Comment gérer vos placements en bourse

Comment investir en bourse?

Vous voulez investir en bourse, mais vous ne savez pas trop comment vous y prendre? Vous souhaitez empocher les 2-3% de frais de gestion plutôt que de les verser à votre banque? La solution est simple, gérez vous-mêmes vos placements en ligne. Certes, ça requiert un peu plus de temps et d’engagement, mais c’est payant (combien?). En plus des meilleurs rendements, vous bénéficierez de nouvelles connaissances et vous prendrez vraiment le contrôle de vos finances. D’ailleurs, je pense qu’il s’agit d’un passage obligé vers l’indépendance financière. Voici comment procéder.

1- Identifiez votre profil d’investisseur

La première étape est primordiale. Il s’agit d’évaluer votre situation personnelle pour définir votre profil d’investisseur. En théorie, plus vous êtes jeune, plus vous pouvez vous permettre d’être audacieux. Vos objectifs de vie ainsi que votre tolérance au risque jouent aussi un rôle important dans vos choix d’investissements. Voici les questions auxquelles vous devrez répondre pour établir votre profil:

Quelle est votre situation financière?

Plus votre situation financière est stable et prévisible, plus vous pouvez vous permettre de prendre des risques. En ce sens, votre valeur nette ainsi que votre salaire jouent dans la balance. Par exemple, quelqu’un qui gagne un salaire de 75 000$/année et qui dispose d’un coussin de 100 000$ pourrait opter pour des placements plus risqués.

Quels sont vos objectifs?

Ce que vous espérez de vos investissements a bien sûr une incidence dans votre prise de risque. À titre d’exemple, si vous voulez réduire votre horaire de travail, il vous faudra miser sur des placements sûrs qui vous offrent un rendement plus modeste, mais régulier (ex : dividendes). Donc, le niveau de risque sera plus modéré. Or, si vous êtes jeune et que vous voulez vous bâtir un « fond de liberté », vous pouvez vous permettre de viser la croissance rapide en assumant plus de risques.

Quel est votre horizon de placement?

Plus votre horizon de placement est long, plus vous pourriez augmenter votre exposition au risque. Ainsi, si vous disposez de 25 ans avant votre retraite, vous pourriez choisir des placements plus risqués, qui offrent de bons rendements à long terme. Par ailleurs, n’oubliez pas de considérer tous les projets futurs qui pourraient entraîner des besoins en capital (ex : rénovations, achat d’une propriété, formation universitaire, etc.).

Quelle est votre sensibilité au risque?

La tolérance au risque dépend en grande partie de votre personnalité. Quelle serait votre réaction si la valeur de vos épargnes fondait très rapidement? Par exemple, lors d’un krach boursier, alors que plusieurs investisseurs vendraient en panique, auriez-vous les nerfs assez solides pour acheter d’autres actions pendant que leur valeur est basse? Même en gardant une perspective long terme, il faut être conscient que plus le potentiel de performance d’un placement est élevé, plus son niveau de risque est important.

Les profils types

Voici un tableau basé sur le modèle SSQ (source) qui résume les principaux profils types :

Type d’investisseur Caractéristiques Portefeuille exemple
Prudent Situation financière plus précaire ou incertaine, besoin de capital à court terme, proche de la retraite, préférence pour la stabilité ou tout simplement intolérance au risque. 25% compte à intérêt garanti (CIG)

50% obligations

25% actions
Conservateur Finances personnelles un peu plus stables, préférence pour la sécurité du capital, connaissances limitées du marché boursier ou besoin de capital à court terme. 65% obligations

35% actions
Modéré Tolérance modérée pour la volatilité, équilibre entre la sécurité et le rendement, bonne compréhension de base des marchés boursiers ou faible besoin en capital à court terme. 45% obligations

55% actions
Dynamique Propension à la croissance du capital, vision à long terme des placements, capacité de supporter une bonne dose de volatilité, tolérance au risque ou bonnes connaissances en finances. 25% obligations

75% actions
Intrépide Propension à la croissance du capital à long terme, opportunisme, forte tolérance face à l’incertitude, situation financière très solide ou excellentes connaissances en finances. 10% (ou moins) obligations

90% actions

* Le tableau précédent est basé sur des principes généraux. Il ne devrait pas constituer votre unique référence. Par exemple, l’Autorité des marchés financiers est également une bonne référence.

2- Choisissez une plateforme

Vient maintenant le temps de choisir la plateforme web où vous gérerez vos placements. Votre niveau d’implication ainsi que vos connaissances en placement influenceront ce choix. Si vous désirez investir le moins d’énergie possible, une solution clé en main (ex: Tangerine ou Wealthsimple) pourrait vous convenir. Par contre, gardez en tête que cette option vous coûtera potentiellement des centaines de dollars par année en frais de gestion et, ultimement, des années de retraite en moins. À mon avis, ce type de solutions est un bon point de départ, mais à moyen terme le courtage en ligne reste l’option optimale. Voici quelques plateformes intéressantes:

Tangerine, un moindre mal

Tangerine (Banque Scotia) offre des fonds d’investissement semblables à ceux vendus par votre conseiller financier, certes avec des frais de gestion généralement moins élevés (1.07%). Ces fonds sont conçus pour suivre le rendement des grands indices boursiers, alors vous ne gaspillez pas votre énergie à essayer de « battre le marché » en vain. En gardant une perspective à long terme, vous pouvez espérer récolter de bons rendements. De plus, Tangerine permet la cotisation automatisée. Ainsi, vous pouvez allouer un budget mensuel et laisser vos placements croître avec le minimum d’implication de votre part.

Néanmoins, on parle ici d’une solution « tout inclus ». Conséquemment, elle vous accorde très peu de contrôle et de flexibilité, tout en étant plus dispendieuse que celles proposées plus bas. En somme, Tangerine constitue un bon point de départ pour se détacher graduellement de son planificateur financier, mais, selon moi, n’est pas la solution la plus performante.

Voici les cinq portefeuilles offerts par Tangerine (source):

Portefeuille Rendement sur 1 an Rendement sur 5 ans Répartition des actifs Profil d’investisseur
Revenu équilibré 5.28% 5.48% 70% obligations,
30% actions
Prudent
Équilibré 10.02% 8.37% 40% obligations,
60% actions
Conservateur-modéré
Croissance équilibrée 12.44% 9.95% 25% obligations,
75% actions
Modéré-dynamique
Dividendes ND ND 100% actions Dynamique-intrépide
Croissance d’actions 17.22% 11.05% 100% actions Intrépide

Les conseillers robots, la solution passive

Malgré son nom imagé, le conseiller robot n’est pas une version robotisée du planificateur financier (mais presque). En fait, il s’agit d’un algorithme sophistiqué qui automatise la gestion et le rééquilibrage de vos placements. Ainsi, selon votre profil d’investisseur, le robot détermine où placer votre argent et réajuste la répartition des actifs lorsque nécessaire. Vous n’avez rien à faire!

Généralement, les portefeuilles proposés par les conseillers robots sont constitués de fonds négociés en bourse (FNB). Par exemple, Wealthsimple, un robot très populaire, investit votre argent dans des fonds Vanguard. Or, ces derniers commandent également des frais de gestion. Ainsi, même si Wealthsimple annonce des frais de 0.5%, en réalité, il faut ajouter les frais reliés aux FNB de 0.2% en moyenne. Au final, on parle plutôt de 0.7% de frais.

Même si les frais de gestion imposés par les conseillers robots sont moindres que ceux de Tangerine, ils ne sont pas insignifiants. Vous pourriez investir dans les mêmes fonds Vanguard, sans passer par les robots, et ainsi augmenter votre rendement de 0.5%. Sur un montant de 10 000$, 0.5% représente plus de 6 000$ après 20 ans (source).

En outre, les robots ne vous laissent pratiquement aucun contrôle. C’est un peu comme si vous étiez le passager dans un taxi. Vous n’avez pas besoin de savoir conduire pour atteindre votre destination, mais vous dépendez entièrement du chauffeur pour choisir le meilleur itinéraire.

Ceci dit, pour ma part, les conseillers robots constituent une bonne option de départ pour ceux qui n’ont pas encore les connaissances ou le courage de voler de leurs propres ailes. Les rendements suivent ceux des grands indices boursiers. Les frais de gestion sont un peu élevés, mais c’est le prix à payer pour avoir une solution sans tracas.

Voici les principaux conseillers robots disponibles au Canada:

Robot-conseillers Montant minimum FNB utilisés Frais totaux
Wealthsimple 0$ Vanguard, iShare, BMO, Purpose 0.7% pour 0$-100K$

0.6% pour 100K$+
Portefeuille futé (BMO) 5 000$ BMO 0.9% pour 0$-100K$

0.8% pour 100K$-250K$

0.7% pour 250K$+
NestWealth 0$ (mais les frais sont très élevés pour de petits montants) Vanguard, iShare 7.05% pour 5K$

0.98% pour 50K$

0.83% pour 200K$+
QuestTrade 2 000$ ND 0.5% pour 2K$ et moins

1.2% pour 2K$-100k$

1.1% pour 100K$-250K$

1% pour 250K$-500K$
WealthBar 5 000$ Vanguard, iShare, BMO, Purpose, Horizons 0.3% pour 5K$ et moins

0.9% pour 5K$-150K$

0.7% pour 150K$-500K$
ModernAdvisor 0$ Vanguard, iShare, BMO 0.75% pour 0$-100K$

0.65% pour 100K$-500K$
InvestCube (Banque Nationale) 10 000$ Vanguard, iShare, BMO, Purpose Entre 0.85% et 1.04% selon le portefeuille choisi

* Les frais totaux incluent les frais liés au conseiller robot et ceux liés aux FNB.

Le courtage en ligne, plus accessible que vous croyez

Les plateformes de courtage en ligne vous permettent de gérer vous-même vos placements et d’avoir les deux mains sur le volant. « Parce que vous ne bénéficiez pas des conseils personnalisés d’un courtier, vous payez moins de frais à chaque transaction, ce qui vous permet éventuellement d’obtenir un meilleur rendement sur vos placements… si vous savez viser juste. (source) ».

De plus, nonobstant votre profil d’investisseur, vous trouverez chaussure à votre pied. Vous aurez accès à un grand éventail de produits financiers, incluant la plupart de ceux offerts par les conseillers robots, et ce, sans les frais de gestion.

Certes, avec cette grande liberté viennent également plusieurs responsabilitiés. Vous devrez faire vos devoirs: définir votre profil d’investissement, vos objectifs, votre tolérance au risque, puis effectuer vos recherches et construire votre propre portefeuille. Je donnerai des pistes de solution à l’étape 3.

Mais, ne soyez pas intimidé par la tâche! Investir soi-même en bourse n’implique pas nécessairement de faire des transactions chaque semaine et d’être un expert en finances. Rien ne vous empêche de prendre une approche passive, comme le font les conseillers robots et la plupart des conseillers financiers. C’est-à-dire, au lieu de tenter de battre le marché, vous le suivez. Ainsi, vous investissez dans des fonds négociés en bourse (FNB), en gardant une vision à long terme de la croissance. Avec le temps et l’expérience, vous pourrez éventuellement explorer une approche plus active (ex: investir dans des titres d’entreprises spécifiques).

Grâce à toute l’information disponible ainsi qu’aux nombreux outils, le courtage en ligne est désormais très accessible. D’ailleurs, plus de 15% des Québécois s’adonnent maintenant à cette pratique. Et, selon moi, le temps investi dans cette activité accélère le parcours vers l’indépendance financière.

La plupart des grandes institutions financières ont une plateforme de courtage affiliée. Voici les principales au Québec:

Plateforme Coût par transaction Frais d’administration
Banque Nationale Courtage direct 9.95$

0$ pour les FNB canadiens

6.95$ pour 30+ transactions par trimestre
Frais annuels de 100$ si l’actif est moins de 20K$. Ces frais sont exonérés si vous faites 5 transactions dans l’année.
BMO Ligne d’action 9.95$ Frais annuels de 100$ si l’actif du compte non-enregistré est moins de 10K$. Ces frais sont exonérés si vous détenez un compte enregistré ou si vous faites deux opérations à l’intérieur de 6 mois. Pour les comptes enregistrés, les frais annuels sont de 100$ si le solde est inférieur à 25K$.
Desjardins Courtage en ligne 9.95$

5$ à 9.95$ pour 10+ transactions par mois
Gratuit pour la plateforme Disnat classique avec un dépôt minimum de 1 000$. D’autres plateformes sont disponibles pour les investisseurs plus actifs (détails).
HSBC InvestDirect 9.88$

8.88$ pour un actif de 50K$+ ou 30+ transactions par trimestre

6.88$ pour un actif de 500K$+ ou 100+ transactions par trimestre
Frais annuel de 100$ si l’actif est moins de 10K$. Ces frais sont exonérés si vous faites une transaction dans le trimestre ou si vous détenez un compte enregistré. Pour les comptes enregistrés, les frais annuels sont de 100$ si l’actif est moins de 25K$.
Placements directs TD 9.99$

7$ pour 150+ transactions par trimestre
Frais annuel de 100$ si l’actif est moins de 15K$. Ces frais sont exonérés si vous faites 3 transactions par trimestre ou si vous répondez à certains critères.
Pro-investisseurs CIBC 6.95$

4.95$ pour 150+ transactions par trimestre
Frais annuel de 100$ si l’actif est moins de 10K$. Pour les comptes enregistrés, les frais annuels sont de 100$ si le solde est inférieur à 25K$.
RBC Placements en direct 9.95$

6.95$ pour 150+ transactions pas trimestre
Frais annuel de 100$ si l’actif est moins de 15K$. Ces frais sont exonérés si vous faites 3 transactions dans le trimestre ou si vous répondez à certains critères.
Scotia iTrade 24.99$ pour actif inférieur à 50K$

0$ pour FNB sélectionnés

9.99$ pour 50K$+ ou 30+ transactions par trimestre

4.99$ à 6.99$ si 150+ transactions par trimestre
Frais annuel de 100$ si l’actif est moins de 10K$. Ces frais sont exonérés si vous faites une transaction par trimestre. Pour les comptes enregistrés, les frais annuels sont de 100$ si l’actif est moins de 25K$. Ces frais sont exonérés si vous faites 12 transactions dans l’année.

3- Déterminez les titres à acheter

Si vous avez opté pour le courtage en ligne, le plus important reste à faire, c’est-à-dire choisir quoi acheter. En ce sens, je pense que vous me voyez venir! Vous pourriez considérer des fonds négociés en bourse (FNB). Voici pourquoi:

« Les FNB permettent d’acheter, en une seule action, une brochette de titres qui reflète la composition d’un indice. Les FNB permettent donc de diversifier aisément un portefeuille, un peu comme un fonds commun de placement. Mais comme les FNB ne sont pas gérés activement par un gestionnaire, leurs frais de gestion sont minimes… parfois à peine 0,06 %. Des poussières par rapport aux fonds communs qui prélèvent aisément 2,5 % par an. » (source)

Ces fonds transigés en bourse reflètent la performance du marché. Par exemple, le fonds Vanguard Total Stock, transigé sous le symbole VTI, calque le rendement de l’indice « CRSP US Total Market ». Ainsi, lors des 12 derniers mois, VTI a généré un rendement de plus de 17% (source).

La clé est de répartir adéquatement ses placements à travers différents FNB pour assurer une bonne diversification et pour être aligné à ses objectifs. Pour ce faire, Canadian Couch Potato propose différents modèles de portefeuilles (source):

Type d’investisseur Répartion des fonds
BMO Aggregate Bond Index ETF Vanguard FTSE Canada All Cap Index ETF iShare Core MSCI All Country World ex Canada Index ETF
Prudent 70% 10% 20%
Conservateur 55% 15% 30%
Modéré 40% 20% 40%
Dynamique 25% 25% 50%
Intrépide 10% 30% 60%

Vous pouvez également gérer votre portefeuille de façon plus active, c’est-à-dire choisir individuellement les titres boursiers qui le constituent. C’est d’ailleurs ce que je pratique depuis plusieurs années. Je me base sur les données présentées dans le périodique Investment Reporter, disponible gratuitement à la bibliothèque. Puis, je place mes épargnes dans 20-30 actions réparties dans différents secteurs d’activités et différentes zones géographiques. Je ne crois pas avoir battu le marché à long terme, mais ça m’amuse! 😉

4- Testez graduellement

C’est maintenant à vous de jouer! Vous pouvez construire votre propre portefeuille ou vous baser sur un des nombreux modèles publiés en ligne. Il est évident que ça requiert beaucoup d’apprentissages, mais dites-vous que chaque heure investie vous rapproche un peu de votre objectif de liberté. L’important est de respecter votre zone de confort et votre niveau de connaissances. Je recommande d’avancer à petits pas et de tester graduellement avec de petites sommes d’argent pour vous familiariser avec le processus.

5- Suivez l’évolution et rebalancez

Si vous placez votre argent à l’aide d’un conseiller robot, vous n’aurez pas à vous poser de questions. Cependant, en faisant le courtage en ligne, vous devrez rebalancer votre portefeuille ponctuellement. À titre d’exemple, si les actions canadiennes performent mieux que celles américaines, la proportion qu’elles occupent dans votre portefeuille va augmenter. Ainsi, vous devrez rééquilibrer la répartition géographique de vos placements. Pour ce faire, il suffit d’adapter les prochains achats d’actions en conséquence (moins d’actions canadiennes, plus d’actions américaines).

Le nerf de la guerre est de suivre de façon assidue ses placements. Or, il ne faut pas réagir à chaque soubresaut du marché et surtout ne jamais paniquer.

6- Virez votre banquier (ou pas)

Blague à part, même si vous gérez vous-même vos placements, je pense que les planificateurs financiers ont encore un rôle à jouer. Ils peuvent vous encadrer quant aux aspects légaux, aux assurances, à la fiscalité, à la gestion du risque, à la planification de la retraite, à la succession et aux placements (pour ceux qui ont les accréditations nécessaires). Bien qu’ils soient payés à la commission sur la vente de produits financiers, leurs rôles débordent largement de celui du simple conseiller en placement. Ainsi, les frais de gestion et le rendement des placements ne sont pas les seuls éléments à considérer. Plusieurs services valables, qui méritent une rémunération, sont également offerts.

Le but de cet article n’est pas de vous dicter quoi faire, puisque chaque cas est unique. Humblement, je souhaite juste vous intéresser au sujet et vous présenter quelques options qui s’offrent à vous. À vous maintenant de choisir votre parcours vers la liberté!

Je doute que vous ayez lu jusqu’ici! Si oui, bravo! 🙂

NB: L’article qui précède réflète uniquement mon opinion basée sur mes recherches et mes expériences. Je ne suis pas conseiller financier, donc je ne suis pas légalement apte à fournir des recommandations sur vos placements.

85 comments

  1. Oui, oui, j’ai lu jusqu’au bout ! Merci pour ce super article, clair et bien structuré comme d’habitude.

    Pour ma part je gère nos FNB à partir de Questrade (pas de frais à l’achat de FNB et obligations) en suivant les fonds recommandés de CCP et je suis très satisfait. Leur support par courriel est très rapide et efficace. Je ne peux que les recommander !

    1. Merci XJ!

      Cet article est ridiculement long, mais je voulais qu’il serve de référence aux néophytes. Bravo d’être passé à travers! 🙂

      Je n’ai pas mis Questrade dans la liste de plateformes (il y en a tellement), mais j’ai entendu de bonne choses à son sujet. En plus, s’il n’y a pas de frais pour les FNB, c’est très avantageux.

      Merci pour le partage! À bientôt!

    2. Questrade est effectivement peu élevé en frais , cependant leur plate forme web est uniquement en Anglais, donc pour quelqu’un qui débute, les termes ne sont pas si faciles. Connaissez vous une autre plate forme avec aussi peu de frais mais en français? Merci

  2. Excellent article!

    J’ai lu juste qu’au bout, la preuve: petite erreur, VTI ne traque pas le Nasdaq, mais bien un indice dit « Total », qui couvre la majorité des titres sur le marché américain, pondéré par leur capitalisation.

    Pour les profils d’investisseurs, si je pouvais me replonger dans mes chaussures de mes 20 ans, j’oublierais cette notion. À moins d’avoir besoin de l’argent pour un projet comme acheter une maison, il n’y a pas vraiment de raison d’être conservateur à 25 ou 30 ans (sauf si ça vous empêche de dormir la nuit disons). Les conseillers financiers devraient, plutôt que de dresser un profil d’investisseurs, éduquer leurs jeunes clients et les convaincre que les fluctuations de la valeur de leurs actions à 25 ans n’a absolument aucune incidence sur le montant qu’ils auront à 65 ans. Une fois que tu en es convaincu, tu dors la nuit et on a plus besoin de profils d’investisseurs 🙂 et 35 ans après, 100% en actions offre toujours un meilleur rendement que n’importe quelle combinaison d’actions et d’obligations.

    Évidemment, si on a 70 ans, qu’on part à la retraite avec un relativement petit montant, à ce moment il est souhaitable de diminuer le risque. Si j’avais un Tardis, en tout cas, c’est ce que je ferais 🙂

    1. Merci Mr. Jack!

      J’ai corrigé l’erreur.

      En toute transparence, cet article a été un peu difficile à rédiger. Je voulais qu’il serve de point de départ pour les néophytes. J’ai donc utilisé une approche plus conservatrice. Aussi, étant donné que je ne suis pas planificateur financier, je ne peux pas recommander spécifiquement comment investir.

      Dans mon cas, tous mes placements sont investis à 100% dans des actions, et ce depuis une douzaine d’année. Probablement qu’un conseiller financier aviserait autrement. Reste que je suis bien à l’aise avec mon niveau de risque. De plus, en gardant une prespective à long terme, je dors bien la nuit.

      Merci pour le commentaire! Bonne suite (78 jours)! 🙂

      1. Je comprends tout à fait de vouloir couvrir large et ne pas vouloir causer des pertes aux gens. Surtout ces jours-ci avec les marchés élevés, on se sent moins à l’aise de recommander les actions, même si on sait qu’à long terme ça sera gagnant quand même.

        Je ne pense pas à me lancer dans un article du genre c’est trop ambitieux 🙂 Au plaisir – Jack

        1. Dans le dernier mois, j’ai eu une bonne dizaine de courriels me demandant « comment investir moi-même mon argent? ». C’est pour cette raison que j’ai fait cet article. Je pense que mes prochains articles pourront aller encore plus dans le détail.

          Merci beaucoup Jack!

          1. Je suis d’accord avec toi, jeune retraité. Tu sèmes des graines et plus je lis, plus ça me pousse à prendre des informations à ce sujet. Je constate les frais de gestion (lire commissions) de ma banque sur mes placements versus mes rendements, ce que je n’avais jamais trop vérifié par le passé. Merci pour ta vulgarisation.

  3. Judicieux conseils! Je suis d’accord que prendre ses finances en main est un passage obligé pour quiconque aspire à l’indépendance financière.

    Il faudrait peut-être ajouter un niveau de risque après «intrépide» pour mon style à moi 😛 Je suis 100% actions dans 14 titres (habituellement un peu moins) et par dessus le tout ce sont des actions microcaps donc très volatiles.

    Cette semaine je me suis fait un peu ramassé, un de mes titres est dans le négatif de 30% (-7000$)…perte de 50%+ sur l’année mais ça fait parti de la game.

    Je ne peux vraiment pas me plaindre car depuis janvier 2015, nous avons un rendement composé au dessus de 50% pour nos investissements microcap mais bon, tout peu changer rapidement et on verra bien au long terme.

    1. Salut BarbeRiche,

      Même chose pour moi, je suis assez audacieux. Je détiens une trentaine de titres et la moitié sont en « small caps ». Il y a toujours un « dog », mais globalement, à long terme, ça donne des bons rendements. J’ai d’ailleurs un titre qui a perdu 99% de sa valeur.

      Bravo pour la performance de tes placements. Je ne crois pas que beaucoup d’investisseurs ont un rendement comme celui de ton compte CELI!

      À plus!

      1. En effet c’est impressionnant, et c’est un autre regret, qui est en partie dû à mon écoute des conseils financiers: j’ai trop misé sur les obligations / dépôts à terme dans mes comptes enregistrés, alors que si j’avais plutôt utilisé mes comptes REER et CELI (surtout CELI), ils auraient gagné en « espace » .. ainsi rendu à la retraite, au moment où ça fait du sens d’avoir des obligations, tu as beaucoup d’espace pour les mettre dans le CELI, à l’abri total de l’impôt.

        1. Moi aussi, j’ai été plutôt conservateur dans mes choix de placements dans mon compte CELI. En voyant les rendements de BarbeRiche, je constate que mon profil d’investisseur n’est pas si audacieux que ça finalement. Aussi, je pense que ceux qui ont vécu la crise de 2008, sont restés un peu marqués par l’expérience!

  4. Très bon article! Je suis daccord avec Mr. Jack sur le fait que d’être conservateur, surtout lorsqu’on est jeune, n’est pas la meilleure solution à long terme.

    Trop souvent j’entends des gens se plaindre de leur rendement de 4-5%/année, et c’est seulement rendu à quelques années de la retraite (50-55-60 ans) qu’ils souhaitent changer leur portefeuille pour augmenter leurs rendements, qui sont en réalité, pas plus de 2-3% si on tient compte de l’inflation.

    Pour ma part j’investis 50% dans des actions de moyennes et grandes cap qui versent des dividendes (bien important!) pour le long terme et un autre 50% dans des micro/small cap pour le court et moyen terme.

    D’ailleurs, je ne sais pas si certain d’entre vous ont suivi les actions de compagnies minières (or et argent) début 2016, ou encore les actions de compagnies de cannabis fin 2016 – début 2017, mais il y a eu énormément d’argent qui à été fait. Personellement de 100 à 250% mais je connais des gens qui ont fait du +500%. Ça fait rêver.

    Mais bon, pour revenir à la réalité, je crois que la clé est l’éducation. N’importe qui qui a de bonnes conaissances de base de la bourse est capable de battre le 4-5% que les grandes banques vont offrir. Comme le dit Warren Buffet: « The more you learn, the more you earn ».

    1. Merci bien Jérémy!

      J’ai une philosophie de placement très similaire à la vôtre. Même si je suis retraité, je ne détiens pas d’obligations, de CPG, etc. Par contre, j’ai une portion de mon portefeuille en liquidité pour me prémunir d’un krach (ou pour profiter des aubaines).

      Je pense que l’important est d’investir dans des entreprises solides, bien gérées et qui détiennent un avantage concurrentiel. C’est seulement à long terme qu’on mesure la performance d’un investisseur. Ceci dit, j’aimerais beaucoup faire du 100%+. 😉

      Au plaisir de lire vos prochains commentaires! Merci!

  5. Merci pour ce magnifique article! Je commence à peine à gérer mes placements en bourse avec un petit montant. Je lis tout ce qui me tombe sous la main et j’apprend par moi-même et me fait une meilleure idée. Par contre je dois avouer que ce qui me tracasse un peu ces derniers jours, c’est le dilemne de metre dans un celi ou reer (je possède les 2) je suis très confus par tout ce que j’entend et lis. Je veux sauver de l’impôt sur le revenu ave mon réer mais en même temps certains diront qur ce n’est que partie remise.
    Il est difficile de balancer le tout et de tenter de comprendre ce qui est le plus avantageux à long terme !

    1. Merci Librocito!

      C’est difficile de tout présenter dans un article. Je prends note de ton commentaire pour un prochain article.

      Je vais devoir faire un peu de recherche… Dans mon cas, je maximise les deux comptes à chaque année.

      Merci, à plus!

    2. Bonjour Librocito.

      Si je peux me permettre, voici comment je comprends la différence entre CELI et REER.

      Le CELI te permet d’investir de l’argent sur lequel tu as déjà payé de l’impôt, mais dont les gains en capital seront libres d’impôt. Tu as donc avatange, dans un CELI, à faire des placements avec un fort potentiel de gain en capital.

      Le REER te permet de placer de l’argent sur lequel tu n’as pas payer d’impôt et de diminuer le montant sur lequel tu paies de l’impôt chaque année (il diminue en quelque sorte ton salaire brut). Le but étant, une fois la retraite atteinte, de retirer un montant annuel de tes REER plus faible que ce que tu gagnes comme revenu actuellement, et donc de payer moins d’impôt en bout de ligne. Ainsi, je vais donner des chiffres fictifs mais si tu gagnes 100,000$ actuellement et que tu devrais payer près de 45% d’impôt, mais que tu places anuellement 30000$ dans ton REER, tu vas payer moins d’impôt ajourd’hui, et si une fois la retaitre atteinte tu ne retires que 40,000$ par année de ton REER, tu ne vas payer de l’impôt que sur 40,000$. Donc, le REER te permet surtout de sauver au niveau de l’impôt maintenant et plus tard. Le REER est avantageux surtout s’il te permet de changer de classe de revenu imposable, ou si tu comptes retirer beaucoup moins d’argent annuellement à la retraite que ce que tu gagnes actuellement.

      Je suis encore assez jeune et je n’ai pas un salaire très élevé donc pour moi remplir mon CELI en priorité fait plus de sens. Investir dans mon REER me fait sauver très peu d’impôt actuellement. Puisque mes placements dans mes CELI auront plusieurs années pour capitaliser libre d’impôt, j’ai tout avantage à en profiter.

      Je ne suis pas spécialiste mais c’est ma compréhension des choses. Peut-être que Jeune Retraité, ou d’autres, pourront mieux t’éclairer.

      1. Merci François pour l’excellent complément d’information!

        C’est également ma compréhension des REER/CELI. Je vais quand même écrire un article à ce sujet pour aller un peu plus dans le détail.

        Merci encore! À bientôt!

  6. Merci pour ce texte. Nous plaçons de l’argent de côté depuis quelques années, mais dans des CPG ou fond commun coûteux. Je m’intéresse depuis peu à d’autres forme de placements qui seraient avantageux pour notre porte-feuille et pas celui de notre conseiller! Je sais que je dois encore lire et apprendre sur le sujet, mais votre texte me dit que je suis sur la bonne voie. J’ai commencé il y a 2 mois avec un compte chez tangerine; il coûte moins cher que mes fonds communs et j’espère qu’il rapportera plus! Je m’étais dit que je débuterais avec cela, le temps d’apprendre et de trouver mieux. Je vise par la suite l’ouverture d’un compte de courtage et me lancer dans cet univers. Mon but premier étant de fournir une retraite à mon conjoint qui n’a pas pu se préparer adéquatement et à qui il reste moins de temps qu’il en restait… Ensuite ce sera autour du rééé. À 2,31% de RFG, il ne rapporte pas grand chose si je tiens compte de l’inflation et du rendement…

    Nous continuons notre aventure dans le merveileux monde de l’indépendance financière.

    1. Merci beaucoup Kimber!

      Félicitations d’avoir pris vos finances en main.

      Il y a tellement de fausses croyances par rapport au courtage en ligne. Un peu à l’image du marché immobilier, on dit que c’est extrêmement risqué d’acheter une maison sans courtier immobilier. À mon avis, une fois bien informé, on peut tout faire soi-même et épargner des milliers de dollars. Il suffit d’y aller progressivement en respectant sa zone de confort.

      Merci d’avoir pris le temps de partager votre témoignage. J’espère qu’il y en aura d’autres! Au plaisir!

  7. Bonjour, je n’y comprend presque rien en bourse, mais si par exemple j’ouvrais un compte Disnat classique avec Desjardins et que je suivais tout ce ce que me recommande le Disnat GPS, est-ce que je pourrais m’attendre à avoir un rendement de 9% ?

    1. Bonjour Le Novice,

      Je pense que l’outil GPS est une option à considérer si vos connaissances sont très limitées. Par contre, informez-vous des frais. Étant donné que les portefeuilles proposés comprennent des FNB, il y a surement des frais liés à ces derniers (pas néssairement très visible sur le site).

      En bourse, personne de peut vous assurer un rendement. Vous êtes à la merci des marchés. Vous pouvez consulter l’historique du portefeuille et espérer que la tendance se maintienne. Mais, gardez en tête que vous pouvez perdre (surtout à court terme). L’important est de garder une vision à long terme. Par exemple, les portefeuilles GPS ont un horizon de placement de cinq ans.

      Par ailleurs, je vous invite à lire pourquoi la bourse est le meilleur véhicule de placement à long terme.

      Au plaisir!

  8. JR,
    Superbe article bien documenté. Une belle ressource! On voit que tu es retraité et que tu as du temps devant toi lol

    En lisant les commentaires, je me rends compte que les gens mettent bcp le focus sur le rendement.

    Or, dans la formule de l’intérêt composé, le temps est beaucoup plus important et pour le court terme, le taux d’épargne l’est encore plus. Oui, je sais.. c’est plate car tout le monde veut devenir riche demain en investissant 2$ mais malheureusement si c’était aussi facile nous serions tous riches!

    Sur 10 ans, 5000$ d’épargnes par an à 4% de rendement donne 62,000$ et à 8% 78,000$… c’est loin d’être life changing! Mais déjà pour obtenir 8% il faudra probablement prendre plus de risques donc le risque faire un rendement négatif, de perdre de l’argent etc. Car plus on veut du rendement, plus il faut s’attendre à voir de la volatilité dans notre portefeuille.

    Mets 50$ par semaine de côté pour ton kid dès sa naissance à 4% de rendement et demandes-lui de continuer jusqu’à ce qu’il ait 65 ans. Il aura environ 800,000$ pour sa retraite… en économisant 50$ par semaine sans risque à 4%, soit en épargant 169,000$ sur toute une vie. C’est à la porté de n’importe qui de faire ça…

    Une personne de 45 ans qui veut faire la même chose devra épargner plus de 25,000$ par année pendant 25 ans pour arriver aux mêmes résultats à 65 ans ou encore épargner 16k par an pendant 25 ans et obtenir 8% composé par an… et si elle veut épargner moins, alors il va falloir obtenir un rendement annuel composé loin d’être évident à atteindre…

    Oui, les titres de cannabis etc on vu leur cours exploser au cours de la dernière année, mais obtenir un rendement supérieur au marché (+/-7%) chaque année en étant en plus un investisseur passif qui ne connaît rien à l’investissement c’est statistiquement fort peu probable.

    Plus de 90% des fonds gérés de façon professionnelle ne battent même pas le S&P500 sur le moyen terme. Si les professionnels n’y arrivent pas, ti-cul dans son sous-sol qui flip des stocks de cannabis a peu de chance d’y arriver. Oui, il fera quelque coups fumants, pensera qu’il est un génie et puis hop, MrMarket le ramassera au détour.

    Moi je dis épargnes maintenant, épargnes hier et avant hier et le plus tôt possible, n’importe quel montant mais épargnes. Le temps et l’épargne c’est le plus important. Ensuite tu auras tout le loisir d’apprendre à investir ton cash.

    Mais surtout, il faut rester humble face au marché. Des tas de génies ont tenté d’en percer ses mystères au cours des siècles et personne n’y est arrivé…

    Warren Buffett qu’on surnomme le meilleur investisseur de tous les temps a réussi à faire entre 19 et 20% de rendement composé depuis 60 ans.

    Mais, Warren est plus brillant que la norme, il a aussi compris très jeune le pouvoir de l’épargne, il a bénéficié d’anomalies historiques (crise de 29, croissance de l’après guerre, invention du crédit à la consommation, arrivée de la femme sur le marché du travail, invention de la surconsommation etc…) en plus d’utiliser des outils que nous simples particuliers n’avons pas : la float de compagnies d’assurance (argent des primes qu’il peut investir afin d’en tirer un profit pour lui).

    Alors, je le répète, moi je dis commence tôt, épargnes le plus possible, dépense moins et investis prudemment de façon à voir ton capital s’accroître et à ne pas le perdre.

    La plus grande opportunité depuis 2008, c’était d’investir en 2009, en 2010, puis en 2011, 2012,2013, 2014 etc… il y a eu un crash monumental en 2008. Tout a au moins doublé depuis ce qui donne l’impression qu’on est de bons investisseurs mais…. un jour ou l’autre la tendance s’inversera et comme le dit Warren Buffett, « we’ll see who’s swimming naked when the tide goes out ».

    Chances are que les prochaines années ne seront pas aussi fastes…

    Voilà, je suis venu faire la corneille de malheur qui lancent de mauvais présages! 🙂

    Un conseil aux nouveaux investisseurs, vous pouvez apprendre bcp des lettres aux actionnaires de Berkshire Hathaway écrites par Warren Buffett. Plus de 800 pages d’écrits disponible gratuitement sur le site de la cie. Warren vous dira notamment que le plus important c’est de ne jamais perdre de capital.

    1. Bonjour BM,

      Merci! Il y en a encore tellement à dire sur ce sujet, mais il fallait bien que je commence quelque part. 🙂

      Je te donne entièrement raison, les deux principaux facteurs d’enrichissement sont le taux d’épargne et le temps (en tout cas dans mon cas). Les jeunes qui comprennent ceci sont nettement avantagés financièrement. Alors que leurs amis du même âge achètent des voitures neuves, des condos, des électros à crédit et une mutlitude de bébelles inutiles, ils font travailler leur argent. Avec le temps, les intérêts composés font toute la différence. Ce qui est primordial est d’investir ses épargnes. Que ce soit en bourse, dans l’immobilier ou dans son entreprise, il faut que l’argent travaille.

      D’autre part, je suis également de l’avis qu’il faut être humble. Selon moi, essayer de battre les marchés constamment est une erreur. C’est pour cette raison que je préconise les FNB. Personnellement, je ne vois pas l’intérêt de payer des frais de gestion élevés pour simplement suivre les grands indices boursiers.

      Bonne suggestion pour les rapports BH!

      Au plaisir!

    2. Merci, je trouve ton commentaire très pertinent et inspirant.
      Je viens d<aller voir un planificateur financier par curiosité pour voir ce qu<on allait me proposer.

      Voici ce qui me trouble:
      pourquoi on me charge 2.3% de frais de gestion, pour placer mon argent dans un fond d investissement qui rapporte historiquement environ 8%, alors que je pourrais simplement envoyer mon argent dans un fond (comme avec vanguard par exemple) avec un rendement semblable et peu de risque pour 0.2% de frais de gestions??

      Je vous pose sérieusement la question, car je ne vois pas vraiment de différences, sans compter que lorsque je lui ai parlé des fonds indiciels, il a semblé tres réticent et dire qu il n<y croyait pas.

      qu<en pensez-vous??
      J<aimerais avoir des opinions diversifiées sur le sujet afin de voir si je suis simplement paranoïaque ou si j<ai bien raison de trouver que ca ne vaut pas la peine simplement pour avoir qqun pour décider de ma stratégie.

      Merci à tous

      1. Je crois que je n’étais pas clair dans ma question. Qu est ce que ça me rapporte de plus et est-ce qu’ils tente vraiment de me diriger vers les fonds qu’il veut pour faire une commission ou bien y a til vraiment plus de risques ou moins d’avantages dans des fonds auto gérés. je dois avouer que le 2.3% me donne mal au coeur, ça voudrait dire que je pourrais investir dans le même fond moi même et aller chercher 10%. (je comprend aussi le principe d’avoir quelqu’un qui nous donne des stratégies d’épargnes et placements variés.

        1. Si je peux me permettre, poser la question, c’est y répondre.

          Les frais de gestion sont la majeure source de revenu du conseiller financier. Personnellement, il a tout intérêt à vous conseiller des fonds avec des frais de gestion élevés, et tout intérêt à vous déconseiller les fonds indiciels qui ne permettent pas au planificateur de prendre une partie de vos profits sous forme de frais de gestion. Si vous voulez vraiment travailler avec un planificateur financier, assurez-vous qu’il soit fiduciaire. Les planificateur financier fiduciaire travaille différemment et mettent les intérêts de leur client avant leur propres intérêts personnels.

          Vous a-t-il au moins expliqué pourquoi il croit que les fonds indiciels sont une mauvaise idée? Personnellement, le seul point négatif que je vois actuellement aux fonds indiciels est que, si tout le monde investie dans ce type de fond, le marché va devenir stagnant, et à ce moment là ça risque d’être plus avantageux d’investir activement. Mais on est loin de ce scénario. La majorité des planificateurs financiers sont incapables de battre le marché de façon constante sur le long terme, et en tant qu’investisseur, perdre 2,3% de profit pour se payer un planificateur est énorme! On parle de 2,300$ par année sur 100,000$. Sur 20 ans on est rendu à 23,000$, sans compté les intérêts composés perdus. Imaginez sur une porte-feuille de quelques millions…

          Pourquoi est-ce qu’on prendrait un planificateur, alors? La majorité des gens pensent qu’investir sont argent est trop complexe, ils ont peur de faire des mauvais choix, et, parfois, des situations complexes peuvent réellement bénéficier de l’avis d’un professionnel.

          En faisant les choses soi-même dans la vie, on sauve généralement beaucoup d’argent, mais il y a toujours le risque de moins bien faire le travail qu’un professionnel. Par contre, dans le cas de faire des placements simples en bourse, je crois que c’est suffisamment simple et surtout très payant de le faire soi-même. On parle de probablement plusieurs dizaines de millier de dollars sur une vie.

          Ouvrir un compte sur Questrade prend quelques minutes, ensuite acheter des fonds est extrêmement simple. Les modèles de porte-feuille proposés sur canadiancouchpotato.ca sont bons et approuvés par pratiquement tout le monde. Difficile, je crois, de se tromper.

          C’est mon avis!

          1. Merci François!
            En effet, je savais quelle genre de réponse jaurais, je me posais aussi la question sur ses réponses , il m a un peu explique les fonds indiciels, mais sa réponse me semblait totalement vide de sens un peu comme sil la rejetait du revers de la main avec dégoût…. ça vous donne une idée.
            Bref. Jai effectivement un compte avec questdrade et jai commence a acheter quelques FNB. Mais je dois avertir que jai lu des histoires sur questrade comme quoi il est très difficile de sortir son argent plus tard et aussi par rapport aux achats en argent US. on dit que si on ne fait pas la conversion soi même, on se retrouve a payer des intérêts comme si ils faisaient un prêt dans le compte en US.
            Je suggère aux gens d être prudents.

            Merci pour ta reponse,
            je vais effectivement m occuper de gérer moi même mes placements, quitte a prendre un fond d investissement avec coût moindre.

          2. Merci à François d’avoir pris le flambeau!

            Bonjour Librocito,

            J’avoue ne pas être familier avec Questrade. Merci aux lecteurs de témoigner si vous avez de l’expérience avec cette plateforme.

            Il existe un moyen de faire la conversion CAD-USD à moindre coût. La méthode de nomme Norbert’s Gambit. Elle est très bien expliquée par Canadian Couch Potato, voici l’article.

            N’hésites pas à revenir avec toutes autres questions! Merci!

          3. Merci François pour l’excellent commentaire! Je partage votre avis!

            Les banques sont des entreprises privées qui travaillent pour leurs actionnaires avant tout. Les FNB sont moins profitables pour ces dernières.

            Même si vous payez les frais de gestion d’un conseiller financier, ça ne vous garantie vraiment pas un meilleur rendement.

        1. Le vrai « génie » là-dedans n’est pas tant Buffett mais bien Charlie Munger, d’ailleurs Buffett les reconnaît lui-même. Sans Munger, on n’aurait jamais parlé de « l’Oracle d’Omaha ». Il faut rendre à César ce qui appartient à César (et je ne parle pas de la planète des singes !).

    3. C’est bon de voir un peu de réalisme au milieu de l’euphorie ! Pour moi, soit vous personnellement soit vos parents ou grands-parents ont vécu un véritable Bear Market et savent ce que c’est (ou vous l’ont enseigné, ce qui est exceptionnel !)

  9. Merci beaucoup pour ton article Jeune Retraité !
    C’est très instructif.

    Pour ma part, j’ai ouvert un compte CELI avec Wealthsimple depuis mars 2017 et j’avoue que je suis plutôt satisfait du résultat pour le moment (+2.4% en à peine 3 mois). Je sais que ça peut basculer dans l’autre sens à tout moment (surtout avec l’imprévisible Trump), mais c’est plutôt encourageant pour l’instant.
    En plus, les premiers $5,000 sont exempts de frais de gestion et on peut même avoir un autre $10,000 exempts de frais de gestion si on se fait parrainer (le parrain profite de la même chose de son côté). Je pense que ces frais de gestion ne concernent que les 0.5% de Wealthsimple et il faut quand même payer les ~0.2% de frais de gestion des FNB mais c’est toujours ça de gagné.
    Pour ma part, je n’ai pas pu bénéficier de ce parrainage car je n’étais pas au courant de cette promotion mais je trouve que c’est pas mal attractif pour débuter.
    Aussi, un petit conseil pour ceux qui voudraient transférer leur CELI ou REER de leur institution financière traditionnelle vers Wealthsimple:
    – Wealthsimple rembourse les frais facturés par la banque pour ce transfert (je crois que c’était ~$50 pour moi chez Desjardins) UNIQUEMENT si le montant transféré est de $5,000 ou +.
    Pour ma part, je m’en suis rendu compte qu’après avoir validé mon transfert de (of course) moins de $5,000… Heureusement, j’ai finalement réussi à le faire annuler par la suite. Ouf ! Commencer à mettre de l’argent de côté en se faisant facturer $50 de frais, ça partait mal !
    Bref, un moyen beaucoup plus simple pour moi de transférer mon argent a été de retirer mon argent de mon compte CELI vers mon compte chèque et ensuite de faire un « paiement » du même montant vers Wealthsimple. Coût de l’opération : 10 min de mon temps et $0 de frais 🙂

    Après, j’ai pu opter pour un virement automatique à chaque jour de paie – on se paie en premier, d’après Robert Kiyosaki 😉 – et j’ai ouvert aussi un REER. Par contre, je dois attendre que mes placements à terme arrivent à échéance dans mon institutions financières (pas avant 2019) avant de pouvoir les transférer sur mon REER de Wealthsimple.

    Bref, voilà pour ma petite expérience personnelle. En espérant que ça puisse en aider certains.

    PS: je ne travaille pas pour Wealthsimple et je ne possède pas d’actions de Wealthsimple… 😛

    1. Merci AnthonyR pour le témoignage!

      J’envisageais peut être tester WealthSimple. Dans l’affirmative, je te contacterai pour que tu me parraines!

      J’ai justement lu un article sur le sujet ce matin dans Les Affaires Plus. Même si les robot-conseillers restent marginaux, ils prennent de l’ampleur rapidement. D’ailleurs, toutes les grandes banques se lancent dans ce nouveau modèle d’affaires. C’est moins profitable pour ces dernières, mais elles n’ont pas vraiment le choix.

      Au Canada, les robot-conseillers ont l’obligation d’avoir un conseiller (humain) attitré à chaque client. Par curiosité, est-ce que tu as parlé à quelqu’un au moment d’ouvrir ton compte? Comment ça s’est passé?

      1. Pas de problème, ça me fait plaisir de partager cette expérience ! Qui sait, c’est peut-être ça qui va me conduire à la liberté financière ? 🙂

        Sinon, oui, laisse moi savoir si jamais tu veux tester Wealthsimple. Ça me fera plaisir de te parrainer.

        Je suis d’accord avec toi que ce type de société semble devenir de plus en plus populaire. Il y a peu de temps, j’ai vu sur leur compte Twitter que Justin Trudeau était même venu visiter leurs bureaux. Par contre, quand j’ai parlé de Wealthsimple à ma banque (je suis chez Desjardins), il m’ont dit qu’il n’avait jamais entendu parler de cette compagnie… (si c’est vrai, je m’inquiète un peu pour eux car il me semble qu’une banque se doit de connaître un minimum la concurrence).

        Est-ce que tu aurais le lien de l’article dont tu parles dans les Affaires Plus ? Je serais curieux de voir ce qu’ils disent 🙂

        Pour répondre à ta question sur les conseillers humains chez Wealthsimple, j’ai reçu plusieurs courriel une fois que je me suis inscrit sur le site pour me dire que je pouvais à tout moment parler à un conseiller au téléphone ou bien envoyer un courriel (il y avait probablement aussi l’option de « chatter » en direct avec un conseiller mais je ne suis plus sûr à 100%) si jamais on voulait de l’aide ou des conseils pour ouvrir un compte (REER, CELI, REEE, compte personnel, compte conjoint, etc.) . Bref, il y avait du soutien si on voulait.

        Pour ma part, j’ai un peu tout voulu faire tout seul car j’avais pris la décision de m’inscrire (j’avais lu toutes les infos sur leur site – peut-être un peu vite), je démarrais avec une petite somme (donc je me sentais un peu ridicule d’appeler un conseiller pour placer ~$2,000) et je voulais commencer à épargner au plus vite. J’ai juste échangé plusieurs e-mails au départ car il y a eu un peu de délai pour établir mon prélèvement automatique avec ma banque (je suppose que les institutions bancaires ne doivent pas leur faciliter la tâche) et pour le transfert de mon CELI. Leur service à la clientèle est très réactif. Plus tard, j’ai eu au téléphone le gestionnaire de portefeuille Québec de Wealthsimple basé à Montréal (Joseph Kindarji) pour faire annuler mon transfert de CELI. Tout s’est très bien passé, il a été efficace, a répondu à mes questions et il n’a pas essayé de me « vendre » autre chose.

        En tout cas, pour le moment, je suis très satisfait de cette compagnie. J’aime bien leur app aussi. Laisse-moi savoir si tu as d’autres questions par rapport à mon expérience avec eux…

        1. Je trouve ça inquiétant que les employés d’une banque ne soient pas au fait de WealthSimple. Les robot-conseillers représentent non seulement la concurrence, mais un changement important qui s’opère dans l’industrie. J’ai l’impression que certains sont dépassés par les événements!

          L’article que j’ai lu se retrouve dans la version papier Les Affaires Plus. Je pense qu’elle est disponible dans la plupart des bibliothèques municipales.

          Merci beaucoup d’avoir partagé ton expérience. Ça semble prometteur comme service! Dans tous les cas, c’est certainement une alternative intéressantes aux grandes banques. Je t’envoie un courriel pour obtenir ton code de référencement.

          Merci Anthony! À très bientôt!

  10. Concernant Questrade, personnellement je transige sur leur plateforme depuis 2-3 ans et je suis assez satisfait dans l’ensemble. Aucun problème au niveau des retraits ou dépôts et le service à la clientèle est quand même très accessible et soucieux de régler le problème ou répondre à tes questions.

    Je transige cad et parfois us et j’essaie le plus possible d’utiliser le Norbert’s gambit mais cela peut prendre plusieurs jours ouvrables à compléter (3 à 5 de mémoire) et il m’est arrivé d’avoir des opportunités à saisir et de ne pas pouvoir attendre. Je ne me rappelle plus les détails précisément mais c’est quelque chose comme 2% in and out alors ça peut coûter cher mais je ne crois pas que ce soit très différent sur une autre plate-forme à situation égale.

  11. Je me pose toujours une questions sur le décaissement.
    Jai un peu peur par rapport au courtage en ligne rendu au moment de la retraite, si on a toutes nos économies dans des FNB par exemple… est ce que on peut tout simplement vendre le tout en une transaction et transférer ailleurs ou si vous faites simplement des retraits occasionnels en vendant peu a peu les parts. Car dans mon cas, avec questrade,( jutilise la stratégie de canadian couch potato entre autres) l achat de fnb est gratuit mais la vente est de 4.95 min(1 cents par action) et 9.95 max par transaction . Ce qui pourrait couter cher si on fait des retraits plusieurs fois dans l’année.

    Merci de m’éclairer sur votre stratégie à cet égard, car jai un peu d inquiétude avant de mettre la majorité de mes économies dans mon compte.

    1. Je voudrais préciser en fait. Mon inquiétude est par rapport aux frais liés à la vente des actions qui améne des frais… et après 10…15…20 ans, la quantité sera astronomique et donc très difficile à liquider d’un coup. Je suis un peu inquiet sur la stratégie utilisée poiur sortir tout cet argent sans se faire bouffer en frais de vente

      1. Ne t’en fais pas avec les frais de transactions. Il est normal d’en payer un peu. Avec tous les courtiers à rabais qui se font la guerre des prix, ça coûte déjà beaucoup moins cher que ça coûtait il n’y pas si longtemps.

        Tout dépend dans quoi tu investis mais si c’est des FNB et que tu as des frais limités à 9,95$…si tu retires 10 000$ par mois, ça te coûtera 120$ pour retirer 120 000$ –> 0,001%. Et si tu as des problèmes à liquider tes FNB parce que les positions sont trop grosses…c’est que tu auras ÉNORMÉMENT d’argent et les frais de transaction vont te passer 20 000 pieds au dessus de la tête.

        1. Bonjour Librocito,

          Pour nous non-plus, les frais de transaction ne sont vraiment pas une source d’inquiétude. Notre stratégie de décaissement n’est pas encore complètement définie, mais théoriquement, si nous vendions des FNB à chaque trois mois, ça nous couterait moins de 10$. Le nerf de la guerre est plutôt au niveau fiscal. Commment décaisser des placements (gains en capital) en minimisant les impôts sur le revenu à payer? Faut-il commencer par retirer les CELI, les REER ou les actions du compte régulier? Jécrirai un article sur le sujet quand j’aurai une stratégie plus précise.

          Merci pour la question! J’espère y avoir répondu. Au plaisir!

          1. Merci mes petits loups!
            ça me rassure, je vais donc transférer tous mes investissements dans un celi et un reer.
            quant à la stratégie… ce que j’ai reçu comme avis de personnes ayant utilisé ces 2 véhicules, c’est d’utiliser les celi jusqu à ce qu ils soient vides pour retarder le plus possible le paiement d impôt sur reer et même de s en garder de cote afin de réduire les retraits…

            je ne sais vraiment pas si c est si avantageux, je dis simplement ce qu’on m’a suggéré rendu à ce moment.

            Merci de votre aide.
            je refresh ton site à chaque 5 minutes en attendant ton prochain article haha

          2. Salut Librocito!

            Je te conseille de t’inscrire à l’infolettre (en haut de la page). Tu seras le premier informé d’un nouvel article. 🙂

            En passant, tu as maintenant le statut de contributeur « all-star ». Merci!

            J’organise un pique-nique prochainement. J’espère que tu pourras y être. Les détails suivront cette semaine.

            À plus!

          3. eh bien merci, c ‘est bien la première fois que je suis all-star haha. Pour le pique-nique, je vais voir ce que je peux faire avec la date mais je ne peux rien garantir vu mon horaire de travail ça tombe un peu mal. Mais je confirmerai dès que possible.

  12. Cet article est le plus complet est le plus clair que j’ai trouvé en ce qui a trait à la bourse. Je suis parmi les debutantes dans ce domaine et ton article de référence me guide beaucoup. MERCI! 🙂

    Je sais que tu vas faire un article bientôt, mais je pose la question quand même: Est-ce que les rendements des CELI et REER compte dans la limite annuelle?

    Par exemple, je place 5 000$ dans mon CELI, puis celui-ci fait un super bon rendement et vaut 7 000$ à la fin de l’année. Mais la limite d’investissement dans le CELI est de 5 500$. Est-ce que je vais devoir payer de la pénalité pour le 1 500$ supplémentaire?

     »tout moment dans l’année, si vous cotisez plus que vos droits de cotisation à un CELI, nous considérons que vous avez un montant excédentaire dans votre CELI et vous devez donc payer un impôt égal à 1 % de l’excédent le plus élevé pour le mois, pour chaque mois où l’excédent demeura dans votre compte. »
    Source: https://www.canada.ca/fr/agence-revenu/services/impot/particuliers/sujets/compte-epargne-libre-impot/cotisations.html

    Et le REER? Si à la fin de l’année mon REER vaut plus de 18% de mon revenue à cause des rendements, dois-je payer une pénalité?

    Merci! 😀

    1. Bonjour Petite retraitée,

      Merci pour les bons mots! J’écrirai la suite de cet article prochainement.

      Pour répondre à ta question, les rendements des CELI est des REER ne comptent pas dans la limite annuelle. Seulement le montant investi initialement compte. C’est pour cette raison que certains investisseurs ultra-agressifs se retrouvent aujourd’hui avec un montant de 600 000$ dans leur compte CELI.

      Par contre, il est vraiment important de ne pas dépasser le montant défini par le gouvernement au moment de la cotisation. J’ai déjà cotisé plus de 18% dans mes REER et j’ai regretté (paperasse, bureaucratie et pénalité potentielle).

      Aussi, je pense que le gouvernement nous donne une marge de manoeuvre de 2 000$ sur l’ensemble de notre vie. Ainsi, tu peux dépasser le montant de cotisation de 2 000$. Ceci reste à être vérifié!

      Merci pour le commentaire! Bonne journée!

      1. Les CELI affichant des rendements « hors-norme » ($ 52,000 de dépôts menant à $ 600,000) ne sont plus considérés par le Fisc comme des comptes d’épargne libres d’impôt mais comme des comptes d’investissement actifs procurant un avantage au détenteur. Ces « excès » de rendement peuvent être taxés à 50% ou même 100% à la discrétion du Fisc… Des cas du genre ont été documentés et il faut bien faire attention à ce que l’on fait dans son CELI.
        Dans le cas du REER, le Fisc s’en fiche puisqu’il s’agit d’un compte à imposition différée, alors meilleur est votre rendement, plus le Fisc « salive » à la vue de votre performance extraordinaire !

  13. Bonjour! Merci pour ces articles qui vulgarisent si bien des l’info que je trouvais très complexe il n’y a pas si longtemps. J’ai pris mes finances en mains de puis quelques mois et je tente de parfaire mon QI financier à travers différentes lectures.

    J’ai ouvert un compte géré avec Questrade, mais je suis en processus de transférer les fonds dans un compte auto-géré et d’appliquer un modèle de ETF/FNB indexés proposé sur Couchpoatato. J’avais cédulé des dépôts automatiques que je comptais garder pour le compte autogéré. Par contre je lis à plusieurs endroits que si on a moins de 50 000$ de fonds et qu’on dépose de petits montants régulièrement, les ETF ne sont pas une bonne stratégie à cause des commissions, que le TD E-series ou compte d’investissement Tangerine seraient de meilleures options. Sauf que, tel que tu le mentionnais dans cet article, à Questrade, les transactions pour des FNB canadiens (en fait, Nord Américain selon leur FAQ) ne prennent pas de commissions.

    Par contre, je veux acheter des FNB avec mes montants automatiquement déposés tous les mois, seulement ceux qui sont des FNB nord-américains seraient ‘commission free’? Comment savoir ceux qui sont Nord-Américains? Certain portent la mention Canada ou US, mais d’autres non. Dans le modèle couch potato sur lequel je compte me baser ici > https://cdn.canadianportfoliomanagerblog.com/wp-content/uploads/2017/07/CPM-Model-ETF-Portfolios-TFSA-RESP-2017-06-30.pdf , y a -t-il des FNB qui ne sont pas Nord-Américain.

    Merci de m’éclairer, toi ou les précieux collaborateurs qui complètent souvent l’info! 🙂

    Merci!

    1. CORRECTION – Je réalise que pas de commission n’égale pas pas de frais de transactions! Donc il ne serait pas avantageux pour moi de faire de petits achats tous les mois dans cette optique… Je serais mieux de cotiser une plus grande sommes, quelques fois par année alors?

      1. Salut Alexandra,

        Le portefeuille modèle proposé par Couch Potato (voir ici) contient un FNB canadien et un autre pour le « reste du monde ». Certes, il existe des FNB qui excluent les actions d’entreprises nord-américaines. Par exemple, Vanguard offre le VIU et iShare offre le XEF. Il y en a plusieurs autres…

        Pour ma part, je vise une diversification géographique sur trois FNB (1/3 Canada, 1/3 U.S et 1/3 reste du monde). Ainsi, j’envisage investir dans un fonds strictement canadien, un autre strictement U.S. et un autre pour le reste du monde (excluant l’Amérique du Nord). Cependant, je ne suis pas planificateur financier, alors je ne peux pas légalement vous conseiller.

        Pour ce qui est des frais de transaction, si vous faites le courtage en ligne vous-même, vous devrez débourser 5-20$ chaque fois que vous faites l’achat d’un fonds. Ainsi, c’est préférable de le faire quand les sommes sont plus considérables. Néanmoins, je crois que plusieurs robot-conseillers (ex: WealthSimple) proposent le retrait automatique mensuel sans frais additionnels. Vous payez donc environ 0.5% pour les services du robot, mais vous n’avez pas à payer à chaque transaction.

        J’espère que ça répond à vos questions. J’invite quand même les lecteurs à compléter les informations au besoin.

        Merci! Au plaisir!

      2. D’abord bravo à vous et au jeune retraité pour cet article.
        Je suis aussi chez Questrade et je confirme que la règle du 50 000$ ne s’appliquent pas dans ce cas. Pas besoin de regrouper ses achats en lot de 100 actions ou d’attendre d’avoir des millier de $ à placer d’un coup.
        L’achat de FNB écchangé sur des places boursières nord américains sont gratuit, tel que ceux échangé sur le TSX (toronto) et ce même si les fnb en question reflète un indice étranger ou mondial tel que XEF par exemple.
        Je fais des achats aux deux semaines. Je rebalance continuellement par les achats. Il m’est arrivé d’acheter 2 actions d’un titre à 12$ seulement, toujours sans commission. Il y a toujours le spread à payer, mais sur des titres tel que xef, vcn, vab etc il est minime.
        Transiger sois même sur la bourse demande un peu de connaissance au début pour faire le saut. Il n’y a rien de compliqué, c’est plus facile que sur ebay ;-). Mais je me dit que ça vaut la peine de commencer dès que possible à prendre de bonnes habitudes.

        Le livre the value of simple explique bien la mécanique de l’investissement pour les canadiens.

        1. Merci Ckrunch de dédramatiser le monde de la bourse!

          Évidemment, les conseillers financiers jouent sur la peur pour éviter de nous perdre comme client. Aussi, dans la culture populaire on dit « jouer à la bourse », comme s’il s’agissait de « gambling ». En fait, ce n’est pas de la science nucléaire! Comme vous dites, la procédure est plus simple que plusieurs applications/jeux que les gens utilisent déjà. Il suffit de se renseigner et expérimenter graduellement.

          Merci pour la contribution! À très bientôt!

  14. Excellent exercice de vulgarisation sur la bourse merci!

    J’aimerais avoir si c’est possible d’avoir vôtre opinion sur les gestionnaires de porte-feuille privé Québécois comme Cote 100, Giverny Capital, Fond Barrage (40% de rendement en 2016 je crois), groupe Médici, etc.. Effectivement, depuis 2008, ces gestionnaires vont battre régulièrement les indices (rendement moyen de 12% depuis 2008) et certains ont des frais de gestion de 1% et demande un minimum de $50K comme montant de départ. Merci à l’avance.

    1. Bonjour Dune,

      Je n’ai aucune expérience avec ces gestionnaires de portefeuille. Ainsi, je ne peux malheureusement pas me prononcer. Par contre, j’ai déjà fait affaire avec Nesbitt Burns. J’ai eu un très bon service, mais je crois en l’efficience des marchés. Je crois donc que même les meilleurs gestionnaires ne battent pas le marché à long terme.

      N’hésitez pas à revenir témoigner de vos expériences si vous faites affaire avec un gestionnaire. Je me trompe peut-être! Merci!

  15. Bonjour,

    Une autre question pour newbie.., Canadian Couch Potato recommande pour Vanguard des titres uniquement Canadien, quelle serai les désavantages de favorisé des titres Américain comme par exemple VOO qui est très populaire chez les « youtubers » financier Américain ? Est-ce une question de taux de change ?

    1. Re-bonjour Dune,

      Oui, c’est souvent une question de taux de change (usd – cdn). Si vos épargnes sont en dollars canadiens et que vous investissez dans des entreprises américaines, vous perdez au change.

      Ceci dit, il existe des fonds américains pour lesquels vous pouvez payer en dollars canadiens. Par exemple, le fonds Vanguard VUN permet d’investir dans le marché US sans convertir l’argent.

      J’espère que ça répond à votre question! Merci pour le commentaire!

  16. Merci pour cet article très instructif JR. En tant qu’environnementaliste, je souhaite me créer un portefeuille sans pétrole ou avec un minimum de pétrole. Bien sûr, cette contrainte est particulièrement difficile dans l’économie canadienne. Connais-tu une plateforme qui propose des FNB éthiques?

  17. Merci pour ces détails. J’ai toujours eu un portefeuille autogéré avec un planificateur financier. Quand j’ai entendu parlé des conseillers robots, j’ai voulu changé et diminuer mes frais de gestion sauf qu’on m’a donné l’argument que ces conseillers robots (ex wealthsimple) en diminuant leurs frais de gestion, ils ont un accèes limité aux produits finaciers qui ne rapportent pas grand (la plupart des temps des ETFs)? Si comme si oui tu dimuinues tes frais de gestion et aussi ton rendement. Je ne comprends rien à ce niveau. Quelqu’un peut nous éclairer là dessus. Merci

    1. Bonjour Noor,

      La plupart du temps, les robot-conseillers utilisent des FNB. Et, les FNB sont composés de milliers de titres d’entreprises. Ainsi, ils reflètent le rendement du marché dans son ensemble. Ce rendement est similaire à celui des fonds communs, sur le long terme. Je me méfierais donc sérieusement des planificateurs financiers qui disent pouvoir constamment battre le marché. Donc, à mon avis, cet argument ne tient pas la route.

      Cependant, il est vrai que les FNB ont une popularité jamais vue. Ainsi, certains craignent qu’une bulle se forme. À surveiller…

      Merci pour la question! Peut-être qu’un lecteur pourra compléter ma réponse…

  18. Bonjour,votre article était très intéressant ! Je me demandais a partir de quel montant (s’il y en a un) ça vaut la peine de commencer à investir en bourse. Plus je lis plus je me rend compte que mon argent « dort » dans mon compte en banque. On dit souvent que ça prend de l’argent pour faire de l’argent mais avez vous des trucs sinon pour avoir le « cash flow » de départ?

    1. Salut Mathieu,

      Il n’y a pas de montant minimum pour investir en bourse. Les frais de courtage en direct sont généralement de 10$ par transaction. Donc, vous pouvez acheter une action de Facebook à 175$ si vous voulez. Par contre, il faut pas mettre tout nos oeufs dans le même panier, il faut diversifier. Ainsi, il est préférable d’acheter plusieurs titres dans différentes régions géographiques et dans différents secteurs d’activités.

      D’où l’intérêt pour les FNB! Étant donné que chacun de ces fonds comporte des centaines d’entreprises, il est moins coûteux de se monter un portefeuille diversifié. Par exemple, dans mon cas, j’investis dans un FNB constitué de titres canadiens, un autre constitué de titres américains et un autre comprenant le reste du monde. Donc, avec seulement trois fonds, j’obtiens une diversification géographique.

      Sinon, les robot-conseillers, tel que WealthSimple, premettent d’établir un prélévement automatique chaque mois. Moyennant des frais de 0.5%, le robot s’occupe de placer votre argent dans les fonds, de diversifer les placements et de rééquilibrer votre portefeuille. Je n’ai jamais utilisé de telles plateformes, mais certains lecteurs disent en être satisfaits.

      Merci pour la question! Peut-être que certains lecteurs pourront compléter ma réponse…

  19. Bonjour,

    Investir dans les fonds indiciels me paraît comme étant la solution logique. J’ai moi-même la majorité de mon porte-feuille avec Tangerine, et je migre tranquillement vers WealthSimple. Très peu de frais de gestion, facile à gérer, et la majorité des conseillers financiers ne peuvent effectivement pas battre le marché année année après année.

    Cependant, la bourse n’est pas qu’une question de probabilités. Des connaissances de l’économie du pays et de l’économie mondiale, des grands enjeux politiques, des décisions des grandes entreprises, etc, peuvent aider à prévoir les marchés.

    J’ai entendu parler de la firme Giverny, ils battent le marché année aprèes année depuis 1993. Qu’en pensez-vous ? Est-il vraiment impossible de ne pas battre le marché ? C’est un exemple parmi d’autres, j’imagine. J’aimerais bien connaître la réflexion qui vous a poussé vers les fonds indiciels versus une firme de placement qui a fait ses preuves.

    http://www.givernycapital.com/fr/doc/61/Rendements-Rochon-global.pdf

    1. Bonjour Magali,

      Je n’ai pas légalement le droit de vous conseiller. Alors, il en revient à vous de choisir l’avenue qui correspond la mieux à votre profil d’investisseur et à vos objectifs.

      Je connais Giverny de nom. Je crois que le fondateur, François Rochon, avait une chronique dans The Gazette. Je n’ai malheureusement jamais utilisé leurs services. Or, il n’est pas impossible de battre le marché, surtout sur une courte période. Il faut par contre tenir compte les frais de transaction et de gestion demandés. Aussi, la firme requiert peut-être un montant minimum pour avoir accès à ses services.

      Giverny présente un très bel historique, mais il faut garder en tête que ce n’est pas une garantie pour le futur.

      Merci de revenir témoigner de votre expérience si vous décidez de faire affaires avec eux. Ça m’intéresse!

      1. Merci beaucoup de votre réponse. Je vous ferai part de mon expérience si je décide d’aller de l’avant avec Giverny. Bonne soirée !

  20. Bonjour Jean-Sebastien! Je viens de terminer la lecture de vos articles et je dois dire que vous me motivez encore plus à acquérir mon indépendance financière. Étant encore relativement jeune et aux études (21 ans et en voie de commencer son MBA l’année prochaine), l’objectif semble encore loin, mais facilement atteignable avec de la motivation! J’aimerais cependant avoir votre avis sur les stratégies de placement. Comme j’ai pu constater suite à la lecture de vos articles sur l’investissement, vous privilégiez beaucoup les FNB aux autres produits de placement à cause de leurs faibles frais de gestion et vous semblez être plus réticent face aux fonds communs investis à l’aide d’un conseiller financier. Cependant, que pensez vous des fonds communs investis à l’aide de plateforme de courtage en ligne qui diminuent considérablement les frais de gestion? En investissant dans des fonds commun de série D (directement en ligne) plutôt que A (avec conseiller) les frais peuvent souvent se réduire de moitié pour tourner autour de 1%. J’aimerais avoir votre avis sur cette situation. Merci beaucoup et continuez votre bon travail! J’espère pouvoir vous rencontrer un jour et échanger sur votre expérience.

    1. Bonjour Joel,

      Merci beaucoup pour les bons mots! J’apprécie!

      J’ai aussi fait le MBA. Je pense que ça a contribué à l’atteinte de mon objectif, même malgré l’année sans salaire.

      Je n’ai pas le droit de vous dire où placer votre argent. Par contre, je trouve que les frais de gestion de 1% sont relativement acceptables. Par exemple, même en utilisant un robot-conseiller, tel que WealthSimple, les frais sont d’environ 0.7%. Ceci dit, je n’ai jamais investi dans de tels fonds, alors je ne connais pas leurs rendements, ni leurs compositions. De plus, j’imagine que vous n’avez pas une fortune à investir pour le moment. À votre âge, l’important est d’investir plutôt que de dépenser. Vous avez le temps d’optimiser votre portefeuille graduellement.

      J’espère bien avoir l’occasion de vous rencontrer. À bientôt!

  21. Bonjour, je n’ai aucune expérience en bourse et je désire investir a risque dans seulement un titre que je regarde activement depuis quelques mois. Est ce possible de le faire avec Wealthsimple? ou c’est seulement pour investir dans les FNB?
    sinon avec quelle plateforme ou institution je doit m’y prendre
    P.S J’ai vraiment apprécié vous lire!

    1. Salut Le rider,

      Désolé pour le délai de réponse, je suis actuellement en voyage.

      À ma connaissance, WealthSimple ne permet pas d’investir dans un titre spécifique. Les robot-conseillers sont basés sur des FNB.

      Une plateforme de courtage en ligne vous permettra plus de flexibilité. Toutes les grandes banques offrent une telle plateforme. Personellement, j’utilise BMO Ligne d’action. Vous pouvez faire vos recherches, mais peut-être utiliser votre banque comme point de départ. Dans tout les cas, l’institution choisie vous assistera dans le processus d’ouverture de compte.

      Par ailleurs, je n’ai pas le droit de vous conseiller, mais j’imagine que vous êtes conscient du fait qu’investir dans un seul titre est extrêmement risqué. La diversification protegerait mieux vos actifs.

      Merci, à bientôt!

  22. Très bon article! Merci!

    Je me suis récemment lancé dans le courtage en ligne avec l’intention de ne pas me casser la tête mais je me retrouve bien embêté parce qu’il y a plusieurs FNB ; certains suivent le marché américain, d’autres suivent le marché canadien, certains doublent un certain marché, etc. Bref, je me demandais s,il existait une ressource qui fait état des différents FNB disponibles et de leurs caractéristiques. Je connais Vanguard mais quand je vais sur leur site internet, je me sens comme quand je lis un livre en cantonnais, c’est plutôt rébarbatif. Y aurait-il un blogueur ou un site internet qui vulgariserait les différentes caractéristiques des FNB?

    Merci!

    Pierre Lanteigne

    1. Bonjour Pierre,

      C’est effectivement la « jungle » dans le monde des FNB.

      Pour diversifier mon portefeuille, j’envisage placer mes fonds en partie au Canada, en partie aux É-U et en partie dans le reste du monde (hors Canada et hors É-U). J’écrirai d’ailleurs un article quand ça sera fait. Entre temps, je vous invite à consulter les « model portfolio » sur le blogue de Canadian Couch Potato.

      J’invite les lecteurs à nous informer s’ils connaissent d’autres sources d’info.

      Merci, au plaisir d’échanger avec vous!

  23. J’ai aussi lu jusqu’au bout et j’ai même pris des notes tout au long de ma lecture :). C’est un article très instructif et qui répond bien à son objectif de vulgariser aux néophytes (ce que je suis) l’investissement boursier. Je suis également un fan de CCP et de son assez récent podcast que je recommande d’ailleurs pour ceux n’ayant pas de problème avec la langue de Shakespeare. À ce point, et même si notre bas de laine n’est pas des plus imposants, ma conjointe et moi-même virons notre conseillère financière nous coûtant à elle seule 0,5% (de son propre aveu) pour prendre une part active dans notre avenir financier. Nous sommes bien sûr aussi d’accord que c’est d’abord en augmentant nos revenus ainsi qu’en se donnant une discipline d’épargne ambitieuse que nous atteindrons notre objectif d’indépendance financière.

    Question, avez-vous aussi investi en immobilier? Je vous demande, car le retour sur investissement dans ce secteur peut être assez avantageux à ceux se formant bien dans le domaine.

    Merci

    1. Merci beaucoup Yoan!

      Bravo de prendre vos finances en main!

      Pour ce qui est de l’immobilier, j’écrirai prochainement un article sur le sujet. C’est une question qui revient souvent et je veux faire une recherche car mes connaissances/expériences sont limitées. Restez à l’affût!

      Merci de participer à la discussion. Bonne journée!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *