Ah, si j'étais riche

Ah, si j’étais riche!

Au Québec, on parle de finance du bout des lèvres. Par contre, quand quelqu’un lance le sujet « ah, si j’étais riche… », les yeux s’illuminent et les langues se délient. On entretien des fantasmes tellement grandioses de la vie qu’on mènerait si l’argent était illimité. On s’imagine vivant dans une maison démesurée, tellement grande qu’on pourrait s’y perdre, ou conduisant une voiture exotique différente chaque jour de la semaine. Les pubs de Loto-Québec nourrissent d’ailleurs très bien ce monde imaginaire. Certes, avez-vous déjà pensé à quoi ressemblerait votre quotidien si le montant dans votre compte bancaire était soudainement dans les 7 chiffres?

Chameaux et polygamie

Nous sommes de retour d’un voyage exceptionnel en Jordanie, en Palestine et en Israël. Certaines rencontres nous ont vraiment marquées, notamment celle avec les Bédouins. Ce peuple traditionnellement nomade vivant dans le désert de Jordanie nous a touché droit au coeur.

Étant donné que j’adore découvrir un peuple à travers le spectre financier, j’en ai profité pour poser LA question qui nous fait tous rêver, « que feriez-vous si vous étiez riche? ».

La richesse dans le désert
Walid, un Bédouin dans la cinquantaine, s’est prêté au jeu. Ainsi, il m’expliqua que dans le désert, la richesse se mesure en chameaux (dromadaires) et non en argent. Ces derniers procurent une source de nourriture et constituent une excellente monnaie d’échange (ils valent en moyenne 1 500$). Selon Walid, avec 20 chameaux, on est riche.

Il précisa, « Si j’étais riche, je me ferais construire une grande tente dans le désert. Je pourrais ainsi inviter tout le monde pour le thé… Et, si j’étais encore plus riche, je me ferais construire une deuxième tente pour me permettre d’avoir une deuxième femme ».

Quelqu’un partage les mêmes ambitions?

Bateau et mégalomanie

En contraste, lors de notre passage à Tel Aviv, nous avons été témoins d’un vrai délire de riche. Le milliardaire russe, Andreï Melnitchenko, avait accosté son voilier de 143 mètres bien en vue. Ce monstre d’une valeur de plus de 600M$ requiert un équipage de 54 personnes ainsi que de 300 000$ de carburant pour faire le plein.

Lénine doit se retourner dans sa tombe!

Bateau de riche
Je vais faire de la psychologie à trois sous, mais, selon moi, seul un mégalomane peut désirer un tel joujou. Ça doit quand même gonfler l’égo de pouvoir dire « j’ai le plus gros ________ au monde ». Peu importe la cause de cette démesure, ça va à l’encontre de mes valeurs (et de ce que j’ai vu dans le monde).

Bungalow et modestie

À mon retour au pays, j’ai poursuivi mon petit sondage auprès des gens de mon entourage. Et, à ma grande surprise, personne ne m’a parlé de Rolls Royce Phantom, de yacht à Monaco ou de « grill » en diamants. Un peu à l’image de Walid, même en étant multimillionnaires, ils resteraient humbles et terre-à-terre. Certes, la polygamie ne fait pas partie des plans. 🙂

Outre la belle maison et l’auto allemande, il semble que mes amis n’aient pas d’ambitions extravagantes. Au-delà du matériel, la richesse leur permettrait de se libérer des dettes et d’éliminer les stress financiers. Aussi, ils aimeraient gâter leurs proches. C’est tout?

Je constate que la vie rêvée est bien loin de celle imaginée par les publicitaires de Loto-Québec. Surtout, elle est beaucoup plus accessible qu’ils aimeraient nous le faire croire.

Le respect pour l’argent

Moi non plus, je ne saurais pas quoi faire avec une telle fortune. Tous mes besoins matériels sont comblés. De plus, je n’aspire pas à me balader en sous-marin, à déféquer dans une toilette en or massif ou à manger des truffes trois fois par jour. J’ai accumulé de l’argent dans le but d’être libre et non pour m’emprisonner dans un monde superficiel de « bébelles » (lire l’article sur la richesse).

La position de Charles Sirois, entrepreneur milliardaire, résume bien ma pensée. Dans l’excellent documentaire Les grands moyens, il explique qu’il faut avoir du respect pour l’argent:

« J’étais à Paris et je vois dans la vitrine de la boutique Hermès un sac à main à 35 000 Euros. Je fais le calcul dans ma tête pour réaliser que ça représente deux ans de travail pour un salarié moyen… C’est un manque total de respect pour l’argent! »

À un certain point, la consommation ostentatoire devient indécente, même pour un milliardaire.

L'atelier de Joel Robuchon
À plus petite échelle, nous sommes allés manger à la table de Joël Robuchon avec des amis l’été dernier. C’était délicieux, mais l’élément le plus mémorable de la soirée fut malheureusement le montant de l’addition. Comment justifier un repas à 420$ (surtout sans boire une goute de vin)?

J’avoue avoir eu le sentiment de manquer de respect pour l’argent ce soir-là.

Par conséquent, j’aurais beaucoup de difficulté à brûler du pognon à la manière d’un parvenu. J’ai plutôt l’ADN d’un prolétaire (plus de détails)!

« Mo’ money, mo’ problems »

De l’aveu de Stephen Jarislowsky, investisseur milliardaire, la fortune est une prison dorée. La sécurité personnelle devient un enjeu, la perception des gens de l’entourage change et la gestion du patrimoine devient un job à temps plein.

Même donner sa fortune n’est pas simple. À quelle oeuvre de charité donner? Comment partager avec l’entourage sans créer des parasites? Comment diviser l’héritage? Comment éviter que ses enfants deviennent des prétentieux, sans substance, du genre rich kids of Instagram?

Un peu de luxe, ça ne fait pas de tort

Ceci dit, sans tomber dans l’excès, j’admets que j’apprécierais un peu plus de luxe en voyage. Par exemple, si j’étais riche, je voyagerais en première classe et je réserverais mon hôtel, le jour même, sans me soucier du prix.

Le mois que nous venons de passer au Proche-Orient nous a coûté 4 600$, tout inclus. Alors, vous devinez que nous n’avons pas fait la tournée des 5 étoiles. Certes, nous avons vécu comme les locaux.

Hotel modeste
Par ailleurs, la nuit où nous avons couché dans une suite au Hilton fut d’autant plus exceptionnelle.

En fin de compte, je pense qu’il est là le bonheur. Goûter au luxe en petites doses est le meilleur moyen de vraiment l’apprécier. L’exceptionnel doit rester exceptionnel. Dans un sens, nous sommes chanceux de ne pas tout avoir. Ça nous permet encore de rêver.

Quelles folies feriez-vous avec 10 millions de dollars?

53 commentaires

  1. Mille mercis de ton partage qui me rejoint tout à fait…
    Oui,
    Goûter au luxe en petites doses : oui… L’exceptionnel portant ses lettres de noblesse pour nous permettre de continuer à rêver : oui, oui… Respect de l’argent dûment gagné par son travail consciencieux qui enracine l’être : oui, oui, oui…
    MERCI BEAUCOUP JEAN-SÉBASTIEN

  2. Si j’avais 10 millions… je voudrais en investir une bonne partir pour créer une richesse qui continuerait de fructifier après ma mort et servirait à accomplir des projets de mes descendants. Quelque chose que personne pourrait dilapider d’un coup. Et avec l’autre partie, je me créerais des emplois de rêves pour les gens de mon village. J’ai été impressionnée par ce que M. Hershey a créé avec sa petite ville et j’aimerais bien laisser ma trace ainsi et si possible devenir un exemple de saine gestion!

    1. Salut Maryse,

      J’aime l’idée de donner au suivant et de distribuer la richesse. Au lieu d’être connu pour avoir le plus grand bateau au monde, tu changerais des vies. Pas mal!

      Te connaissant à travers ton blogue, je savais que tu n’étais pas du genre à acheter une lamborghini.

      Merci pour le commentaire!

  3. Bon retour à vous deux…… Avec 10 millions ?? De notre côté Talie et moi avons déjà planifier plein de chose pour aider notre entourage et surtout Donnez au prochain.
    Plein d’organisme on besoin des gens les plus nantis pour justement faire avancer les choses. Pour nous, très peu de chose… nous avons déjà tellement et nous apprécions chaque journée de nos vies. Le MOMENT PRÉSENT est dans notre société lorsqu’on le vie, quelque chose d’inestimable.

    1. Merci Claude!

      Nous sommes de retour pour mieux repartir. Vivement le soleil et la plage!

      C’est surprenant à quel point mes lecteurs sont humbles. Je ne crois pas que ce soit représentatif de la population en général. Il faudrait faire le même sondage dans le journal de Montréal!

      Merci pour la contribution. Meilleurs voeux pour 2018!

  4. Si j’étais riche… je voyagerais comme vous dans des hôtels de luxe, mais à petite dose. Mais surtout, je réaliserais le rêve que j’ai de me partir un petit café de quartier, bien simple et agréable. Ça me permettrait de pouvoir m’y consacrer sans soucis financier… C’est d’ailleurs quelque chose que j’ai bien l’intention de réaliser! Sinon, profiter de la vie, simplement. Je dépenserais plus pour vivre des expériences et non sur du matériel. En fait, je pense que le faite de devenir riche amplifie tout simplement notre personnalité. Si on est dépensier et un « m’as-tu vu » en étant pauvre, on le sera encore plus en étant riche. Si au contraire on aime vivre simplement et qu’on se contente de peu en étant pauvre, ça se reflétera encore plus en étant riche.

    1. Salut Cynthia,

      Je suis bien d’accord, l’argent peut faire sortir le pire de l’être humain. Les gens malheureux le reste, même en étant milliardaires. J’imagine que les déséquilibres affectifs ou mentaux sont tout simplement amplifiés. D’où les maisons à 14 étages et les 747 privés.

      Vos rêves sont accessibles et je vous souhaite de les réaliser. Je passerai prendre un café.

      Que du bonheur pour 2018. Merci!

  5. Je me considère déjà riche (même si je ne le suis pas financièrement du moins!!). Riche d’être en vie et en santé. Riche d’avoir des rêves et de pouvoir en réaliser quelques uns. Riche d’avoir un boulot et un toit sur la tête. Riche de manger 3 repas par jour et de seulement tendre mon verre au robinet pour avoir de l’eau. Et aussi riche de vivre selon mes moyens financiers et de ne pas avoir de dettes!

    Ces richesses, simples et normales à nos yeux, tous sur cette planète n’y ont pas accès au quotidien. Bien peu de gens en fait…

    Alors je suis possiblement une drôle d’énergumène mais je serais malheureuse de posséder tout à coup 10 millions de $$. Pourquoi pas 10 personnes avec 1 million ou 20 avec 500 000$? Certes, j’aimerais bien avoir assez d’argent pour m’offrir le luxe de ne plus travailler à temps complet. Je passerais alors mes temps libres à faire du bénévolat, à voyager sobrement (comme je le fait déjà), à avoir des projets qui me permettraient de m’épanouir.

    1. Très beau témoignage Sylvie. Vous avez tellement raison. La vraie richesse ne se mesure pas à ce qu’on a dans nos comptes de banque. Oui c’est bien beau d’avoir des comptes bien garni, j’en conviens. C’est bien plaisant de se payer un peu de luxe de temps en temps, mais il y a des choses de base que l’on prend trop souvent pour acquises, la santé entre autre. Merci Sylvie

      1. Merci pour vos bons mots Marie-Hélène!
        Lorsque je fais part de mes réflexions, je me sent souvent assez « space »!!! Je ne m’identifie pas trop à la masse comme on peut le constater.
        En effet, lorsque nos besoins de base sont comblés et qu’en plus on est en bonne santé physique et mentale, ne devrions-nous pas être reconnaissant?
        Heureux temps des Fêtes à tous…

    2. Merci pour le partage Sylvie!

      Votre gratitude est inspirante. En voyageant, on réalise à quel point une vie « normale » ici est exceptionnelle dans le contexte mondial.

      Aussi, juste d’avoir la santé est la plus grande richesse.

      Meilleurs voeux de bonheur pour 2018!

  6. My ! My! Quoi répondre à J-S, il a tout si bien dit.
    La seule chose que je peux ajouter, c’est que c’est tellement vrai que l’argent, bien géré et bien respecté, donne la liberté, à l’inverse du matériel.
    Autre point: il ne faut pas oublié que celle qui achètera le sac à main évoqué, permettera au vendeur d’investir cette somme ou la dépensé et le tout fait boule de neige dans l’économie global.

    1. Bonjour Alain,

      Bon point! J’ai d’ailleurs déjà été actionnaire d’entreprises qui vendaient des produits de luxe (ex: aapl, kors). Ainsi, j’ai participé à cette pratique. Cependant, les gains réalisés n’ont pas été réinjectés dans l’économie. Je sais, je profite du système. 😉

      À très bientôt!

  7. Si j’était riche… je voyagerais simplement comme une nomade avec un véhicule acheter dans le pays ou la ville et après avoir fini la visite de l’endroit je le donne à une oeuvre de charité du coin pour aider les enfants à s’instruire. Par la suite, je fais des placements pour mes enfants et mes petits-enfants pour leur avenir. Je suivrais des cours que je n’est pas le temps d’avoir. Je voyagerais avec mes enfants, mes frères et mes sœurs. Je donnerais à une cause qui me tient à coeur le cancer mais au dame qui perdent leur cheveux soit leur fournir une perruque ou casque contre la perte de cheveu….
    Merci de votre partage et de me faire réfléchir sur cette question.
    À bientôt,

    1. Merci pour le beau témoignage Manon!

      Vos ambitions sont très nobles.

      En passant, j’écrirai peut-être prochainement un article sur quelqu’un qui mène une vie semblable à celle à laquelle vous aspirez (nomade).

      Au plaisir!

  8. Allo,
    Tu dis que cela vous couté 4600$ pour un mois. C’est quand même fort abordable. Serait-il possible d’avoir votre itinéraire, les endroits ou vous avez séjourné, etc.  » Moi aussi je suis une fervente des voyages à petit coût, car je n’ai pas la fortune pour voyager en 5 étoiles, comme une très grande majorité de gens. Alors, ca me rend fière que de pouvoir dire, je suis allée à tel endroit et ca ne m’a pas couté une fortune, car cela veut dire que c’est possible pour plein de gens. Merci!

    1. Bonjour Francine,

      Effectivement, nous avons été très surpris quand nous avons constaté le coût du voyage.

      En fait, nous avons choisi la destination en fonction du prix du billet d’avion. Ma conjointe a déniché un billet à 600$ pour un vol direct Montréal-Amman. Par la suite, nous avons déterminé les villes à visiter et trouvé des chambres à travers les sites airbnb, hotels.com et booking.com. En moyenne, nous avons payé 40$ la nuit.

      J’ai justement un article sur le voyage en chantier. Si toutefois vous voulez mon itinéraire, je pourrais vous l’envoyer.

      Merci!

  9. Nous libérer de nos dettes et continuer ma vie sans soucis d’argent. Prendre part à toutes sortes de projets dans lesquels je pourrais investir et utiliser l’argent pour améliorer le sort de tout le monde. Garder mon travail, car je l’aime beaucoup! Voyager un peu plus, sûrement essayer certaines expériences coûteuses aussi, mais surtout pas acheter plus de biens matériels.

  10. Bonjour J-S,

    Je vous souhaite un bon retour de voyage. Tout comme Sylvie l’a mentionné précédemment, je considère que je suis déjà riche : je suis en vie, je suis en santé, j’ai une femme et un enfant, j’ai une grande famille, j’ai un emploi, j’ai une résidence, je mange tous les jours, je vis selon mes moyens, je n’ai pas de dettes (autre que l’hypothèque), etc.

    Si j’avais 10 millions de dollars d’un coup, je ne saurais quoi en faire. Mais choses certaines, je me donnerais le choix d’arrêter de travailler à temps plein (même si j’adore mon emploi). De plus, je passerais plus de temps avec les gens que j’aime (au lieu de travailler), je voyagerais un peu partout dans le monde, je ferais plus de bénévolat (j’en fais déjà), je ferais plus de dons, j’aurais probablement une terre cultivable, je passerais plus de temps à écrire sur mon blogue et éduquer la population sur les finances personnelles, etc.

    Au plaisir.
    Retraite101

    1. Salut Retraite101,

      Merci! Le retour est brutal (et glacial)!

      C’est fou à quel point nos rêves sont à portée de main. Nous n’avons pas besoin de 10M$, peut-être même moins d’un million.

      Bonheur, santé et liberté pour 2018! Au plaisir!

  11. 10m$; je voudrais faire de grosse rénovation chez moi pour vivre la gestion de projet; ensuite j’aiderais et je m’impliquerais La fondation du Dr Julien à Longueuil qui ont besoin de 300k$ pour ouvrir un centre d’aide aux enfants. Je partirais en voyage tout l’été accompagné d’un prof de langue anglaise pour mes garçons. Au retour en septembre je ferais des études en art visuel et cuisine.

    1. Salut Sophie,

      Ça parrait que vous avez bien pensé à la question. 😉

      Je vous souhaite d’avoir les moyens de vos ambitions. Ces objectifs sont certainement atteignables.

      C’est ce que je vous souhaite pour 2018.

      Merci!

  12. En 2011, j’ai délaissé un travail très bien rémunéré avec de nombreux avantages sociaux pour me diriger vers les organismes communautaires afin de re-donner un sens à mon travail, à mon temps, à mon énergie et à mes compétences et aptitudes.. aussi bien qu’elles servent à un but plus humaniste et non seulement profitable $$$ pour l’entreprise. Conséquemment, ma folie serait de remettre 9 millions aux différents organismes de ma région, il y a tellement de besoins chez les moins bien nantis et si peu d’argent disponible pour les aider. Le solde de 1 million, et bien, charité bien ordonnée commence par soi-même! 🙂

    1. J’adore votre commentaire! Gagner moins mais faire quelque chose qu’on aime et qui est gratifiant. Tellement mieux que d’avoir un gros salaire pour un boulot que l’on déteste. Je vous souhaite le meilleur; le monde a besoin de gens comme vous!

  13. Je ne serais que faire avec 10 millions…ce n’est pas moi qui m’inquiète, mais les gens autour de nous. Ce sont eux qui changent. Ça! ça m’inquiète! Si nous, nous respectons l’argent, je ne peux pas en dire autant des gens autour de nous. Donc, ça risque de changer les relations autour de nous. Comme Maryse, je m’organiserais pour créer une fiducie afin de partager les revenus vitam aeternam avec les générations futures et /ou des organismes. L’argent ne m’appartient plus, mais appartient à la fiducie (géré par un ou des administrateurs) qui distribuerait les revenus entre des bénéficiaires, selon des règles spécifiques.

    J’aime beaucoup ton discours sur le respect de l’argent…j’y adhère à 100%. C’est une question de respect de soi, des autres et de la vie.

    Même avec 10 millions, je continuerais à prendre le transport en commun…

    Bon retour parmi nous. Je vois que vous avez fait un excellent voyage, qui non seulement vous à fait voir des paysages, mais aussi vous a fait grandir.

    1. Bonjour Commelaplanète,

      Moi aussi, la perception des autres me ferait peur. Plusieurs ont des visions grandioses (complétement fausses) de la richesse. Ainsi, il serait difficile de gérer les attentes de chacun.

      Oui, je pense que chaque voyage m’apporte quelque chose de nouveau. J’ai bien hâte de repartir prochainement.

      Je te souhaites de très joyeuses Fêtes à toi et toute ta famille.

  14. Toujours un plaisir de pouvoir lire tes articles,

    Il y’a peu je discutais à mon oncle, fervent joueur sur le marché boursier, il m’avouait qu’il n’avait pas gagné tant que ça, happé par le plaisir de jouer et de réussir « le coup ».

    Beaucoup vive selon le même principe, ce baser sur la chance d’être un jour millionnaire au jeux, ou sur un héritage au lieu de bâtir ce qui leur permettrait ce se sentir libre financièrement, pour vivre la vie qu’ils aimeraient, et qui comme tu le dis, n’est pas si loin de ce qu’ils rêvent finalement.

    1. Merci Yann!

      Bien dit! Le travail, l’épargne intensive et les placements modérés suffisent pour être libre et pour atteindre la plupart des rêves énoncés ici. Pourquoi s’en remettre à la chance?

      En passant, je n’arrive pas à accéder à ton site. Y aurait-il une erreur dans le URL?

      Merci pour le commentaire!

  15. Encore un questionnement très intéressant. Je ferais quoi si j’étais riche? Comme vous deux, je me permettrais un peu plus de luxe en voyage, comme prendre des taxis au lieu des interminables transports en commun qui exigent des transferts et donc de se coltiner la valise ou le sac à dos ;o) J’aurais un appartement à moi que je ne sous-louerais pas lorsque je suis en voyage; ça c’est aussi un luxe. Je fonderais plusieurs refuges pour animaux au Mexique car il y a trop de chiens et de chats abandonnés car ils sont en surpopulation, en plus d’organiser plus de cliniques de stérilisation. Il s’en organise souvent mais pas suffisamment, faute de sous. Ma richesse, je suis donc en train de la bâtir car depuis que j’ai laissé le métro-boulot-dodo, je m’implique beaucoup bénévolement et je me découvre des passions et des possibilités auxquelles je n’aurais probablement jamais pensées, faute de temps surtout.

    Sinon, pour moi-même, je n’ai pas de grands besoins car je préfère être que avoir. Je suis en santé et active et ça, c’est primordial. J’ai des proches dont la santé est sévèrement hypothéquée; à quoi sert d’être riche si on ne peut pas en profiter, qu’on ne peut pas marcher, courir, nager, escalader?

    Bon retour de voyage et bon temps des Fêtes!

    P.S. Je suis du type prolétaire, totalement ;o) Je n’arrive pas à dépenser pour rien et me contrefiche des marques!

    1. Bonjour Gabrielle,

      Si l’argent était entre les mains de mes lecteurs, les OSBL seraient bien financées! Donner est la constante à travers tous les commentaires. C’est très noble! Il semble que les gens qui aspirent à la liberté financière ne sont pas les plus « cheap », bien au contraire.

      Je vous souhaite d’être riche de liberté, de temps et de santé en 2018.

      Au plaisir!

      1. Merci! Et si jamais il vous prend une envie de Mexique, faites-moi signe; j’aurai une chambre de libre à un coup très modique à Puerto Morelos après le 14 janvier ;o)

  16. Bonjour Jeune Retraité,

    Tout d’abord, bon retour en territoire montréalais après ce long périple au Moyen Orient!

    À l’image de touts tes textes précédents, j’ai trouvé cet article fort enrichissant. J’ai d’ailleurs visionné avec grand intérêt les trois épisodes de la série « Les Grands moyens ». J’ai trouvé Bernard Derôme très incisif dans ses commentaires, alors qu’il ne tombait pas dans la complaisance et les questions faciles avec ses différents invités. Les différents millionaires interrogés sont forcés à se questionner et à faire l’analyse de notre société sous toutes ses coutures. Belle découverte que cette mini-série!

    Je note également que toi et ta conjointe êtes de vrais passionnés de voyage. J’ai beaucoup de plaisir à lire vos aventures d’outre-mer. Si vous voulez une expérience des plus dépaysantes, je vous conseille fortement le Nunavik ! Ce territoire localisé dans le Nord du Québec est occupé par le peuple Inuit. Il s’agit d’un endroit pittoresque ou j’ai eu la chance de vivre au cours des deux dernières années. Les gens y sont courtois et très accueillants. J’y ai effectué les plus belles pêches de ma vie a alors qu’il n’était pas rare que je revienne chez moi avec deux à trois ombles-chevalier arctiques (de la longueur de mon tibia). Les 14 communautés du Nunavik sont seulement accessibles par avion, mais il est possible de payer avec des points aéroplans avec l’usage de la compagnie First Air.

    Enfin, je suis heureux de constater que je ne suis pas le seul à être un prophète de l’économie massive d’argent et que nous pouvons discuter ici en toute quiétude de l’économie québécoise et de ses spécificités. Comme mentionné dans le documentaire « Les grands moyens », toute discussion centrée autour de l’argent est détournée voire évitée au Québec. Je n’ai qu’à penser a mon entourage qui me félicite de mes capacités à économiser, mais qui m’indique que le tout ne durera pas avec des remarques de toutes sortes telles que :  » Tu vas voir quand tu vas avoir une blonde sérieuse, tes économies vont s’envoler »,  » Quand tu auras des enfants, ton vieux gagné disparaitra tel un 25 sous dans les mains d’un magicien » « ton salaire ne te permettra pas de sauver de l’argent ». Toutefois, force est d’admettre que la réalité est toute autre. J’observe par le biais de ce blogue que plusieurs personnes ont réussi a économiser 60% de leur salaire net a chaque année et ce même avec des enfants!

    En somme, je te remercie de partager ton savoir en matière de littératie financière et j’espère que tu continueras à publier régulièrement des articles.

    PS: Contrairement au mythe récurrent sur les milléniaux, je lis régulièrement des livres sur la littératie financière, je cotise régulièrement dans mon CELI et mes REER et je suis sur le point de me lancer dans le domaine de l’immobilier (immeuble à revenu comme Barbe Riche il me semble). J’ai également deux amis de longue date qui font des démarches similaires aux miennes. Il y a donc de l’espoir pour la génération des milléniaux !!!!

    Merci et Bonne soirée,

    1. Salut Gab,

      Bienvenue dans la communauté! Ton premier commentaire est superbe. Merci d’avoir pris le temps de l’écrire!

      Pour le Nunavik, j’imagine qu’il est préférable d’y aller en été. Cependant, pour le moment, ma conjointe et moi restons à Montréal de mai à octobre. Nous voulons profiter de chaque minute de l’été québécois. Est-ce que tu recommandes visiter le Nunavik à l’extérieur de ces dates?

      Bravo pour le taux d’épargne! Ne laisse pas ta future blonde dilapider tout. 😉

      Restons en contact pour la suite… Merci!

      1. Bonjour Jeune Retraité,

        Pour le Nunavik, je recommande fortement d’y aller en hiver. Les paysages y sont superbes et que dire des aurores boréales qui agissent comme des lueurs incandescentes dans le ciel. La température est glaciale, mais avec un bon manteau on est confortable, car c’est beaucoup moins humide qu’à Montréal ou le froid nous pénètre les os! C’est aussi une belle occasion de faire de la pêche sur glace de même que d’expérimenter les blizzards, qui s’apparentent à des tempêtes de sable de par leur durée et leur intensité.

        Pour le reste, je prend bonne note de ne pas laisser ma future blonde dilapider mes épargnes, mais pas au point de faire un Séraphin Poudrier de moi-même haha !

        Et oui bien entendu gardons contact pour la suite!

        Au plaisir de continuer à te lire 🙂

        1. Bonjour,

          Ça doit être dépaysant! Comme quoi, pas besoin d’aller à l’autre bout du monde pour se sentir loin de chez nous.

          Merci pour la suggestion! Meilleurs voeux de bonheur et de liberté pour 2018!

  17. Avec 10 millions, wow, que de choses je pourrais faire…

    Je crois que j’investirais dans des startups. Ça ferait changement de toutes les fois où j’ai dû quêter de l’argent dans les entreprises où j’ai travaillé 🙂

    J’ai aussi un projet de type caritatif que j’aimerais mener à terme un jour. Ce projet nécessite des investissements initiaux importants. Alors j’investirais un million pour me partir une équipe!

    Sinon, je mettrais une bonne partie de côté, je l’investirais et je donnerais à mesure les bénéfices en suivant la règle du 4% 🙂 Ça fait quand même pas loin de 400,000$ par an à donner sans toucher au capital.

    Jack

    1. Salut Mr. Jack,

      J’adore l’idée d’appliquer la règle de 4% pour redonner à la société.

      Je pense que mon article était un peu prémonitoire. J’ai un ami qui vient de gagner 60M$ au Lotto Max avec ses collègues de travail (article). C’est fou! Comme quoi, tout peut arriver!

  18. Avec 10M$? Je placerais ça dans du sécuritaire à fin de générer un revenu prudent de 200,000$/an indexé. Puis je me paierais le luxe d’investir là où la rentabilité financière n’est pas mesurable: en faisant des dons pour des organisations qui rendent le monde meilleur à mon avis à moi. Le plus difficile serait les relations avec les amis qui diraient ou penseraient sans doute tout le temps « on sait bien, toi t’es riche ». Sinon, avec les enfants à l’école, je ne voudrais pas changer de quartier, je ne voudrais pas les changer d’école, je ne voudrais pas les « pourrir » non plus. D’ailleurs, vous connaissez le groupe TIGER21? C’est un association de gens avec un high-net-worth. Selon les articles que j’ai lu, la plupart de leurs préoccupations concernent la relation de leurs enfants avec l’argent.

    Enfin, je pense qu’avec 10M$, étant donné ma situation de parents avec des enfants en âge scolaire, ma vie serait un peu différente mais pas tant. Mais disons que les vacances annuelles en famille seraient légèrement plus »wild » quelles le sont actuellement. Il y aurait encore du Couchsurfing pendant 33% des vacances parce que j’aime ça. Il y aurait encore 33% de camping sauvage avec le strict minimum parce que j’aime ça. Par contre le 33% de motel pas cher serait remplacé par des hôtels plus luxueux. Enfin, je continuerais de prendre le transport en commun avec les enfants pour aller en ville parce que c’est plus agréable qu’en voiture. L’avion par contre ce serait toujours en classe affaire ou en première classe. Fini l’inconfort de la classe prolétaire! Voilà pour mon 10M$!

    Ah oui, je me payerais beaucoup de service. Par exemple j’irais me faire « ramancher » chez le physio plus régulièrement. Je me payerais un jardiner pour mettre des belles fleurs et les entretenir tout autour de ma petite maison actuelle. Je ferais laver ma voiture une fois par mois au moins. J’aurais une personne qui ferait l’entretien de ma maison deux fois semaines pour avoir des planchers, des fenetres et des murs toujours propres. Me payer un déneigeur? Non, j’aime ça le faire. Me payer un tondeur de gazon? Non, cest mon petit plaisir aussi.

    Bonne année les apprentis retraités!

    Ned

    1. Salut Ned,

      On se rejoint à plusieurs niveaux! Sur le plan matériel, je n’ai besoin de rien. Je possède déjà tout ce dont j’ai besoin pour être heureux. Avoir plus de bébelles ferait juste complexifier ma vie. Par contre, comme vous, j’aurais tendance à rendre mes expériences (voyages, spectacles, sorties) encore plus exceptionnelles.

      Le plus grand problème est de gérer les perceptions et les attentes des proches. C’est pour cette raison que si je gagnais un montant important, je paierais quelqu’un pour réclamer le chèque à ma place. En gagnant 6.7 millions de dollars, j’aurais ainsi donné 1 million à quelqu’un (de fiable) pour prendre la photo officielle de Loto-Québec.

      Merci beaucoup pour le commentaire pertinent!

      Bonheur, santé, (frugalité) et liberté pour 2018!

  19. Bonjour,
    etant orienté vie frugale et slow life, j’ai calculé qu’avec 1 million (RP compris), j’aurais largement de quoi vivre!
    Pour être honnête mon objectif de patrimoine est plutôt au alentour de 600/700k€ pour vivre plus que sereinement.
    C’est d’ailleurs un peu mon but à long terme, même si je pense me lancer avec la moitié de mon objectif! (pour des raisons de lassitude du boulot)

    Donc ma question serait plutôt que faire des 9 millions de trop ?
    🙂

    1. Salut David,

      En plus, on profite plus quand on a travaillé pour son argent. Je n’aurais pas la même satisfaction si on m’avait donné le montant nécessaire à ma retraite. Le parcours est aussi intéressant que la destination.

      Bon parcours!

      1. Bonjour,
        Sur ce point je ne suis pas tout à fait d’accord.

        Tout dépend de pourquoi on fait cette démarche.
        Si le but est un ras le bol de la rat race, passer du temps en famille, que les fonds viennent du travail ou du loto me semble peu importants.

        Par contre si on le fait comme un défi à soi même, dans le but d’y arriver tout seul, là effectivement le chemin est important.

        Par contre, pour qu’un gain au loto soi profitable, il faut y avoir réfléchi et être capable de l’encaisser (savoir quoi faire des fonds, etc)

        Perso je suis dans le premier cas, donc un gain au loto ne me poserai pas de problème, au contraire.
        Mais bon, je ne joue pas vraiment, alors…

        1. Salut David,

          Je ne suis pas certain. J’ai quand même l’impression que l’atteinte d’un objectif procure plus de satisfaction et de gratification quand on a bossé dur pour y arriver.

          À titre d’exemple, les gens qui démarrent une entreprise, qui travaillent 20 ans à raison de 60 heures/semaine pour bâtir leur richesse, ont une relation avec l’argent bien différente de celle de leurs enfants qui héritent du pactol.

          Dans tous les cas, je ne saurai jamais vraiment puisque que je ne participe pas au lotto.

          Merci de contribuer à la discussion!

  20. Quelles folies feriez-vous avec 10 millions de dollars?

    Placer 9 millions et vivre qu’avec le dernier, et ainsi que les intérêt encourus par le placement du 9 millions!

    1. Salut Mathieu,

      J’avoue qu’avec 9M$ placés à 5% ça fait 450k$ par année. Même en divisant de moitier ce montant à cause de l’impôt, ça permet de vivre « large ». En plus, vos héritiers ramasseraient un beau pactole.

      Merci pour ce premier commentaire!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *