Arbitrage géographique pour la liberté financière

L’arbitrage géographique, un raccourci vers la liberté

Je vante souvent les mérites de l’arbitrage géographique. Le faible coût de la vie dans certains pays émergents permet de vivre comme un roi, sur un budget annuel de 10 000$ (source). On peut ainsi devenir nomade numérique, réduire ses heures de travail, tout en bénéficiant du soleil, de la mer et d’un mode de vie trannnnquilllllo.

Histoire de mettre un peu de couleur dans la grisaille actuelle, je vous raconte les histoires de Gabrielle et de Gabriel. Deux oiseaux migrateurs qui ont trouvé, chacun à leur façon, une avenue vers la liberté.

Gabrielle, la bernache

À 52 ans, Gabrielle Bouchard, dégoûtée par la vie de bureau, cherche une stratégie de sortie. Une rencontre avec sa planificatrice financière lui donne espoir. À sa grande surprise, la semi-retraite est à sa portée.

Deux ans plus tard, Gabrielle savoure sa nouvelle vie de snowbird. Elle est désormais surveillante de parc et guide-animatrice pour la Ville de Québec durant l’été et rentière au Mexique durant l’hiver.

Ses besoins financiers modestes jumelés à son nomadisme lui permettent de vivre sur un budget annuel d’environ 12 000$. Un Ford F-150 coûte plus cher que ça chaque année! De ce montant, 6 000$ proviennent de son emploi saisonnier et 6 000$ proviennent de ses épargnes.

Gabrielle Bouchard, la semi-retraitée
Pensez-y, une somme de 150 000$ investie en bourse suffirait, en principe (selon la règle de 4%), pour financer ce mode de vie.

Son budget au Mexique

Gabrielle passe l’hiver dans la petite ville mexicaine de Puerto Morelos, située à 35 km au nord de Playa del Carmen. Elle débourse en moyenne 200$ pour son vol d’aller et 300$ pour son vol de retour. Et, son assurance voyage lui coût 215$ pour la durée de son séjour. Voici son budget mensuel:

Dépense Montant
Logement 600$/mois pour un appartement complet avec 2 chambres à coucher et une piscine, situé à 4 km de la plage.
Bouffe 150$/mois en s’approvisionnant dans les petits marchés et en mangeant local. L’épicerie coûte en moyenne 40% moins cher qu’au Québec selon elle. En prime, la bière se vend 0.50$ et litre de vin 4$.
Déplacements 0.40$ par déplacement en transport collectif et gratuit à vélo.
Restos et sorties 100$/mois pour les sorties au resto très fréquentes. Les promos et les 2 pour 1 rendent ce genre de sorties peu coûteuses.
Soins 50$/mois pour les soins dentaires (jusqu’à 75% moins chers qu’au Québec) et les traitements de massothérapie.
Téléphone 14$/mois, incluant les appels et les textos illimités au Canada, au Mexique et aux États-Unis, ainsi que 2Go de données.
TOTAL 914$/mois

Vous comprenez que Gabrielle ne possède pas de Thermomix, ni de Dyson. Elle a plutôt choisi de se détacher du matériel. Elle se divertit grâce aux livres disponibles à la bibliothèque, garde la forme en jouant au volley sur la plage et se déplace en BMW (Bus, Metro, Walk).

Ce sont les expériences et les rencontres humaines qui allument Gabrielle. Et, elle est bien servie au Mexique! Parfaitement intégrée à sa communauté, loin des ghettos de touristes, elle est devenue la traductrice de service du village et s’est liée d’amitié avec les locaux.

Quand elle marche sur la rue, on lui lance des « Holà Gabyyyyyyy! » et les sourires fusent de partout. Elle a trouvé son bonheur!

Du haut de ses 12 000$/année, Gaby est la femme la plus riche du monde!

Gabriel, le goéland arctique

Gabriel, travailleur social de formation et maintenant gestionnaire, âgé de 30 ans, exploite également l’arbitrage géographique pour bâtir sa liberté. Seulement, il fait tout le contraire des snowbirds. Il a plutôt choisi de « s’expatrier » à un endroit où la boîte de Froot Loops coûte 12$ (en spécial) et où la température dépasse à peine les 12°C en juillet (source).

Gabriel travaille 8 mois par année au sein des Services Sociaux dans le Grand Nord québécois, à Kuujjuaq. Ceci lui permet de toucher un salaire beaucoup plus élevé, d’avoir 4 mois de vacances annuelles en plus d’épargner 80% de son revenu net. Tout un raccourci vers l’indépendance financière!

Celui qu’on appelle « Qallunaaq » en inuktitut, c’est-à-dire « gros sourcils et poil sur le ventre », est d’ailleurs à moins de 2 ans de l’autonomie financière. On parle donc de « Liberté 31 ½ » dans son cas. 😎

Gabriel Piotte

Son avoir net

Voici l’évolution de son avoir net depuis la mise en place de sa stratégie, il y a 5 ans. Il chiffre sa liberté à environ 400 000$ (source).

L'avoir net de Gabriel

Son budget

La frugalité joue évidemment un rôle important dans la stratégie de Gabriel. Il vit en colocation quand il est de passage à Montréal, il marche à peu près partout et il fréquente les friperies pour s’habiller. Voici son budget mensuel:

Dépense Montant
Logement 50$/mois à Kuujjuaq (l’employeur subventionne le reste) et 450$/mois à Montréal.
Bouffe 450$/mois, malgré les prix très élevés dans le Nord (ex. une branche de brocoli à 17.50$). Certains programmes gouvernementaux donnent toutefois un rabais sur les aliments sains.
Déplacements Les vols en avion sont payés par l’employeur et une voiture de fonction lui est fournie gratuitement en territoire nordique. À Montréal, 15$/mois lui suffisent pour payer ses quelques déplacements en métro.
Loisirs 100$/mois pour l’achat de livres chez Renaissance, de bâtons de hockey et une sortie au resto. Tout le reste est gratuit en nature!
Téléphone 12$/mois avec Public Mobile
TOTAL 1 077$/mois

Gabriel précise qu’il coupe dans le gras, sans se priver de ce qui le fait vibrer. Fervent de camping, de kayak de mer, de pêche et de hockey, il s’éclate dans le Nord. Passer à côté d’une telle expérience de vie serait le « vrai sacrifice » selon lui.

Il me raconte ses périples de camping sauvage en hydravion, les festins de viande crue dégustés avec les locaux et la fois qu’il a dû rattraper un détenu qui venait de s’évader de prison alors qu’il était de garde au poste de police. On est bien loin de la routine écrasante du métro-boulot-dodo!

Enfin, Gabriel détruit le cliché voulant que les frugalistes soient cheaps. Il a prêté 15 000$ à ses parents pour qu’ils rénovent leur cuisine et qu’ils fassent l’entretien extérieur de leur maison et il cotise au REEE de son cousin.

Aider les autres est dans l’ADN de Gabriel. Il dit d’ailleurs vouloir continuer à le faire même après l’atteinte de son objectif de liberté.

La peur, toujours la peur

Gabrielle et Gabriel prouvent à quel point nos vies sont malléables. Nous sommes trop souvent figés par la peur du changement et restons prisonniers de notre petit confort. Je m’inclus là-dedans.

Ceux qui dépriment jour après jour en soupirant « J’haïs l’hiver! » ou « J’suis pas payé assez cher pour faire ça! » détiennent peut-être la clé de leur liberté.

Les déplacements sont plus limités en temps de pandémie, reste que l’arbitrage géographique se pratique aussi à petite échelle, en restant au pays. À l’heure du télétravail, il est plus facile que jamais d’exploiter les disparités (salariales, immobilières et commerciales) entre les différentes régions.

La pause actuelle est l’occasion rêvée d’échafauder un nouveau mode de vie. Profitons-en!

« Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. » – Winston Churchill

Êtes-vous un oiseau migrateur? Seriez-vous prêt à « migrer » pour atteindre vos objectifs?

Wealthsimple Trade pour acheter des FNB gratuitement

119 commentaires

  1. Pourquoi parler d’« arbitrage » géographique ? Mauvaise traduction de l’anglais ? N’importe quel dictionnaire vous confirmera que ce n’est pas le bon mot.

      1. L’expression « geographical arbitrage » vient du monde de la finance.

        Je parlerais tout simplement de nomadisme : « Mode de vie caractérisé par des déplacements répétés qu’adoptent certaines personnes ou certains groupes de personnes, par plaisir ou par obligation. » (Usito)

        « Les transformations actuelles du monde du travail favorisent le nomadisme. »

          1. L’arbitrage géographique est un bon terme.

            Le nomadisme aussi, mais on peut être nomade et se promener en Europe où le coût de la vie n’est pas forcément moins cher. L’arbitrage géographique est justement pour faire un point qu’on peut arbitrer ces coûts dans nos déplacements.

            Ne change pas le titre !

          2. Salut Million Naire!

            J’ai fait des recherches et j’arrive à la même conclusion. « Arbitrage » est vraiment ce que je veux dire. C’est l’expression utilisée pour décrire les entreprises qui profitent des disparités entre les régions géographiques.

            Merci!

          3. Les gens au Québec sont tellement chialeux! Incroyable. C’est ce que j’hais de notre peuple. On chiale pour des niaiseries et en plus on a souvent même pas raison. ‘Com on’ R. le nomadisme ne ressemble pas du tout à ce que JS veut décrire et même si ça ressemblerais…ça change quoi? On s’obstine tu vraiment pour ça? JS lâche pas et c’est dommage que tu dois gaspiller de l’énergie sur des choses comme ça complètement futile et non relié au but de ce blog.

          4. Salut Dave,

            Je ne pense pas que R voulait mal faire. J’ai fait mes études en anglais, alors j’ai tendance à utiliser des anglicismes. Même si, dans ce cas, mon expression était la bonne, n’hésitez pas à me corriger.

            Merci, joyeuses fêtes!

          1. En outre, ce n’est parce que «nomadisme» n’est pas parfait que «arbitrage géographique» doit être retenu. Creusons-nous les méninges pour trouver mieux! Mais en français, de grâce!

          2. Salut R.

            Voici une des définitions du mot arbitrage: « Opération de bourse qui permet, par l’achat et la vente simultanée, de profiter des différences de cours sur plusieurs marchés simultanés. » (source)

            J’entends par « arbitrage géographique » l’exploitation des disparités salariales et économiques (i.e. du coût de la vie) entre différentes régions géographiques. Tel un importateur/exportateur qui pratique l’arbitrage en achetant en Chine et en vendant au Canada, le nomade numérique touche un salaire canadien en profitant du faible coût de la vie vietnamien, par exemple.

            J’ai utilisé cette expression tout au long de mes études universitaires, mais je suis peut-être dans le champs.

            Si quelqu’un trouve mieux, il me fera plaisir d’appliquer le changement.

            L’appel est lancé! Merci!

      2. Salut JS

        Ma Mère pratique ce jeu. Si ça t intéresse tu regardera le coût de la vie à Antalya.

        20 degré et soleil en prime pendant l hiver

        Allez je te souhaite bon glandage pendant les fête 😜

          1. Ouais c’est clair que la nourriture c’est autre chose 😁 plus de produit locaux = meilleur fraîcheur

            C est koi ton plat préféré turque?

            Moi un des plat simple ça s’appelle

            sucuklu youmourta avec du fromage fêta et du thé noir bien sûr

            A+

          2. Salut Taylan!

            Nous avons adoré tous les produits frais vendus sur la rue, smit, figues fraîches, les fromages/yogourts, grillades, etc. Aussi, tous les mezzes dont j’oublie le nom et les şiş kebabs, les pottery kebab, les pizzas, etc.

            Nous avons manqué le sucuklu yumurta! La prochaine fois…

            As-tu une recommandation resto à Montréal?

          3. Jean Sébastien
            Joyeux Noël et pleins de bonnes choses pour 2021 aussi 😎

            Le meilleur resto turque c’est chez moi , pas besoin d’aller au resto pour moi 😅 donc désolé j ai aucune idée si il y a un resto turque à Montréal qui est bon.

            J ai vu sur YouTube un de tes podcast par curiosité, j aime la façon relaxe que tu explique ta façon de vivre en général. Je pense qu en observant les gens vivre leur quotidien dans différents pays du monde ça a vraiment élargi tes perspectives dans toutes sortes de domaines = priceless.

            Bon une fois la pandémie fini viens manger une banitsa & un mercimek corbasi à la maison

            A+

            Taylan

          4. Merci pour l’invitation Taylan! 😀

            Tu pourrais apporter un échantillon lors d’un prochain pique-nique communautaire. J’adorerais goûter. J’espère bien que j’aurai l’occasion d’organiser un événement en 2021.

            Entre temps, porte toi bien. Je t’offre mes meilleurs voeux de liberté pour la nouvelle année!

  2. JS, il était temps que tu publies un nouvel article 😉

    Merci à Gabrielle et Gabriel pour leur participation dans cet article. Ils en feront rêver plusieurs…

    Dans quelques mois, je te raconterai notre nouveau projet. Je vais aussi en parler sur mon blogue éventuellement. Indice : ça ressemble un peu à celui de Gabriel, mais avec une femme et deux enfants 😉

    Au plaisir,
    R101

    1. Salut R101,

      J’étais au Mexique, loin des écrans! 🙂

      J’ai vraiment hâte de connaître ton projet. Je peux te mettre en contact avec Gabriel si ta destination est la même que lui.

      En tout cas, ce mode de vie semble être un sacré raccourci vers l’indépendance financière ET une superbe expérience.

      Bon temps des fêtes à toute la famille (+1)!

      1. Oh là là… Beaucoup mieux au soleil qu’ici non? 😛

        Je vais t’expliquer mon projet en privé avant de le divulguer sur mon blogue (d’ici quelques semaines). Je n’ai pas beaucoup le temps d’écrire ces temps-ci.

      2. J’ai bien aimé lire ça. Je suis moi-même travailleur au Nunavik (dans le village à côté de Kuujjuaq) et je passe mes vacances d’été au Pérou avec ma femme. Mon mode de vie ne me coûte jamais plus que 900$ par mois et j’investis mes économies chez Vanguard. Sans viser directement la liberté financière à court terme j’ai payé toutes mes dettes avec mon travail et j’économise de 30 000$ à 45 000$ par année (avec les retours d’impôts). Comme dirait McSween, pas finir pauvre c’est toujours mieux que rien comme objectif.

        Marc, Tasiujaq

        1. Merci Marc pour ce témoignage!

          Il me semble qu’on s’est déjà rencontré quelque part. Peut-être lors d’un 5 à 7?

          En tout cas, félicitations pour le taux d’épargne ET pour le mode de vie extraordinaire. J’ai bien l’impression que ça va inspirer certains lecteurs à passer à l’action.

          Bonne et heureuse année!

    2. J’ai hate de lire ça Retraite 101. J’ai pas mal le même mode de vie que celui de Gabriel depuis 10 ans mais dans une région un peu moins au nord que lui. Nous avons ajouté des enfants en cours de route qui ont environ l’âge des tiens je crois. C’est super à vivre en famille 😉 Bien hate de lire ça.

    3. Salut Retraite 101,

      Bien hâte de savoir dans quelle communauté de l’Eeyou Itschee tu iras t’installer 🙂

      Laisse-savoir si tu as besoin de conseils pratiques avant le grand départ.

      Il me fera plaisir de t’aider!

      Bon temps des fêtes à toi et ta famille,

      Gabriel

      1. Merci beaucoup Gabriel. On se tient au courant dans les prochains mois (je vais sans doute avoir plusieurs questions). Je pense faire l’annonce sur mon blog d’ici 3 mois (je n’ai pas encore annoncé la nouvelle à ma famille). Je te souhaite un joyeux temps des fêtes aussi 🙂

  3. J’aime tellement lire des témoignages comme ceux-ci, ça fait tellement du bien de ne pas se sentir seuls dans nos démarches! On est minimaliste, semi-nomade, actif socialement, et des fois on se sent un peu seuls!

    Semi-nomades depuis 8 ans, à 33% de notre objectif financier pour la retraite, nous dépensons moins de 10 000$ par année à 2.

    Dans notre cas, ce n’est pas le géoarbitrage; on visite chaque année des pays considérés comme chers ou chers en billet d’avion. ( le Japon, l’Islande, l’Italie, la Nouvelle-Calédonie par exemple). J’aime l’idée de travailler dans le Nord, c’est super intéressant!

    De notre côté, c’est le gardiennage de maisons et d’animaux qui réduit nos dépenses (0$ de loyer), et toutes autres autres actions minimalistes.

    Tellement hâte que tu organise un sommet québécois pour qu’on puisse rencontrer toutes ces belles personnes inspirantes! Haha oui je te mets de la pression 😉

    Merci pour ton blogue et tous ces supers articles.

    1. Salut Noémie,

      J’avais besoin de partager des histoires inspirantes, alors que la grisaille est à son paroxysme.

      Bravo pour ton mode de vie (hyper) épuré. Je pense qu’on s’est déjà parlé dans le passé. En tout cas, je me souviens de ton histoire. C’est génial comme stratégie! Tu voyages en maximisant ton taux d’épargne.

      J’ai bien hâte de pouvoir organiser un événement. Peut-être en 2021?

      Entre temps, porte-toi bien! Bon voyage!

      1. Salut, si la situation sanitaire le permet à la fin de l’été / début de l’automne 2021, il me fera plaisir de te prêter gratuitement l’Île YOLO à St-Hippolyte pour ton événement, si tu es intéressé à en organiser un!

    2. Je réfléchie à cela et me dit qu’une forme de nomadisme n’existe pas vraiment mais serait intéressante. Ce serait la possibilité d’échanger de logement 3 fois par année avec 3 personnes dans des endroits différents. Ex. J’habite un condo sur le Plateau entre sept-oct-nov-dec- en janvier je déménage chez qq en Amérique latine qui lui déménage chez qq en Europe pour 4 mois. 4 mois plus tard, on fait une autre rotation. Bref, chacun continue à payer son loyer. Il n’y a pas d’échange d’argent. On se retrouve à expérimenter d’autre réalité pour 4 mois. On change de décors quoi. Me semble que ce serait une formule intéressante à la retraite.

      1. Bonjour Stéphane,

        En fait, différentes déclinaisons de cette idée existent déjà. Il y a le « house swapping » qui permet à des étrangers d’échanger leur maison respective pendant quelque temps et le « homesitting » qui permet à un voyageur de vivre dans une maison gratuitement en échange d’en faire l’entretien et/ou de garder des animaux de compagnie.

        C’est une façon super économique de voyager et de vivre une expérience unique.

        Merci pour votre commentaire! Au plaisir!

  4. Merci J.S. et à Gabrielle et à Gabriel de leur participation dans ton présent article! cela donne espoir à celles et ceux qui ont hâte de vivre dégagés d’un quotidien fade!

    1. Merci Lien!

      Il faut garder espoir!

      Même qu’on devrait utiliser cette pause forcée pour planifier notre vie post-pandémie. C’est l’occasion de réfléchir à nos objectifs et d’élaborer un plan pour les atteindre.

      Bon temps des fêtes! Portez-vous bien!

    1. Bonjour Jo,

      Bienvenue dans la communauté!

      Le mode de vie de Gabrielle est relativement accessible. Il faut accumuler 150 000$ – 200 000$ en placements boursiers et trouver un boulot saisonnier pour boucler le budget.

      Pas besoin d’être millionnaire pour vivre comme un snowbird.

      Bonne route vers la liberté!

        1. Ça peut arriver!

          Certes, les frugalistes de la trempe de Gabrielle ont généralement une grande débrouillardise. Ils arrivent toujours à se démerder quand ça chie dans la colle (comme disent les chinois). 😉

  5. Salut JS , L’histoire de Gabrielle est tellement inspirante.JE viens de découvrir le mouvement a 30 ans.certains livres vont prétendre que sa prend une fortune en épargne pour être un peu plus libre on voit qu’en faisant des petits changement dans nos habitudes on peu vivre beaucoup plus libre.Depuis que nous avons lu ton livre on a revu le budget à la baisse et coupé dans l’excès.prit la décision de garder la maison malgré le fait qu’elle est petite (mais pas cher). on a coupé de 15% en épicerie et vendu 1 vus sur 2.Beaucoup de chemin à faire encore mais les fin de mois ne sont plus stressantes comme avant.Je vise l’indépendance financière à 45 ans, 1 pas à la fois.

    1. Salut Alex,

      Ce genre de commentaire me fait tellement chaud au coeur. Tu es précisément la cible que j’avais en tête en écrivant mon livre. La liberté est une question de choix. Tu sembles d’ailleurs faire les bons. Bravo!

      Je te souhaite un bon parcours vers la liberté. Au plaisir de connaître la suite de ton histoire!

  6. J’ai tellement un si beau souvenir de Cancun, tout le contraire d’Acapulco que j’ai détesté ! J’irais bien tâter le terrain à Puerto Morelos, moi, au moins les trois pires mois de l’hiver! Fort possible la pandémie morte et enterrée! 🙂

    1. J’y étais la semaine dernière. C’était parfait! Juste assez nuageux pour faire des activités et juste assez chaud pour se baigner. Je regrette d’être revenu pour rien (Noël annulé).

      Joyeuses fêtes PFG!

      1. On est au pays des Mayas, ne l’oublions pas, on ne sent pas tellement au Mexique. Et puis, l’eau était potable au robinet dans le condo-hôtel que nous avions loué pour une bouchée de pain moi et ma petite amie de l’époque. Tout le contraire à Acapulco!

        Situé en retrait de la ville, juste à côté du club Med. Elle parlait couramment espagnol, meilleure façon de profiter des meilleures opportunités là-bas. Les Mexicains raffolent qu’on parle leur langue, sinon on passe pour des Gringos et ils essaient de nous rouler à tout coup.

        Joyeuses Fêtes à vous deux, couple d’inséparables!

        Je mets au menu « Le faux gâteau aux fruits » succulent proposé par Super Bon et l’équipe du Montréal Plaza, 3$ sont remis à l’accueil Bonneau: https://www.lapresse.ca/gourmand/2020-12-08/faux-gateau-aux-fruits-vraie-bonte.php

  7. Tellement de beaux projets. Celui de Gabrielle est quelque chose qui m’allumerais mais moi ce qui me bloque c’est que je suis en garde partagée et mon fils reste ma priorité même si ce mode de vie nomade m’interpelle tellement. En tk très inspirant !

    1. Salut Melanie,

      Ça complique les choses c’est certain. Certes, j’ai rencontré plusieurs parents qui ont opté pour un mode de vie « alternatif », même avec des enfants. Je présenterai d’autres histoires dans les prochains mois. J’espère qu’il y en aura une qui collera à votre situation.

      Merci, passez un beau temps des fêtes!

      1. Bonjour, je serais intéressée à connaître des histoires de familles nomades. Car, le niveau de difficulté augmente quand il y a 3 petits mousses de niveau primaire! Merci, j’adore lire vos textes!

  8. J’adore lire ce genre de témoignage, ça me fait rêver… J’admire énormément ceux qui le font!! De mon côté, mes envies sont un peu plus dispendieuses (je préfèrerais l’Europe), mais ça serait certainement faisable d’ici quelques années!!!

    1. Salut Simple Millionnaire!

      Ça prouve que les gens débrouillards trouvent toujours le moyen d’atteindre leur objectif. Trouver des excuses pour éviter de passer à l’action est la chose le plus facile à faire. Seuls ceux qui osent sont récompensés.

      Merci, bon temps des fêtes!

  9. Encore une fois, voici une belle réponse à ceux qui demandent toujours « ben là tu vas faire quoi si tu prends ta retraite à 40 ans » ou trucs du genre. Surtout l’histoire de gabrielle me touche beaucoup, félicitations à elle, elle le mérite.
    J’ai fait l ‘expérience en asie pendant 1 an et je dois avouer que je me suis payé la traite pour 15000$. Et j’ai pas trop regardé aux dépenses. Je vais y retourner quand je serai indépendant assurément.
    C’est aussi une belle option pour une retraite ou semi-retraite selon moi.
    Merci pour cet article. Je vais encore devoir passer une journée au travail à rêver au lieu de me concentrer 😂

    1. Salut Librocito!

      Je pense que nous rêvons tous de voyages présentement.

      Moi aussi, l’Asie serait mon premier choix de destination pour la semi-retraite. J’adore particulièrement le Vietnam pour sa culture, sa bouffe, son histoire, son peuple et pour son rapport qualité-prix (ou plutôt émerveillement-prix). Je pense qu’on peut très bien y vivre sur un budget de 10 000 par an (en restant à un endroit).

      Merci pour le commentaire! Bonnes rêveries!

  10. Merci JS pour ces 2 témoignages inspirants. En lisant tes nombreux articles, on s’aperçoit de toutes les différentes facettes du frugalisme. Ayant découvert ce mouvement sur le tard (37 ans)mon plus gros regret est d’avoir eu cette prise de conscience si tardivement. L’indépendance financière ne sera pas pour moi dans un futur proche mais j’ai déjà adopté de nouveaux comportements plus vertueux ( achat de vêtements d’occasion exclusivement, refus de changer de voiture tant qu’elle est roulante, contrôle des dépenses, je veux savoir où va mon argent…). Tout cela fait un bien fou sur tous les plans ( financier, écologique et psychologique). En fin de compte, nous avons toutes les cartes en main, il suffit de faire fonctionner son esprit critique et ne pas être aveuglé par la société de consommation. Amitiés du Nord de la France, portez-vous bien et passez de bonnes fêtes de fin d’année.

    1. Merci Pierre pour ce beau témoignage!

      Le frugalisme n’est pas une recette à suivre, c’est plutôt un état d’esprit. Il existe 1001 façons d’être un peu plus libre, il suffit de faire les bons choix au quotidien. Bravo pour vos bonnes habitudes de consommation. Je vous souhaite de faire bonne route vers la liberté.

      Passez de belles fêtes dans le ch’Nord! 😉

  11. Merci pour ce partage ! Très intéressant! Vous avez quitté le Québec pour aller au Mexique? Comment cela s’est passé en temps de pandémie? Quarantaine obligatoire à faire là-bas en arrivant? et au retour? Vous avez loué une maison ou un tout inclus? frais? Merci encore!

    1. Bonjour Marthe,

      Nous avons pris le risque de voyager en temps de pandémie. Certes, nous avons fait tout notre possible pour que ce risque se limite à nous.

      Nous sommes restés en isolement avant de partir, nous avons pris notre voiture pour nous rendre à l’aéroport et nous serons au moins 14 jours en isolement complet à notre retour. D’ailleurs, le gouvernement nous contacte ponctuellement pour s’assurer que nous sommes confinés chez nous.

      Nous étions dans un tout-inclus pendant une semaine (le Mexique n’impose pas le confinement de 14 jours). Les mesures de sécurité étaient quand même bien: service de repas au chambre, port du masque, lavage de main obligatoire, aucuns enfants sur le site et buffet uniquement géré par les employés.

      Ceci dit, c’est non recommandable pour les personnes à risque. Je ne laisserais pas mes parents partir là-bas.

      Joyeuses fêtes!

      1. merci pour les infos! je vois qu’il y a de l’espoir pour les voyages ! Aussi, de savoir que des mesures sanitaires sont prises ailleurs est rassurant pour les voyageurs! Et j’imagine que les prix pendant la pandémie, pour une semaine tout inclus, est abordable.

        Merci encore! p.s. j’ai acheté ton livre pour mon fils de 25 ans pour Noel!

        1. Merci Marthe!

          J’espère que votre fils y trouvera son compte.

          Les prix étaient très bons il y a deux semaines. Ma blonde a vu des forfaits tout inclus (4 étoiles) à 550$ pour une semaine. Nous avons payé 880$ environ.

          Portez-vous bien!

          1. merci pour les infos! Oui je suis certaine que mon fils appréciera ton livre et je souhaite qu’il le passe ensuite au suivant (sa soeur de 22 ans) ! Joyeuses Fêtes!

  12. Article très intéressant comme toujours. Bien sûr, d’ici quelques années, je caresse le rêve moi aussi d’aller vivre à l’étranger, grâce à mes revenus de dividendes. Il y a plusieurs pays comme options sur la table, un coût de la vie moins cher, moins de biens matériels + de liberté à faire ce que l’on aime = c’est ça la vie du mouvement #FIRE 🌴🏄🌊☀️🍺 (financial independence retire early) ! 🙌📈💲💰

  13. Merci, Jean-Sébastien, d’avoir partagé nos histoires de si belle façon! Gabriel me donne presque envie d’aller vivre dans le Grand Nord 🤣. J’ai plaisir à lire les témoignages et les commentaires de tant de personnes qui font leur petit bonhomme de chemin en refusant d’adhérer aux diktats de notre société de consommation. Plusieurs sont des exemples à suivre, toi le premier.

    En complément de ma petite histoire toute simple, voici comment je vis lorsque je suis au Québec. J’habite en colocation, ce qui réduit fortement le coût du loyer. Tout ce que je possède loge dans 5 bacs de plastique, plus mon vélo, donc il n’est pas difficile de trouver un endroit pour entreposer le tout lorsque je pars. Présentement, je suis encore au Québec et peut-être que je vais passer l’hiver ici, étant donné que la situation est plutôt chaotique, allez savoir pourquoi 😷. Je pourrais me rouler en boule et brailler ma vie mais ça donnerait quoi? Voyons les côtés positifs en toute chose: être en santé, être au chaud (dans la maison, du moins), avoir de quoi manger plein notre ventre, et avoir des occupations stimulantes. Une voisine et une coloc en or m’ont équipée pour l’hiver car des paréos, même en peluche, ce n’est pas chaud chaud 🥶. De quoi pourrais-je donc me plaindre?

    Pour l’instant, je suis surveillante de patinoires et surveillante d’élèves dans une école secondaire. Je travaille par plaisir et ce sont de nouvelles expériences, ce que je visais lorsque j’ai quitté la vie dite normale. J’ai aussi géré un B&B pendant quelques mois en 2017 et j’ai adoré cette expérience en plus d’avoir rencontré des gens fantastiques. Je n’avais jamais fait ça de ma vie et pourtant j’ai livré la marchandise sans problème et n’ai reçu que des commentaires positifs. Les limites, nous nous les imposons nous-mêmes.

    Donc, pour répondre à Roland, qui posait la question plus haut, j’ai suffisamment pour bien vivre avec 1000$ par mois, que ce soit ici ou ailleurs. Je n’ai pas de voiture, sauf ma BMW 😜, je ne magasine pas (je déteste), je ne possède que ce dont j’ai vraiment besoin, je fais mes courses en fonction des soldes et je ne gaspille RIEN. Je fais avec ce que j’ai au lieu d’acheter toute sortes de bidules inutiles et c’est incroyable ce que notre imagination peut faire lorsqu’on lui laisse la bride sur le cou.

    Continue de nous alimenter, cher jeune retraité, car cette belle communauté en redemande encore et encore! Joyeuses Fêtes frugales à tout le monde!

    1. Merci encore Gabrielle d’avoir si généreusement participé à cet article!

      J’avais reçu plusieurs messages en privé de lecteurs inspirés par ton mode de vie qui voulaient en savoir plus. Je pense qu’ils ont maintenant tous les détails.

      Peu importe la situation, pandémie ou attaque de zombies, je ne suis inquiet pour toi. Je te souhaite quand même un retour à ta normale (anormale pour monsieur madame tout-le-monde). 😉

      Joyeuses fêtes au Québec!

      1. Salut Le jeune retraité,

        Félicitations pour ton livre que j’ai trouvé fort intéressant. Nous avons visiblement les mêmes principes de vie.
        Ma conjointe et moi avons modifié notre mode de vie il y a quelques années. A 40 ans nous avons de bons emplois (revenu combiné dépassant 300k/an), nous sommes minimalistes (assez extrêmes d’après notre famille et nos amis) et vivons une vie très frugale, mais sans nous sentir privés de quoique ce soit. Nous avons aussi la majorité de nos avoirs dans des fonds en bourse, et deviendrons officiellement millionnaires en 2021. Le sentiment de liberté et les principes que tu essais de partager aux autres valent tout l’or du monde!

        1. Salut Liberté 07!

          Merci beaucoup pour les bons mots.

          Bravo pour ton parcours! À quelques mois du million… tu dois être fébrile!

          J’espère que tu reviendras témoigner ici pour qu’on connaisse la suite de ton histoire.

          Meilleurs voeux de liberté pour la nouvelle année!

    2. Merci beaucoup Gabrielle de nous prouver que tout est possible quand nous sommes en action vers nos rêves…j’adore entendre ce genre d’histoire ❤ et surtout un grand merci à Jean-Sébastien qui à travers ces témoignages nous fait réfléchir toujours un peu plus sur nos possibilités infinies.

      1. Merci Gilbert!

        Il y a autant de stratégies vers la liberté financière qu’il y a de frugalistes.

        Mon blogue est comme un grand buffet, chacun y ramasse ce qui l’intéresse. L’idée est de tracer son propre chemin.

        Joyeuses fêtes!

    3. Bonjour Gabrielle,

      Je tiens à dire que ton histoire est très inspirante. Tu as su créer ta vie idéale en faisant fi des préceptes prédominants dans notre société. C’est tout à ton honneur !

      J’ai moi-même bien hâte de travailler par pur plaisir et quand bon me semble. D’ici là, je compte poursuivre ma formule du huit mois-quatre mois.

      Ton expérience actuelle comme surveillante doit être très valorisante et enrichissante. Le contact humain que tu as avec les gens doit être un vecteur d’énergie positive et de joie.

      De mon côté, j’ai décidé de prendre mes vacances estivales au Nunavik cette année en raison de la pandémie. J’en profite donc pour chasser, pêcher et distribuer des paniers de Noel. Je reviens d’ailleurs d’une folle aventure dans la toundra où nous avons pêché plusieurs ombles-chevalier arctiques et où on a joué une partie de hockey sur glace sur la Baie d’Hudson … inutile de dire que la partie ne s’est pas éternisée.

      Je te remercie encore fois pour ton témoignage Gabrielle et au plaisir, si tu le veux bien de connecter en personne ou par visio-conférence 🙂

  14. L’idée fait son chemin avec nous. On travail encore, bien sur de la maison, et la maison peu être n’importe où… mon collègue a déménagé en Barbades en février (pas à cause de la Covid, mais quel hasard…).

    On a habité l’Asie. Donc pour le long terme, on lorgne la Thailande. Sécurité, soins de santé et … bouffe ! Sinon, pendant qu’on est « jeune », on pense faire du 2x 3 mois par année. Chaque 3 mois aura ton thème, apprendre l’espagnol et la céramique en Colombie, apprendre l’italien et cuisiner en Italie, etc.

    La joie de l’indépendance financière finalement, le choix de faire des projets de rêves.

    1. Un sacré bon plan Million Naire!

      Nous partons normallement à coup de 2 mois. Les assurances sont ainsi gratuites avec notre carte de crédit. J’ai hâte de repartir…

      Nous attendons juste le GO pour partir (lire Legault). 😉

      Joyeuses fêtes mon ami!

      1. allo est-ce possible de savoir quelle carte de crédit offre des assurances voyages gratuites pour des voyages de deux mois? merci encore!

  15. Mon conjoint et moi-même bâtissons notre nid pour devenir 100% Nomade d’ici moins de 3 ans. Nous serions donc « liberté 44 » sans avoir besoin de travaille, sauf si nous le désirons!

    Nous voulons avoir un nid pour la retraite que nous ne toucherons pas et nous aurons notre nid pour le voyage. Liquidité au début et REER. Notre but est de vivre dans les pays peut oûteux en Asie et de voyager très lentement et à moindre coût.

    À date, on touche du bois, tout va comme sur des roulettes et nous profitons des moments au Québec d’ici là (même si présentement on est plus en mode « roche » avec la pandémie 🙂 !

    1. Quel beau projet Marie-Eve!

      Nous avions l’ambition de voyager tranquillement avant la retraite, mais nous n’avons jamais réussi. 😀 On a la bougeotte! On va bien finir par se poser à un moment donné.

      Au plaisir de se croiser quelque part dans le monde! Entre temps, continuez comme ça, vous êtes bien partis!

  16. Génial comme article. J’avais déjà pensé à aller dans le nord, ma femme travaillant au niveau des services sociaux en moi comme technologiste médical. Il y a de grands besoins en effectivement on serait pratiquement payé le double pour le même travail.

    En ce moment je change de carrière, dans les services financiers, qui sont maintenant plus flexibles avec le télétravail.

    Peut-être j’explorerai l’avenue de Gabrielle !

    1. Salut Kit,

      Je ne connais pas d’autres moyens de doubler son salaire et d’obtenir 4 mois de vacances. On pourrait combiner les stratégies de Gabriel et de Gabrielle… C’est-à-dire, 8 mois dans le Nord et 4 mois dans le Sud. 😀

      Bonne réflexion!

        1. Merci Gabrielle,

          C’est payant, mais j’imagine que c’est quand même très exigeant physiquement. Somme toute, c’est un beau raccourci vers la liberté pour ceux qui savent épargner. Avec de la discipline, ça permet d’empiler pas mal de cash en peu de temps.

    2. Le meilleur moyen pour essayer le mode de vie nordique est de prendre un congé nordique avec votre employeur actuelle. Cela donne 12 mois de congé renouvelable 4 fois, donc au total jusqu’à 4 ans. Vous pouvez donc essayer le nord tout en gardant votre place à votre employeur actuelle. De plus, l’ancienneté accumulé dans le nord durant ce congé est transférable au sud. Cela peut être une bonne stratégie si vous ne trouvez pas de poste temps plein dans votre région car vous pouvez partir faire du temps plein dans le nord et techniquement « dépassé » des gens dans la liste à votre emploi initiale si ceux-ci ne font que tu temps partiel. Vous pouvez lire les disposition pour les congé nordique dans votre convention anisi que les disparité régionale qui peuvent vous donner une idée des primes et bénéfices que donne un emploi en région nordique 😉 https://cpnsss.gouv.qc.ca/index.php?conventions-collectives-2016-2020
      Petite précision sur le 4 mois de congé annuel : Les employés ont les mêmes vacances que ceux du « sud » c’est-à-dire 20 jours de vacances (4 semaines). À cela s’ajoute le droit de prendre habituellement du temps repris (temps supplémentaires travaillé et banqué: habituellement 4 semaines par année mais peut varier des fois selon l’employeur), prendre les fériés qui ont été travaillés et banqué (12 jours), parfois prendre des journées maladies payé et les jours de voyagement sont habituellement payé (et inclus dans le 4 semaines) et sinon prendre des journées de congé SANS solde. Personnellement j’ai rarement eu à prendre des congés sans solde mais ça dépend des gens (par exemple si la personne ne peut pas faire beaucoup de temps supplémentaire dans son département). Elle a donc le choix soit de prendre du sans-solde pour compléter le 4 semaines ou de sortir moins longtemps.

      1. C’est super intéressant Crevette nordique!

        Merci beaucoup pour le complément d’information.

        Je ne connaissais pas la notion de « congé nordique ». Le Nord est le nouvel Eldorado. 😉 En tout cas, les incitatifs sont vraiment avantageux.

        En plus, vous prouvez qu’il est possible de maintenir ce mode de vie même avec des enfants.

        Chapeau! (ou peut-être devrais-je dire tuque!)

    1. Bonjour Carolyn,

      Les jeunes retraités recoivent la pension canadienne comme tout le monde à partir de 65 ans. Seulement, le montant est beaucoup moins élevé puisque ces derniers ont cotisé moins longtemps au programme.

      Au plaisir!

      1. Tu parles plutôt de la RRQ pour ce qui est de la cotisation. La PSV et le SRG ne sont fonction que de l’âge de 65 ans et des revenus imposables.

  17. Wow ! Bien contente de voir que tu parles du nord. En lisant le titre, je me disais que le nord c’était exctement ça alors j’étais plus que contente de voir que tu partageais le profil de quelqu’un qui avait ce mode de vie. Je fais cela depuis 10 ans maintenant. Nous focusons un peu plus sur le FIRE depuis environ 4-5 ans environ et pensons pouvoir prendre notre retraite dans environ 5 ans soit vers l’âge de 36 ans 😉 Nous avons des enfants et un chalet (maintenant fini de payer yeah) alors notre chiffre magique est plus élevé que celui de Gabriel. Si jamais les circonstances de la vie font que nous quittons avant, nous travaillerions probablement seulement à temps partiel et serions « coast » FIRE. Toujours intéressant de te lire. Toujours sur la liste d’attente pour ton livre format électronique à la Banq, je pense qu’il me disais que je l’aurais en février lol, juste à temps pour mon mois de vacances 😉 Bonne journée !

    1. Bravo Crevette Nordique!

      Tu as un plan de vie très inspirant. Tu as trouvé un raccourci vers la liberté, sans sacrifier ton bonheur. C’est génial! Être FIRE à 36 ans (avec des enfants), c’est tout un exploit.

      Merci pour ta patience! J’espère que mon livre te plaira, même si tu es déjà une experte en la matière. 😉

      Joyeuses fêtes!

    2. Bonjour Crevette nordique,

      Bien content de voir que j’ai des comparses qui ont le même mode de vie que moi !

      Tu es dans quelle région du Nord du Québec si ce n’est pas indiscret ?

      L’atteinte de l’indépendance financière à 36 ans avec des enfants est exceptionnelle. Je vous souhaite bonne continuation pour la suite des choses 🙂

      Gabriel

      1. Bonjour Gabriel,
        Je suis dans le Eeyou istchee. 🙂 J’étais bien contente de lire ton histoire moi aussi, ce n’est pas tout le monde qui travaille dans le nord qui reve d’indépendance financiere alors c’est le fun à voir. 😉 Nous verrons bien si notre plan de retraite fonctionnera mais en tout cas, on a une belle vie ici… surtout en temps de pandémie.
        Joyeuses fêtes à toi !

  18. Bonjour!

    Lecteur avide mais silencieux de ton blog, cet article m’interpelle toutefois. Je dirais que c’est le mode de vie que nous avons choisi avec ma conjointe et ce même avant que le télétravail ne soit facilité. Nous demeurons en campagne parce que la vie y est plus « slow », plus de contacts avec la nature et que nous n’avons pas besoin de 95% des services disponibles en ville. De plus, peu de villes sont faites pour favoriser le transport actif, donc on se retrouve à avoir moins de services accessibles à pied que dans notre village. Nous avons bien choisi notre emplacement, donc ma conjointe peu aller travailler à pied au village, la garderie et l’école sont à pied et une épicerie indépendante assez potable est à pied aussi. On marchait moins en ville!

    Donc, un mode de vie plus sain et moins cher aussi. Les maisons sont moins chères et ont plus grand de terrain. Bien sûr, il est impossible de ne pas avoir de voiture mais en avoir une seule est très faisable (une vieille minoune de préférence). L’éloignement des services a fait en sorte que notre budget resto/sorties a fondu et ça ne nous dérange même pas! Vraiment, je sais que c’est moins frappant que les deux exemples de ton article, mais vivre en campagne peut faire profiter de l’arbitrage géographique.

    1. Salut SimpleCampagnard!

      Merci pour ce premier témoignage. La glace est brisée!

      Moi non plus, je ne suis pas fan des banlieues, ces petites villes construites autour de l’auto. J’aime beaucoup les grandes villes et les campagnes, mais moins ce qu’il y a entre les deux.

      Marcher, c’est le bonheur. Nous aussi, nous marchons partout. C’est bénéfique à tous les niveaux. Aller travailler à pied, ça n’a pas de prix.

      En tout cas, bravo d’avoir optimisé votre mode de vie. Vous semblez bien heureux et c’est ce qui compte le plus. Si en prime ça vous permet d’empiler les dollars, c’est génial.

      Au plaisir de lire votre deuxième commentaire! 😉

  19. Salut J-S,
    Très bon article, encore une fois!
    Ça va donner le goût à plusieurs de faire le saut et d’imiter Gabriel/le!
    En attendant ton prochain article, joyeux temps des fêtes!

    1. Merci beaucoup Erick!

      Ce n’est peut-être pas le meilleur moment de mettre en application un tel plan. Par contre, c’est le temps d’y penser. C’est le temps de repenser sa vie avant le retour de la « normalité ».

      Joyeuses fêtes!

  20. J’ai cinquante ans et je souhaite à tous les jeunes de se réveiller tôt afin de ne pas être englués comme moi dans un emploi. J’arrive bientôt à ma retraite alors j’ai choisi de ne pas tenter ce type d’arbitrage géographique pour « endurer la rat race. » J’ai un travail qui peut être stimulant, mais je suis entourée de narcissiques qui tentent toujours d’éteindre ma flamme créatrice pour leur Power trip, bref des jaloux! Donc aux jeunes, je dis foncez vers votre liberté, ne serait-ce que de faire comme bon vous semble sans les éteignoirs de ce monde. Je vous offre cette belle citation de Steve Job… »Your time is limited, don’t waste it living someone else’s life. Don’t be trapped by dogma, which is living the result of other people’s thinking. Don’t let the noise of other’s opinion drown out your inner voice. And most important, have the courage to follow your heart and intuition, they somehow already know what you truly want to become. Every thing else is secondary. « 

    1. Merci Gyan pour ce témoignage plein de sagesse!

      C’est également un de mes regrets. Jeune, j’aurais pu prendre beaucoup plus de risques (ex. démarrer une entreprise). Or, la peur contrôle trop souvent nos décisions.

      Par ailleurs, même en étant plus âgé, je réalise qu’il est possible de prendre des risques (calculés) et de changer de vie. Nous avons l’immense chance de vivre dans un pays qui offre tous les filets sociaux imaginables.

      Bonne fin de parcours vers la retraite!

  21. Salut J-S,

    Il m’a fait grand plaisir de partager mon parcours vers l’indépendance financière avec les lecteurs de ton blogue.

    Je suis un amoureux du Nunavik et ses grands espaces. J’espère que mon histoire incitera les gens à venir tenter cette aventure qui est tout sauf banale !

    Je note aussi avec satisfaction que plusieurs personnes oeuvrant en milieu nordique font partie de ton lectorat. Je suis convaincu que travailler en territoire nordique est non seulement un raccourci vers l’indépendance financière, mais également une aventure inouïe au niveau humain qui vous transformera dans plusieurs sphères de votre vie.

    Comme mentionné dans un commentaire plus haut, je reviens à peine d’une pêche miraculeuse! Au menu ce soir, du tartare et des sushis avec de l’omble-chevalier fraiche du jour !

    Merci encore J-S et surtout continue à faire rayonner cette belle communauté en quête d’indépendance financière 🙂

    PS: L’idée lancée sur un rencontre en personne pour discuter d’indépendance financière est bonne. Peut-être un jour auras-tu un camp d’été comme l’a fait Mr. Money Mustache 🙂

    Amicalement,

    Gab

    1. Salut Gabriel!

      Merci d’avoir participé si généreusement à cet article. Ton histoire est super inspirante. Tu as réussi à jumeler tes passions et l’atteinte de l’indépendance financière.

      J’espère avoir l’occasion de suivre ton parcours sur un blogue un jour. 😉

      J’ai bien hâte de pouvoir organiser un événment. D’ici là, porte-toi bien. À très bientôt!

  22. Un travailleur agricole mexicain à qui j’ai parlé l’été dernier m’a expliquer ses finances et le pouvoir de l’arbitrage géographique. Avec un été de travail au salaire minimum, il réussi à payer sa maison, son auto et à faire vivre son fils et sa conjointe, qui ne travaille pas d’ailleurs. Incroyable!

    Contrairement ce qu’on pourrait penser, il ne se sent aucunement exploité. Il m’a dit

    «Les gens ici pensent:  »pauvre travailleur agricole mal payé » mais ils ignorent que l’argent, il est ici» en tapant la poche de son pantalon.

    Ca place les chose en perspectives.
    Pendant ce temps, je me tape 5 ans d’université en espérant avoir le 3/4 de son style de vie en travaillant à temps plein. 🙃

    1. Merci Pinguouin pour ce témoignage!

      En effet, ça remet les choses en perspective.

      À toi de créer ton plan. Il y a des opportunités partout pour ceux qui savent les dénicher.

      Je te souhaite de trouver ton avenue vers la liberté!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *