trouver des alternatives moins dispendieuses (et souvent plus écolo).

      Merci pour ce commentaire! Bienvenue dans la communauté!

  6. Bonjour J-S,
    Je vais définitivement partager cet article 🙂
    Dans mon cas, je suis sans aucun doute dans le clan « frugal », même si je me fais traiter de « cheap » par mes amis et ma famille (bien que ça me faisait rire au début, mais ça commence à être de plus en plus lourd 🙁 ).
    Au plaisir,
    R101

    1. C’est sûr qu’il y a des moments où ce n’est pas facile mais tu as la chance d’avoir des blogues de « cheaps » pour te remonter le moral, ce qui n’existait pas il y a tout juste 20 ans. Je pratiquais la simplicité volontaire avant que le concept existe alors tu imagines comme je détonnais dans le décor! La beauté de vieillir (je cherche les bons côtés, là ;o), c’est qu’on se fout de ce type de commentaires. Je me vante aujourd’hui d’être « cheap »; ça fait fermer la trappe à pas mal de monde et ça me fait rigoler. Va lire mon commentaire sur cet article pour plus d’explications et garde tes voiles enlignées vers ton but: le Cap Liberté!

      1. Merci Gabrielle. C’est vrai que les blogues m’aident beaucoup, car ils me permettent d’échanger avec des gens qui partagent les mêmes idées, objectifs, valeurs, etc. J’ai parlé 1000 fois plus d’indépendance financière, consommation responsable, finances personnelles, etc. en ligne qu’en personne..

    2. Salut monsieur R101!

      Moi aussi, c’est devenu un running gag avec mon entourage. Mes amis aiment bien se moquer de ma frugalité. Je le prends en riant. Or, il y a souvent un fond de vérité dans ce genre de jokes.

      Je devrais les texter le lundi matin pour leur dire à quel point on dort bien quand on est frugal. 😀

      Merci de partager!

      1. Exactement, c’est un « running gag », mais on sait tous qu’il y a un fond de vérité. Normalement, ça peut choquer au début, puis on fini par s’y faire. Dans mon cas, c’est l’inverse. À la longue, ça commence à être lourd. On a diminué (de beaucoup!) le temps qu’on passe avec ces personnes…

        1. C’est du bullying! 😉 Peut-être que ça cache un peu de jalousie aussi.

          Dans mon cas, ce genre de commentaires étaient plus fréquents au travail. Je me souviens entre autres d’un moment où mes collègues sortaient luncher au Subway (ouach!), ils m’ont lancé « toi, c’est sur que t’as pas le budget! ».

          Quand j’ai quitté, ça a réglé le problème.

          Reste que l’être humain est un animal fascinant!

  7. C’est curieux de constater à quel point on se fait regarder et étiqueter rapidement lorsqu’on ne fait pas les mêmes choix que la majeure partie de la population.

    <>

    Bizarre que nous vivons dans une société où c’est celui qui épargne qui se fait regarder de travers comme s’il faisait quelque chose de mal. Un jour peut-être, les rôles seront inversés?

    1. Où l’on entend des commentaires du genre :

      Tu dépenses pas toute ta paye &?!&$!?! Qu’est ce que tu vas faire avec tout cet argent là?! Tu veux être riche et mourir avec?!!

      1. Salut Rich Dog!

        J’imagine que c’est considéré comme une réussite d’arriver à tout dépenser sa paie. Tout un exploit!

        Je pense que ça prendrait un cataclysme monumental pour que la majorité de la population devienne frugale.

        Pour l’instant, tous les filets sociaux dont nous disposons au Canada font en sorte que l’État nous prend en charge. Dans un sens, on se laisse porter par le « système ».

        Bonne frugalité Dog!

  8. Tu aurais pu parler de Rénald « Pinson » Paré !

    En passant, tu n’as pas à te cacher au cinéma pour les chips… on le fait tout le temps, ce n’est pas interdit 🙂

    Très bon article encore une fois. Un de mes articles de blogue te rejoint, celui de « faites-le vous-même » !

    1. Salut Millionnaire Invisible!

      J’avais également pensé à Rénald. « J’suis pas cheap, j’suis économe! »

      Pour ce qui est d’apporter de la bouffe au cinéma, avec le prix du popcorn, ça ne me rend pas vraiment mal à l’aise.

      En passant, tu as été prolifique dernièrement sur ton blogue. J’ai de la lecture à faire!

      Voici un lien vers l’article dont tu parles: https://lemillionnaireinvi.wixsite.com/invisible/post/faites-le-vous-m%C3%AAme

      J’invite les lecteurs à aller faire un tour.

      Au plaisir!

  9. Tordant! Je ne suis cependant assez tordue pour penser à tous ces trucs retors ;o) Je me suis tellement fait traiter de cheap que j’en suis venue à me présenter moi-même ainsi et à le dire ouvertement: « Mais vous savez que je suis cheap alors… » J’ai remarqué que les Québécois ont du mal avec le fait de ne pas dépenser notre paie en entier, alors que les Canadiens anglophones ne voient pas la chose du même oeil. Plusieurs de mes amis anglophones (Canada, États-Unis, Europe) me disent : « You are not cheap, you are frugal ». C’est bien vu, d’être économe, ailleurs. Et certaines de ces personnes qui m’ont dit ça ont de l’argent, pas mal d’argent, parce qu’ils l’ont bien géré… Tiens tiens, est-ce un restant de notre éducation judéo-chrétienne qui persiste à nous faire croire qu’on est nés pour un p’tit pain?

    Je ne sais pas si ces exemples sont cheaps ou frugaux mais en voici quelques uns que je perpétue depuis toujours ou presque: ramasser tous les échantillons dans les hôtels (savon, shampoing etc.), cuisiner mes fanes de légumes au lieu de les jeter, rapporter mes restes ET ceux des autres du resto (mais ça, tu le sais car c’est moi qui ai rapporté vos restants de chips après le 5 à 7 à Québec et je les ai passés lors d’un dîner hot dogs quelques jours plus tard ;o), réutiliser ma soie dentaire jusqu’à ce qu’elle s’effiloche, courir 3-4 épiceries différentes chaque semaine pour acheter les « front page » (à pied ou en vélo donc pas de dépenses en essence), acheter des produits à 50% dans les épiceries parce qu’ils sont sur le point de marcher tout seuls, il paraît. À cet égard, mon copain a toujours eu honte que je mette un produit étiqueté 50% sur la table lorsqu’on avait de la visite car il trouvait que ça faisait tellement cheap ;o).

    Quand j’ai lu ton anecdote de crème solaire, ça m’a fait penser à une de mes anciennes collègue de la rat race qui, lorsqu’elle revient du Sud, arrête aux boutiques hors taxe à l’aéroport pour se beurrer de crème hydratante en format « tester » parce que sa peau dessèche dans l’avion ;o) Une autre est partie avec une chaudière de café après des funérailles, café fait dans un gros percolateur et dont il restait une quantité industrielle; elle a dû en avoir pour un mois! J’avoue que je regrette de ne pas y avoir pensé avant elle sur ce coup mais je pense que j’aurais été trop gênée, là!

    1. Salut Gabrielle!

      Est-ce cheap de récupérer des restants pour éviter de gaspiller de la nourriture? J’espère que non.

      En fait, tu es frugale et écolo.

      Forcément, ceux qui atteignent l’indépendance financière tôt dans leur vie font quelque choses que les autres ne font pas. Tu viens d’en donner quelques exemples.

      Être frugal c’est un état d’esprit (mindset) qui permet d’apprécier la valeur réelle des choses.

      Pour la plupart des gens, quand ça ne coûte pas cher, ça ne vaut pas cher. Alors, on peut jeter aux poubelles sans se poser de question. Inversément, quand ça coûte cher, il faut garder la bébelle en question, même si elle ne sert à rien.

      Le frugaliste dépense sur ce qui a de la valeur à ses yeux. Point final.

      En revanche, le cheap se base sur le prix pour faire ses décisions d’achat. Moins c’est cher, mieux c’est.

      Merci pour ce témoignage!

  10. J’ai « loué » ma première camera numérique au Future Shop quand j’étais étudiant. Je l’ai acheté pour $300, je suis parti en vacances. Nous avons pris de belles photos. Une fois les vacances terminés, nous avons retournée la caméra au magasin. Coût de la location, 0$…

    1. Salut Le Calcul Riche!

      C’est pire que mon histoire de projecteur ça. 😉

      J’espère que tu as effacé toutes les photos avant de retourner. Si non, imagine la réaction du prochain client qui achète la caméra!

      Je ne cherche pas à justifier ton geste, mais Future Shop avait un service exécrable.

      Merci d’avoir eu le courage de témoigner!

  11. Être frugal, c’est aussi culturel… et certaines habitudes culturelles peuvent passer pour « cheap ».

    Par exemple, on habitait dans un pays d’Asie où il y avait beaucoup d’immigrants (dont nous !). Il n’était pas rare de voir des gens venus de certains pays d’Afrique apporter du riz avec eux aux restaurants (comme les chips au ciné !) et ne commander qu’un morceau de poulet.

    Moi je trouvais ça brillant. Les restaurateurs, un peu moins semble-t-il !

    1. C’est vrai.

      Autre exemple, au Vietnam, les gens apportent leur caisse de bière au resto. Ils la cachent sous la table et sifflent les bouteilles jusqu’à ce que leur visage soit écarlate. 😀

  12. J’aime bien le qualificatif de « frugaliste ». Cela me permet d’oublier un moment que je vis en fait dans la simplicité… euh… involontaire !… 🙂

      1. Vous n’avez qu’à vivre simplement, modestement dans un logement abordable, sans jamais vous endetter en ne payant comptant que les quelques choses essentielles, et vous ne manquerez jamais d’argent pendant votre retraite qui ne manquera pas d’être bien plate et ennuyeuse dans le contexte de notre société de surconsommation. Mangez bio pour votre longévité, marchez tout votre soûl et faites du vélo pour la forme, allez au cinéma pas cher l’après-midi, à la bibliothèque gratuite, tout le reste à l’avenant, et rendez grâce à votre sort quand même très privilégié à l’échelle planétaire! Ce mode de vie frugal vous procurera d’intenses jouissances, insoupçonnables!

        1. Bonjour PFG,

          Je pense que la jouissance dont vous parlez se nomme liberté.

          Il y a autant de façons de vivre que de lecteurs sur ce blogue. Reste que, ce qui nous unit tous est ce profond désir de liberté.

          Bonne retraite!

        2. En vous lisant j’avais l’impression que c’était moi qui avait écris ces lignes…. 🙂

          J’ai le privilège d’avoir un excellent boulot (lire excellent revenu) mais atrocement ennuyant.
          J’ai toujours vécu de façon frugal même en ayant des moyens financiers intéressants. Un logement abordable, voiture usagée très correcte, quelques dépenses dans les articles et vêtement usagés, des auberges jeunesses en voyage à l’étranger.

          Bref, pas de dettes et des économies. Mais je suis la « space » au travail!!! Évidemment ils vont me trouver encore plus « space » lorsque je prendrai ma retraite à la fin de l’année à l’âge de 55 ans. Car mes collègues avec leurs maisons à 600 000$ (…et tout le reste) ne peuvent imaginer quitter le monde du travail. Les pauvres.

          Et moi pendant ce temps, je ris dans ma barbe…. :-)))

          1. Vous allez vite vous rendre compte qu’il ne s’agit pas d’une retraite, mais d’une renaissance perpétuelle, Sylvie ; ivre de liberté créatrice, en effet, Steph. Je ne sais pas combien de vies il me faudrait pour faire aboutir tous mes projets!

  13. Bon article J-S!
    Je me suis toujours dit que la ligne entre être cheap et frugale se situe environ au moment où le geste que l’on pose affecte quelqu’un d’autre. Malgré que j’ai été cheap à mes moments, surtout étudiante et que je cherchais l’item le moins dispendieux à amener au pot-luck par exemple, je me suis rapidement rendu compte que ce n’était pas le bon endroit où couper. C’était beaucoup plus plaisant d’être stratégique entre amis, puis de se faire une bonne bouffe accompagnée de boissons que l’on avait tous apportés chez l’un d’entre nous, avant de sortir au bar ou à un évènement, question d’y éviter les verres et la nourriture à prix exorbitant.

    Toutefois, au fil du temps j’ai constaté qu’on est parfois cheap avec soi-même et que ce n’est pas toujours l’action la plus stratégique. Par exemple, j’ai fait l’achat des cintres hyper-cheap du dollorama et je dois dire que je sacre bien souvent quand ceux-ci se cassent héhé. Sans compter que ce n’est pas un choix super écologique non plus d’encourager cette production de produits de mauvaise qualitée en plastique cheap!

    Comme tu l’as dit, 52 nuances de gris entre un cheap et un frugaliste, me semble à peu près exact! On apprend avec le temps ce qui en vaut ou non la peine et ce qui est plus bénéfique à long terme.

    Au plaisir!

    1. Salut Mme Mod!

      Merci pour l’excellent témoignage!

      En lisant ton commentaire, j’ai réalisé un truc.

      Comme toi, je ne suis pas cheap avec les autres, mais il m’arrive d’être cheap envers moi-même.

      Par exemple, si j’offre un cadeau à un ami, je vais m’assurer d’offrir le produit/service de qualité supérieur. Je vais faire le tour de la ville pour le trouver et le prix sera secondaire.

      Par contre, quand je cherche quelque chose pour moi, je fini souvent par acheter quelque chose un peu bas de gamme. C’est con!

      Merci de contribuer à la réflexion!

  14. Cheap? Nous sommes bien nantis. J’habille mes enfants au Wal-Mart. Mon mari court les liquidations a 90%. Nous cherchons la télécommunication la moins chère. Mes enfants ont des iphones « hand-me-down » et une carte d’appel. La famille de mon mari qui est bien moins nantie que nous mais rit de nous. Qui a raison?

    1. Bonjour Caroline,

      Dans le fonds, être frugal, c’est vivre sous ses moyens (par obligations financières ou par choix).

      À l’époque de mes grands-parents, c’était la norme.

      Maintenant, il suffit de faire un tour en banlieue et d’observer les voitures européennes garées devant les bungalows pour comprendre que les habitudes de consommation ont changé à 180 degrés.

      Nous ne sommes simplement pas tombés dans la bonne époque! 😉

  15. Être cheap, ce peut être de faire des choix de consommation avec le seul objectif de l’indépendance financière, donc d’opter toujours pour le plus bas prix ou pour ce qui est gratuit, d’oublier que ces choix ont des répercussions sur le monde qui nous entoure (les gens comme l’environnement), de ne pas reconnaitre le travail des autres ou de ne plus donner aux causes qui nous tiennent à cœur.

    Par exemple, pour réduire mes dépenses, je me suis mise à emprunter tous mes livres à la bibliothèque, à consulter les journaux gratuitement en ligne, à n’assister qu’à des spectacles gratuits et à acheter mes aliments dans les supermarchés plutôt que dans les marchés fermiers. En faisant cela, je ne soutenais plus financièrement ce que je crois pourtant essentiel pour la société : les arts et la culture, les médias de qualité, l’agriculture de proximité.

    Afin de vivre davantage en accord avec mes valeurs, j’ai repensé récemment ma manière d’être frugale, même si ça implique de travailler plus longtemps.

    1. Bonjour Jo,

      On pourrait dire que vous pratiquez la « frugalité responsable ». 😉

      Je suis d’accord avec vous, quand on réalise des économies, il est important de comprendre d’où elles viennent.

      Il s’agit d’un jeu à somme nulle. Un gain pour quelqu’un constitue souvent une perte pour quelqu’un d’autre.

      Merci de contribuer à la réflexion!

    1. Salut Yan!

      Voilà un bon résumé.

      Le cheap siphonne l’énergie/le temps/l’argent des autres, alors que le frugal consomme sa propre énergie pour réaliser des économies.

      En fait, mon article aurait pu faire qu’une seule ligne. 😉

  16. Belle sincérité et authenticité!

    Je suis d’accord avec le concept cheap versus frugale et je rajouterais le facteur notoriété et/ou richesse. Je m’explique, si un millionnaire (ou une personne connu) offre un don de 1000$ à un oeuvre, il pourrait être accusé d’être cheap, mais si une personne de la classe moyenne donne la même chose, elle sera perçue comme une personne très généreuse. Tout est question du % du don en fonction de la valeur de la personne… Peut-être la raison pour laquelle on cache autant notre valeur réelle.

    Pour ma part, je pense être plus économe que frugal, dû à mon style de vie malgré ma richesse, mais je sais que des gens autour de moi doivent dire que je suis cheap… j’ai même osé cesser de faire des cadeaux, car je trouvais le geste de plus en plus hypocrite. Pour moi, donner une carte cadeau est un non-sens, financièrement et moralement.

    Et merci à l’avance pour l’info, je vais m’assurer de laisser un seul rouleau de papier dans la salle de bain hahaha!

    Je pense encore à une anecdote qui se raconte publiquement sans risque d’avoir des poursuites par la suite… hihi, j’ai pas toujours été un exemple de droiture en affaire… mais le monde des affaires est parfois cruel!!

    À plus,
    Sylvain

    1. Merci Sylvain!

      D’où l’importance du « stealth wealth ». Les attentes ne sont pas élevées quand tout le monde te prend pour un pauvre.

      Tu as bien raison, quoi de plus futile que d’échanger des cartes cadeaux, surtout entre adultes. C’est risible!

      Tu pourras me dévoiler tes secrets à notre prochaine rencontre. 😉

      À plus!

  17. Good day,

    Cheap ou Frugal,

    La société ne serait pas ce qu’elle est si les esprits ce réveillaient.

    Cette société, elle serait comment?

    Et tu parlerais de quoi J.S.? 😉

    Sed

    1. Bonjour Sedik,

      Bienvenue dans la communauté!

      Si la population entière devenait frugale, une partie de l’économie s’effondrerait, les entreprises basées sur le marketing feraient faillite, seuls les produits/services qui offrent beaucoup de valeur surviveraient, les gens seraient dramatiquement plus libre… et le bonheur collectif augmenterait.

      Et moi, juste pour être différent, je vanterais les mérites de la surconsommation sur ce blogue. 😀

  18. Bonjour,

    Très bon article!

    Pour ma part, je n’aime pas trop les étiquettes, alors je ne m’en donne pas une, mais j’applique les conseils de gestion saine de mon argent qui me permettent de prioriser mon objectif de FI. Je ne pourrais pas dire non plus comment les autres me perçoivent, mais ils savent que je ne suis pas accroc aux bébelles autant qu’à apprendre constamment.

    Dans ma famille, je ne donne plus de cadeaux non plus, sauf aux enfants, et je tente plutôt de créer une expérience différente et agréable avec le budget que j’aurais mis en cadeaux, et à 25$/tête, y’a rien qu’un adulte ne peut pas déjà se payer… Mais regroupés sur une gâterie à savourer ensemble, ça, ça vaut la peine dans mon livre à moi 🙂 Pour mes parents, qui me rendent plusieurs services, j’aime regrouper mes budgets de l’année et leur payer un spectacle avec moi.

    Sinon, je cherche les bons prix, mais je ne fais pas des pieds et des mains pour sauver un peu plus, et je vais toujours choisir une option durable et de qualité pour le prix, lorsque possible. Dans certains domaines, ça devient difficile de trouver de la qualité…

    Pour ce qui est de mon seul ‘crime’ pour économiser – ou plutôt pour me gâter avec une saveur différente – c’est de garder les cups de confiture et caramel des restos quand je vais déjeuner (surtout que je ne mange pas de toasts mais que d’autres en ont à ma table) 🙂 Ça fait différent de mon beurre de peanuts matinal pour quelques déjeuners.

    Enfin, je pense que ce qui est important dans nos façons de moins dépenser, c’est d’être à 100% confortable avec nos méthodes et de profiter de la vie malgré nos choix parce qu’on trouve de la valeur dans autre chose que la consommation à outrance 🙂

    Moi, c’est dans l’imaginaire et le créatif que je trippe. Et les bonnes saveurs! Vous?

    Merci du bon sujet de conversation, J-S!

    1. Merci Mireille!

      Moi aussi, des fois, je trouve ça étrange de voir des adultes s’échanger des cadeaux, surtout au travail. Je ne vois pas l’intérêt d’échanger un ensemble de couteaux contre une carte-cadeau de Best Buy.

      C’est ce que l’on appelle consommer pour consommer.

      Pour ce qui est de votre « crime », ma grand-mère faisait la même chose, elle mettait les sachets de ketchup/mayo discrètement dans son sac à main. 😀

      Je vais jeter un coup d’oeil à votre blogue. À plus!

  19. En lisant ton article et les commentaires, c’est vrai qu’à la longue c’est fatiguant de se faire traiter de cheap.

    Par contre, quand j’ai des commentaires comme ça, ça vient toujours du même genre de personnes. De personne pauvre et surendetté à cause de leurs surconsommations. C’est cool surconsommé, flasher afficher les biens achetés. Ces commentaires viennent de gens qui ont peu ou pas de connaissance en finance comme la majorité des québécois. En fait le problème est là, ils n’ont pas de connaissances en finance donc à quoi bon économiser quand ils se savent pas quoi faire avec l’argent économisé.

    Donc moi je me considère comme marginal. Je suis un millionnaire invisible et je fais de l’argent sur le dos des gens qui consomment. J’ai beaucoup de connaissance en finance, j’économise et j’achète des actions en bourse. En tant que marginal je n’achète pas des actions populaires donc c’est probablement la principale raison pour laquelle je fais de l’argent en bourse.

    Moi aussi je confesse mes pêchés. Donc j’ai rempli de bonnes bouteilles de vin par du vin cheap et je les retourne à la SAQ. Des fois j’apporte ma bière au bar dans les 5 à 7, christ c’est rendu tellement cher se souler dans un bar. Je mets ça dans un sac et je me fais un refile dans les toilettes, bizarre mon verre est toujours plein. En finale, mettre une gomme dans le trou du lave vitre côté passager. À quoi bon nettoyer ce côté.

    En conclusion, cela fini par me tomber sur le moral de me faire traiter de cheap. En plus, étant donné que je suis un millionnaire invisible, les gens ne savent même pas que je suis riche. Si je m’affiche, une chose est certaine, plus personne voudra me parler. Je pense que des gens comme nous devrais plutôt se tenir avec des gens qui leurs ressembles, comme ça il n’y a pas de mauvais commentaire de cheap dans les discussions. On peut partager nos façons d’économiser et et partager nos façons de faire de l’argent entre autre en bourse. Chose que les autres ne comprennent pas. Cheap Power!!!

    1. Salut Jack,

      Voilà un commentaire divertissant. J’ai ri tout le long!

      Aucune censure!

      Bloquer la sortie de lave glace du côté passager avec de la gomme… vous êtes digne des grandes ligues. 😀

      Jusqu’à maintenant vous remportez la palme du plus cheap.

      En tout cas, bravo d’avoir le courage de vos convictions.

      Je me pose quand même la question, est-ce juste de l’humour ou la réalité?

  20. Salut Jean-Sébastien,

    Est-ce frugal ou cheap de refuser d’acheter un ticket de métro qui coûte moins de 2€ pour marcher à la place ?

    En revanche, je n’ai aucun problème pour donner 5€ de pourboire.

    Avec mon mari, on a proposé à la famille un Noël sans cadeau. Le cap n’a pas été franchi mais on arrivait à instaurer un autre principe : les cadeaux DIY. Du coup, ça a pris beaucoup de temps à chacun de la famille mais finalement c’était trop cool et ça a permis d’éviter le consumérisme.

    Bonne continuation.

    Thanh

    1. Salut Thanh!

      Les cadeaux DIY sont, pour moi, le symbole ultime de la générosité. Juste le fait de prendre le temps de réfléchir à une idée et de créer quelque chose de ses propres mains est un geste très touchant.

      Acheter un cadeau, c’est la facilité.

      Je te connais assez, de par ton blogue, pour savoir que tu fais partie des frugalistes.

      Bonne route!

  21. La différence entre cheap et frugal réside parfois dans l’intention. Il m’est arrivé de m’acheter un appareil photo numérique spécifiquement pour un voyage et il a brisé l’avant-dernier jour du dit voyage. Donc je l’ai retourné étant donné son bris, sans en racheter un autre puisque le besoin n’y était plus. J’ai pu garder mes photos sur la carte mémoire. Mais comme ce n’était pas prévu, je ne considère pas mon geste cheap! Cela dit, j’ai certainement eu des anecdotes cheap qui ne me viennent pas en tête.
    En effet, être frugal consiste à se limiter dans nos dépenses sans porter atteinte aux autres. Je donne toujours un bon pourboire et je contribue ma juste part aux soupers entres amis (entendre souvent des dépenses exorbitantes comparativement à mes dépenses habituelles) pour justement ne pas être cheap.

    1. Bonjour Marie-Pier,

      Merci pour ce premier témoignage! La glace est brisée.

      Bon point! Un geste peut être cheap ou pas, dépendamment de l’intention (j’ai l’impression de faire de la philo). 😉

      Pour reprendre l’exemple du pourboire, quelqu’un pourrait choisir de laisser moins d’argent au serveur pour des raisons parfaitement valables. Donc, cette personne ne serait pas cheap.

      Au final, personne d’autre que nous peut juger de notre avarice. Mais, est-ce que les cheaps on ce niveau de lucidité?

  22. Salut,

    Faut pas être cheap mais surtout économe.

    Acheter usage quand on peut est pratique. Même prendre des objets qui sont pour les poubelles. J’ai acquis plein de jouets Little Tikes de cette manière quand mon fils était jeune. C’était même pas brisé.

    Encore parfois je vérifie dans les poubelles pour trouver des objets que je ne souhaite pas payer.

    Les sites de reventes aussi. C’est cool d’être économe!

    Bonne journée.

    Elisa

    1. Bonjour Elisa,

      C’est cool et, surtout, écolo!

      Nous vivons dans une ère où tout le monde s’auto-proclame « vert ». C’est la mode! Par contre, souvent, les gestes ne suivent pas les paroles.

      Il suffit de faire un tour en banlieue et de constater la grosseur des poubelles/bacs de recyclage pour comprendre que « les babines ne suivent pas les bottines » (pour reprendre l’expression d’une lectrice).

      Même si on recycle religieusement tout ce qui est recyclable, un bac de 360 litres n’adresse en rien la source du problème.

      La surconsommation devrait, selon moi, être adressée bien avant la recyclage, le composte, etc.

      En tout cas, bravo de jumeler frugalité et recyclage!

  23. Salut Jean-Sébastien,

    La gomme c’était une blague mais il s’agit d’un vrai cas. J’avais déjà lu ça dans la Presse et ça m’avais marqué comme quoi il y a pire que moi. Donc quelqu’un d’autre en quelque part remporte la palme du plus cheap. Par contre aller se crémer à la pharmacie, je trouve ça assez fort. Pour le vin et la bière, c’est vrai. Le truc du retour de vin cheap je ne le fais plus mais je retourne régulièrement des vins que je n’aime pas, il faut juste que le vin ait un bouchon de liège.

    A+

    1. Salut Jack,

      Votre commentaire précédent avait fait réagir! Trois lecteurs m’en ont parlé.

      Je comprends maintenant que vous aviez choisi un angle humoristique pour illustrer vos propos.

      De toutes façons, je ne suis pas en position pour juger qui que ce soit.

      Merci pour vos confidences!

  24. Salut Jean-Sébastien, en passant je ne me sentais pas jugés sur le fait de recevoir la palme du plus cheap.
    Faut dire que la gomme c’est vraiment l’extrême et je voulais juste faire rire les lecteurs.
    En tout cas, j’ai bien aimé l’idée d’aller se crémer à la pharmacie, peut être qu’un jour je vais la mettre en pratique.

  25. Bonjour le Jeune retraité,

    Tout d’abord, j’espère vraiment pouvoir assister à un de tes 5 à 7 un jour, en espérant être en visite à Montréal en même temps! J’adore te lire à chaque fois.

    Merci tellement pour cette réflexion. Je rigole toujours en disant que mon conjoint et moi sommes cheap, et là récemment j’avais trouvé le mot austère, haha pas encore tellement le mot exact, un peu trop sérieux et une impression de sacrifice (dans mon opinion personnelle). J’en faisais de l’humour un peu pour éviter le sujet, même si à l’intérieur de moi je savais que c’était pas le meilleur mot à utiliser. Du coup j’aime vraiment Frugal comme choix, je commence dès maintenant à l’utiliser!

    Ce que j’aime le plus dans ton article, c’est l’emploi des mots: créativité, débrouillardise et effort. Dans notre cas personnel, j’ajouterai aussi le mot plaisir. Je suis certaine que plusieurs autres personnes frugales ont du plaisir à trouver la façon la plus économique de faire des choix (tout en respectant ses propres limites de confort, sécurité, etc.) Pour nous c’est un jeu amusant et aussi une fierté personnelle.

    Ça passe des plus petites économies comme marcher une heure au lieu de prendre le bus, dès que c’est 1 heure ou moins, malgré la pluie, le froid – on a déjà demandé un sac poubelle à un concierge comme poncho et maudit qu’on a eu du fun lors de cette marche, je m’en rappelle encore! Ça va jusqu’au très grandes économies: ça fait 15 mois que nous avons dépensés 0$ de loyer et quelques 200$ de camping. Ça prend efforts et débrouillardises parce que nous cherchons des gardiennages d’animaux et de maisons, et nous déménageons nos quelques sac à dos et nourriture constamment. On se forcerait jamais par contre; le jour que ça nous conviendra plus, on arrêtera et trouvera une autre solution économique j’en suis certaine!

    Je finis avec une anecdote d’attitude cheap dont je ne suis pas fière. Comme vous le savez, les gens parfois lancent des sous dans des fontaines pour la bonne chance. Au début de ma vingtaine, j’ai pris un deux dollars que j’avais vu dans une fontaine comme ça…aïe!

    Merci de t’être ouvert comme ça avec tes attitudes cheaps, ça prend beaucoup d’humilité.

    Au plaisir de te lire!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *