La retraite jeune

Vers la retraite à 40 ans

À quel âge pensez-vous prendre votre retraite? La plupart répondront « à 65 ans, si je suis chanceux ». Je vous répondrai « à 40 ans, si je suis malchanceux ». En fait, nous vivons dans un système où les finances personnelles nous sont enseignées par des conseillers financiers (qui sont en réalité des vendeurs à commission) et dans lequel nous suivons un chemin qui nous semble être tracé d’avance. La croyance populaire veut qu’on doive être multimillionnaire ou qu’on doive posséder un fond de pension blindé pour prendre une retraite avant 50 ans. Ce n’est pas du tout le cas. Il existe une multitude de façons d’atteindre l’indépendance financière à un jeune âge, et ce même en faisant un salaire moyen.

Ce blogue a pour but de documenter mon périple vers la retraite à 42 40 39 ans et de partager mes apprentissages avec ceux qui ont des aspirations similaires.

Lire mon histoire

10 commentaires

  1. Bonjour a vous deux j’ai regardé l’emission de ce matin salut bonjour et ca ma beaucoup interpeller, parce que nous sommes nous aussi de jeune retraité . Moi pour ma part j’ai arreter a 40 ans et j’ai presentemment 47 ans et ma conjointe viens de faire comme moi a 39 ans donc quand je vois d’autre personne comme vous qui arrive a leur but, on est tres heureux pour vous, comme vous l’avez expliqué meme avec un salaire tres moyen mais avec de l’investissement et de la discipline on vient toujours par y arriver. Pour nous c’etait un reve de jeunesse qui c’est realiser, mais il y a des journee qu’on sens qu’il y a une certaine jalousie autour de nous, on passe presque pour des extra terreste parce que on a arreté jeune, alors quand on voit d’autre personne comme vous on en est tres fier et on va continuer de vous suivre car on adore les gens qui reussise leur objectif felicitation et surtout ne lacher pas on vous encourage. Merci de nous avoir donner ce reportage
    Marc et Joelle

    1. Merci Marc! Votre commentaire me donne des frissons. C’est très inspirant.

      J’écris un blog pour informer les gens de l’accessibilité de la liberté financière et pour rencontrer des gens comme vous. Avec votre accord, je vous contacterai si j’ai des incertitudes face à ma retraite. Au plaisir de rester en contact. Bonne retraite! 🙂

  2. Bonjour ! Je préfère taire mon nom, mais je suis un étudiant universitaire de 22 ans. En ayant lu le best-seller de Pierre-Yves McSween et en ayant tombé sur votre blogue, je change progressivement ma mentalité (ça change ma vie en fait!), et je tente de mettre en place un plan concret pour me permettre de vivre mon rêve: faire de la chanson de façon professionnelle (enregistrement et production d’albums, spectacles, festivals…). Pour l’instant, je me contente d’étudier à l’Université pour augmenter ma « valeur marchande » et tout faire en sorte pour débuter sur le marché du travail avec une rémunération intéressante (50K$). Je trouve ça difficile de ne pas vivre au-dessus de mes moyens en tant qu’étudiant. Mais je dégage des surplus depuis septembre avec ma petite « jobbine »; maigres, mais réels. Je suis d’ailleurs en discussion avec des conseillers financiers ces temps-ci pour faire mes premiers investissements. Bref, je vais continuer de vous suivre et je salue votre courage et audace; c’est peut-être un hasard, mais de plus en plus, les gens qui m’inspirent et que j’admire ont votre âge (trente ans et plus!). J’avais cependant une question précise: quand vous dites que « ma richesse se mesure en années de retraite que je peux me payer », comment calculez-vous cela? Je ne comprends pas l’outil que vous avez mis en ligne. Dans la mesure où l’on ne peut pas vivre complètement selon nos dépenses avant l’atteinte de notre objectif, autrement qu’en grugeant notre capital épargné. Je comprends le fait que l’on peut être indépendant plus tôt en maximisant le taux d’épargne, mais pour le petit indicateur- «tape dans le dos » (années de retraite payables), je ne suis pas sûr de comprendre. Merci de m’éclairer et à bientôt! Jeune Épargnant

    1. Salut Jeune épargnant,

      Merci pour les bons mots! Ça fait grandement plaisir à entendre!

      Pour répondre à ta question, au début de mon parcours vers la retraite, je mesurais ma liberté en mois/années d’indépendance financière. Par exemple, si une année de dépenses était disons de 20k$, je savais qu’avec 10k$ j’avais 6 mois de liberté. Ainsi, je pouvais dire « j’ai X mois/années de liberté ».

      Par contre, comme tu le soulignes, le réel objectif est de vivre de ses rendements, sans toucher au capital. Alors, depuis quelques années j’utilise l’outil suivant: https://networthify.com/calculator/earlyretirement?income=50000&initialBalance=0&expenses=20000&annualPct=5&withdrawalRate=4

      Il te suffira de compléter les champs pour savoir dans combien d’années tu sera libre financièrement. Je pense que c’est un bon indicateur de ta progression vers ton objectif.

      Stp laisse-moi savoir si tu as des questions.

      Je te souhaite de réaliser ton rêve! Bon courage!

  3. Bonjour,
    J’ai 45 ans et ma conjointe en a 43, nous avons très bien réussi en affaire (surtout dans les 5 dernières années), Nous sommes multimillionnaire et dépensons très peu malgré notre richesse, Nous avons investis en immobilier, en terrain (érablière à Bromont) et à la bourse. Nous avons 4 enfants de 13 à 19 ans et nous avons toujours prévu prendre notre retraite des qu’ils seraient tous majeur… Seulement voila! depuis quelques semaines, je me dit pourquoi pas plus tôt! pourquoi pas maintenant. Je suis tomber sur ton site et sincèrement, ça m’a virer en envers, tout est tellement vrai, surconsommation, argent=tabou, garder notre richesse secrète pour éviter le jugement des autres… j’ai envie de faire le saut, de lâcher l’entreprise qui nous à tant réussi, pour ne plus avoir cette pression et tout ce stress. Pourquoi pas, j’en ai les moyens, la santé et j’ai toute la vie devant moi. J’ai une planification financière de faite nous garantissant 100K par année (si on arrête dans 5 ans) pendant 47 ans. Je suis sur que malgré le fait qu’on à plein de projet pour notre érablière et qu’on veux faire 2-3 voyages par année, nous n’aurions pas besoin d’autant d’argent pour bien vivre alors à quoi bon continué à souffrir (car c’est vraiment le mot) encore 5 ans. Sincèrement, juste de pouvoir parler de ma réussite et ma richesse avec quelques sans avoir peur des regards, ça fait un bien fou… c’est fou hen!

    1. Bonjour Sylvain,

      Bienvenue dans la communauté!

      Votre témoignage est magnifique!

      Énormément de Québécois expliquent leur précarité financière par le fait d’avoir des enfants. Or, vous en avez quatre. En plus, ils sont tous dans l’adolescence. Vous avez encore plus de mérite pour votre réussite financière!

      J’ai eu un petit frisson en lisant votre commentaire parce que j’ai vécu une émotion similaire il y a quelques années. Je pensais être seul au monde, personne de mon entourage ne voulaient entendre parler de mon projet de retraite. Je devais pratiquement cacher mes ambitions financières. Et, c’est seulement quand j’ai découvert les blogues américains sur le sujet que j’ai réalisé que mon projet était réalisable.

      Si j’avais écouté mon conseiller financier, je ne serais pas libre aujourd’hui.

      Avec plusieurs millions en banque, vous ne devriez plus avoir à souffrir de la sorte. En tout cas, je vous souhaite la liberté et la santé pour profiter au maximum des 47 prochaines années! 😉

      Merci de revenir témoigner de votre parcours. La suite m’intéresse!

      1. Bonjour jeune retraité,

        Tu as raison concernant les conseiller financier, j’ai beau avoir la chance d’être bien entouré de ce coté en étant dans la gestion privé, jamais ils ne m’on conseiller d’arrêter pour profité de la vie, cela n’est pas dans leur option car ils veulent avant tout que tu place le plus d’argent possible avec eux (pour cette raison, je vois bien qu’il est pas d’accord avec moi quand j’investi dans l’immobilier ;-). C’est sur que les avantages sont interessantes car on ne paye plus aucun frais bancaire, les cartes de crédit sont très, très avantageuse, surtout pour les voyageur, les frais de gestion sont très bas comparé aux autres courtiers mais je suis sur que si j’aurais été avec un conseiller indépendant qui m’a pas d’intérêt à placer mon argent (un genre de conseiller qui n’est pas payé au %, je sais pas si cela existe…) il m’aurait surement suggérer la possibilité de ralentir avant de faire un burnout!!! mais bon, c’est du passé, après quelques semaines, je vois par moi même toute les possibilités que ma nouvelle vie pourrait m’apporter et je compte bien en profité au maximum…
        Merci pour ton message, c’est vrai que c’est pas facile d’avoir des enfants, encore moins 4 et encore moins dans l’adolescence lol. et bravo pour votre 1er année de retraite, vous faite parti du .001% de la population qui avez ouvert les yeux, c’est tout à votre honneur mais nous savons toi et moi que ça va prendre plusieurs génération avant que les mentalité change, notre système est tellement fort pour garder ses moutons dans l’enclos!!!

        Au plaisir de se reparler,

        1. Rebonjour Sylvain,

          Il faut garder en tête que personne ne souhaite votre liberté. J’ai d’ailleurs écrit un article sur le sujet:

          Personne ne souhaite votre liberté!

          Les conseillers financiers, les courtiers immobiliers, les gouvernements et toutes les entreprises n’ont aucun avantage à vous voir heureux. Ils veulent votre $$$, point final. Donc, leurs conseils ne mènent pas à la liberté, ni au bonheur.

          Bravo encore pour votre parcours!

          Au plaisir!

  4. Bonjour Jeune Retraité,

    Malheureusement pour moi, je n’ai découvert cette notion de liberté financière, ou être en retraite précoce, comme vous dites au Québec, qu’il y a très peu de mois…
    Du coup, je commence mon bout de chemin maintenant. Je n’ai sûrement pas fait les choses dans le bon ordre car j’ai lâché mon boulot qui m’apportait une sécurité financière, avant d’avoir mis assez de côté pour vivre une vie de nomade digitale. Mais ce boulot ne m’apportait tellement peu de choses par rapport au sens de la vie, que j’ai fait une pause pour faire une mission humanitaire. Après celle-ci, tout a commencé à se mettre en place.
    Je crois qu’à présent je sais que j’aimerais rendre à la Société ce qu’elle m’a donnée. Mais pas simple quand on repart de zéro.

    Alors votre blog me redonne de l’espoir et vos 2 histoires sont tellement inspirantes !
    Je vais prendre le temps de bien vous lire attentivement, suivre pas à pas vos méthodes, pour à mon tour pouvoir vivre de ma passion et apporter ma contribution au monde.

    Un grand merci à vous 2 de partager vos exemples 🙂

    Sandra

    1. Bonjour Sandra,

      Ça me fait plaisir de faire votre connaissance.

      Merci pour les bons mots! Je passe le message à Van-Anh.

      Je suis certain que le choix de quitter votre emploi était le bon. Parfois, il faut juste faire le saut et avoir confiance en la vie.

      D’ailleurs, c’est un peu mon regret. Avec le recul, je réalise que je suis resté dans le monde corpo un peu à cause de la peur. J’aurais pu me lancer dans un projet d’entreprise ou devenir nomade numérique comme vous.

      Quand on peut vivre avec un petit budget, toutes les portes s’ouvrent. On peut vivre ses passions sans que l’argent ne soit une contrainte importante.

      Au plaisir de connaître la suite de votre histoire!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *